Catherine Ocelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Catherine Ocelot
Image dans Infobox.
Catherine Ocelot en 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Catherine Ocelot est une autrice de bande dessinée québécoise originaire de Québec et domiciliée à Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle suit des études en arts visuels et en art-thérapie, puis entre chez Radio-Canada comme directrice artistique[1]. En parallèle à une carrière de «motion designer», elle développe des oeuvres dans le champ de la bande dessinée. Elle publie ses livres chez Mécanique générale, label spécialisé en bande dessinée. Elle est la co-fondatrice, avec Rosalie Lavoie, Marie Saur Julie Delporte et David Turgeon de la revue Tristesse. Le premier numéro est sorti en novembre 2017[2] et le second en mai 2018.

De février 2018 à mars 2019, elle effectue une résidence à la Cinémathèque québécoise, à Montréal[3],[4]. En septembre 2019, elle amorce une collaboration avec le quotidien La Presse, où elle crée des bandes dessinées sur des thèmes variés.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Thématiques abordées[modifier | modifier le code]

À travers ses œuvres, Catherine Ocelot théâtralise le réel et la parole, dans un monde à la fois semblable à la réalité et onirique. Dans Talk Show, le personnage principal (un ours blanc) travaille pour la télévision. Malgré cette omniprésence de l'écran, la parole est travaillée, comme au théâtre, donnant lieu à de longs dialogues entre les protagonistes[5]. Son travail est nourri par une réflexion personnelle sur la création et la condition d'artiste[6]. En témoigne tout particulièrement La Vie d'artiste, publié en 2018, qui prend la forme d'un recueil d'entretiens[7]. Cette bande dessinée se situe donc entre l'autofiction (les parties où elle se met en scène seule ou avec sa fille) et le documentaire (les entretiens réalisés avec sept personnalités de la scène culturelle)[8]. On y retrouve des entrevues avec le cinéaste Rafaël Ouellet, les autrices Daphné B., Emmanuelle Caron et Julie Delporte, le producteur et directeur de la Cinémathèque québécoise Marcel Jean, l'artiste Natacha Clitandre, ainsi que l'actrice et réalisatrice Micheline Lanctôt[9], tous représentés couverts de plumes, anonymes, ce qui pousse le lecteur à prêter une grande attention aux mots[8].

Accueilli chaleureusement par la critique[10], La Vie d'artiste synthétise la démarche de l'autrice à travers un dispositif sophistiqué proposant un équivalent graphique à la captation de la parole par un magnétophone, alors que l'ensemble des personnages sont recouverts d'une chape de plumes qui fait d'eux d'étranges créatures, mi-animales mi-humaines[11]. Le livre remporte le Prix Bédélys du meilleur album, et fut nominé aux Prix des Libraires 2019.

Publications[modifier | modifier le code]

Participations à des collectifs[modifier | modifier le code]

  • Terriens, planches contre le racisme, 400 coups, 2006
  • Plan cartésien, 400 coups, 2006
  • Bears+Beer, 400 coups, 2007
  • Lecture à vue : La Mauvaise tête dessine Alto, Colosse, 2010

Prix[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Catherine Ocelot | Éditions Mécanique Générale », sur editionsmecaniquegenerale.com (consulté le 28 mai 2018)
  2. « La direction change dans plusieurs magazines de création littéraire au Québec », sur Le Devoir, (consulté le 1er mai 2018)
  3. Catherine Ocelot, « Catherine Ocelot: des films inspirants », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2019)
  4. « La dessinatrice Catherine Ocelot rencontre les cinéphiles », sur La Fabrique culturelle (consulté le 8 janvier 2021)
  5. « Une vision théâtrale de la télévision », Le Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2018)
  6. Fabien Déglise, « «La vie d’artiste»: Catherine Ocelot face à l’angoisse de l’artiste », sur Le Devoir, (consulté le 13 mars 2019)
  7. Équipe web du Voir, « En lecture : Nouvel album de Catherine Ocelot – La vie d’artiste », sur Voir.ca (consulté le 13 mars 2019)
  8. a et b « La vie d’artiste selon Catherine Ocelot », Le Quotidien,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2018)
  9. « Catherine Ocelot: l'intervieweuse interviewée | Jean Siag | Livres », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2018)
  10. « La valeur d’une voix », sur Liberté – Art et politique (consulté le 12 septembre 2019)
  11. Éric Bouchard, « Statuts ambigus », Spirale numéro 265,‎ , p. 88-89 (ISSN 0225-9044, lire en ligne)
  12. « Prix Bédélys à deux Québécois au 8e Festival de la BD », sur La Presse, (consulté le 5 février 2020)
  13. « Prix des libraires: les finalistes sont connus », sur La Presse, (consulté le 5 février 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]