Catherine Picart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catherine Picart est une biophysicienne de nationalité française. Elle est née le 24 octobre 1971. Elle est actuellement professeure à Grenoble INP (Phelma) et chercheuse au Laboratoire des matériaux et du génie physique (LMGP). Ses travaux portent sur l’ingénierie de biomatériaux pour le contrôle de la formation de tissus biologiques[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieure physicienne diplômée de l’Institut polytechnique de Grenoble, Catherine Cécile Picart soutient une thèse de doctorat à l’université Joseph Fourier de Grenoble en ingénierie biomédicale en 1997. Elle effectue ensuite un séjour post-doctoral à l’université de Pennsylvanie (UPENN) en 1998. De 1998 à 2004, elle est maître de conférences à l’université Louis Pasteur de Strasbourg où elle travaille dans le domaine de la science des matériaux et des biomatériaux. En 1998, elle rejoint l’université de Montpellier comme Professeure au sein du département Biologie et Santé. Elle crée une équipe en biophysique cellulaire et biomimétisme et obtient le Prix Jean-Marc Lhoste de la Société française de biophysique. Elle est membre junior de l’Institut universitaire de France de 2007 à 2012. En 2008, elle revient à Grenoble sur un poste de professeure à l’Institut polytechnique et y anime une équipe au sein du Laboratoire des matériaux et du génie physique sur l’étude des interfaces entre les matériaux et la matière biologique. En 2016 elle effectue un séjour sabbatique à Boston University comme « Visiting Professor » avec le soutien d’une bourse de la Commission franco-américaine Fulbright.[réf. nécessaire]

Catherine Picart a été lauréate de l’ERC (Conseil européen de la recherche) à trois reprises, en 2010 (projet ERC Starting Grant BIOMIM2[2]), en 2012 (projet Proof of Concept OSCODI[3]) et en 2015 (projet Proof of Concept Bioactivecoatings[4]). Elle a eu de nombreuses responsabilités au niveau national et international, notamment comme experte en biophysique et biomatériaux pour des organismes nationaux (CNU, comité national du CNRS) ou internationaux (agences européennes de financement).[réf. nécessaire]

Ses travaux portent sur l’ingénierie de biomatériaux[5] pour le contrôle de la formation de tissus biologiques, de la cellule unique à la régénération de tissus in vivo et sur des modèles expérimentaux biophysiques de biomimétisme cellulaire.

Elle est auteure ou coauteure de plus d’une centaine de publications[6] dont neuf articles de revue dans des revues d'importance et de deux brevets américain ou européen.

Elle a été promue Chevalier de l'ordre national du Mérite en 2012[7].

Catherine Picart a obtenu la Médaille d’argent du CNRS 2016 au titre de l’Institut de chimie[8].

Elle a été nommée membre Senior de l'Institut universitaire de France pour la période 2016-2021[9], après en avoir été membre junior de 2007 à 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Catherine Picart, « Catherine Picart, Professor at Grenoble INP », LMGP,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « ERC Funded Projects | ERC: European Research Council », sur erc.europa.eu (consulté le 8 mars 2017)
  3. (en) « Osteo-inductive coating of orthopedic and dental implants | ERC: European Research Council », sur erc.europa.eu (consulté le 8 mars 2017)
  4. (en) « BioActive Coatings in multi-well cell culture plates | ERC: European Research Council », sur erc.europa.eu (consulté le 8 mars 2017)
  5. « CNRS - Sciences biologiques - Parutions », sur www.cnrs.fr (consulté le 8 mars 2017)
  6. (en) « Catherine Picart (Ecole de Physique, Electronique et Matériaux (INP de Grenoble - PHELMA), Grenoble) on ResearchGate - Expertise: Biomedical Engineering, Bioengineering, Materials Chemistry », sur www.researchgate.net (consulté le 8 mars 2017)
  7. Décret du 14 novembre 2012 portant promotion et nomination (lire en ligne)
  8. CNRS, « CNRS - Médailles d'argent - Palmarès 2016 », sur www.cnrs.fr (consulté le 8 mars 2017)
  9. « Les membres - Institut Universitaire de France », sur www.iufrance.fr (consulté le 8 mars 2017)