Catherine Jeandel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Catherine Jeandel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (62 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Comité d'éthique du CNRS (d) ()
Union américaine de géophysique ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Catherine Jeandel, née le , est une océanologue géochimiste française.

Directrice de recherche au CNRS, elle travaille au Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS), où elle étudie la géochimie marine pour comprendre les changements liés à l'activité humaine. Elle s'intéresse en particulier aux interactions continents-océans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Initiée très jeune au milieu marin breton, Catherine Jeandel surpasse son désamour pour les mathématiques et intègre une classe préparatoire scientifique de 1977 à 1982 pour poursuivre son rêve de devenir océnaologue.

Elle effectue sa thèse et son post-doctorat en géochimie marine à une époque où la chimie marine est balbutiante. Elle intègre le CNRS en 1981 et est attachée de recherche jusqu'en 1985 à l'Institut de Physique du Globe. Après 3 ans passés à l'Observatoire géologique Lamont Doherty à Columbia University elle revient en France et intègre le LEGOS en 1985. Depuis 2007, elle est directrice de recherche première classe[précision nécessaire] au CNRS. Elle a effectué plus d'une quinzaine de campagnes en mer, embarquant pour des périodes de deux mois avec une équipe de scientifiques pluridisciplinaires pour échantillonner des particules, extraire puis, de retour au laboratoire, analyser au spectromètre de masse des traceurs chimiques. Elle a initié avec Mireille Polvé ISOTRACES, le réseau des utilisateurs et utilisatrices de spectrométrie de masse. Elle coordonne actuellement[Quand ?] un projet mondial d'exploration géochimique des mers intitulé Géotraces. Elle est auteure de plus de deux cents articles scientifiques dans des journaux à comité de lecture[1].

Impliquée dans la diffusion de la culture scientifique, elle est l'une des initiatrices toulousaines du Train du climat qui sillonne la France en 2015, à l'occasion de la COP21[2],[3].

Elle a écrit avec Roy Barman un livre consacré à la géochimie marine, publié en 2011 et édité les livres Le Climat à découvert (CNRS Editions), L’énergie à découvert (CNRS Editions) avec Rémy Mosseri, ouvrages qui recensent 100 articles écrits par 130 auteurs ; ainsi que L'eau à découvert (CNRS Editions).

Elle est élue à la présidence du conseil académique de l'université fédérale Toulouse Midi Pyrénées[4] en septembre 2017.

Publications[modifier | modifier le code]

Comme éditrice scientifique[modifier | modifier le code]

  • Le climat à découvert, CNRS Editions
  • L’énergie à découvert, CNRS Editions
  • L'eau à découvert, CNRS Editions

Prix et distinction[modifier | modifier le code]

Elle a été lauréate de la médaille de bronze du CNRS en 1992.

Elle est Chevalier de la Légion d’Honneur en 2009 et Officier de l'Ordre du mérite en 2013.

Elle a reçu en 2018 le prix et la médaille Georges Milot de l'académie des sciences pour sa contribution remarquable à l'étude du comportement des métaux et des terres rares dans l’océan[5] et est nommée Geochemcal Fellow par The Geochemical Society and European Association of Geochemistry[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]