Catherine Guillouard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Catherine Guillouard
Catherine Guillouard, PDG de la RATP.jpg
Catherine Guillouard en 2017.
Fonction
Directrice générale (en)
Régie autonome des transports parisiens
depuis le
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
CannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Catherine Guillouard, née le [1] à Cannes[2], est une dirigeante d'entreprise française.

Depuis le début du mois d', elle est présidente-directrice générale de la RATP[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses études secondaires à Cannes et ski-étude (elle est titulaire du diplôme national de moniteur de ski)[4],[5], Catherine Guillouard obtient une licence de droit à l'université Nice Sophia Antipolis, suivie d'une maîtrise de sciences politiques à l'université Paris‑II Panthéon-Assas en 1986. Elle est également diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (section Service Public), ancienne élève de l'École nationale d'administration en 1993 (promotion (1991-1993) Léon-Gambetta)[6] et titulaire d'un DESS de droit communautaire de l'université Panthéon-Sorbonne[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

À la sortie de l'ENA en 1993, Catherine Guillouard entre à la direction générale du Trésor[5], d'abord au bureau Afrique zone franc, puis au bureau des Affaires monétaires et bancaires[7]. Quatre ans plus tard, elle rejoint Air France où elle restera dix ans (1997-2007), exerçant des fonctions variées, de la finance aux ressources humaines, en passant par l'opérationnel et la conduite de projets de transformation.

Air France (1997-2007)[modifier | modifier le code]

Chef de projet senior (1997-1999), Catherine Guillouard organise et coordonne le projet d'ouverture du capital qui permet aux salariés d'Air France d'en détenir 11 %[5].

Directrice adjointe du contrôle de gestion (1999-2001), elle met en place un nouveau processus de boucle de gestion en instaurant une vision stratégique à cinq ans et un plan moyen terme à trois ans. Elle travaille en équipe à une refonte des outils de gestion, avec notamment la création d'un outil d'analyse du réseau aérien (ARA) qui en mesure la profitabilité.

En 2001, elle est nommée directrice déléguée aux opérations aériennes. Elle est responsable, auprès du directeur général adjoint, de la division Opérations aériennes qui inclut les 4 000 pilotes du Groupe et les 1 200 salariés composant le personnel au sol. À la même époque, elle préside le comité d’établissement des opérations aériennes où siège l’ensemble des organisations syndicales du personnel navigant technique et commercial de l’entreprise[4].

Elle devient numéro 2 — Déléguée générale — de la direction Ressources humaines et Changement en 2003 et pilote quatre directions : la formation, le recrutement, la politique RH du personnel au sol et le développement des ressources humaines[8]. En parallèle, elle anime, pour le comité exécutif, le chantier « Amplifier le changement » qui forme avec « Les clients » et « Les alliances » les trois piliers du plan stratégique d’Air France dessiné par Jean-Cyril Spinetta.

Cette implication dans la stratégie la conduit à prendre la direction des Affaires financières d’Air France[7]. En trois ans (2004-2007), elle renégocie notamment de nouvelles lignes de crédit bancaires pour 1,2 Md€, réussit la première opération d’obligations convertibles de 450 M€ pour le groupe Air France KLM et d’une obligation classique de 550 M€. Elle améliore également la politique de suivi des participations et optimise les processus de trésorerie[9].

Eutelsat (2007-2013)[modifier | modifier le code]

En 2007, elle rejoint Eutelsat comme directeur financier et membre du comité exécutif[10]. Jusqu'en 2013, elle mène plusieurs actions notables[11] : le refinancement de l'entreprise par vagues successives à hauteur de 3,4 Mds€[12], des acquisitions en Asie notamment et une révision du reporting interne. Elle assure également la mise en place d'une politique d'assurance satellitaire innovante.

Rexel (2013-2017)[modifier | modifier le code]

Directeur financier de Rexel de 2013 à 2017[13], Catherine Guillouard est nommée directeur général délégué en [6]. Sa mission, en tant que deuxième mandataire social, est d’accompagner le président-directeur général dans l’exécution de la stratégie validée par le conseil d’administration et de piloter la performance financière du Groupe. Son rôle s’étend à l’audit, au contrôle interne, au management des risques, à la compliance, au juridique, aux achats indirects et aux fusions-acquisitions.

Elle contribue activement à la définition et à l’exécution du plan stratégique[14], et notamment à la constitution du plan de transformation digitale. Elle conduit également une politique de croissance externe très soutenue avec 14 opérations en trois ans (2013-2016), en Asie du Sud-Est, au Moyen Orient, aux États-Unis et en France. Parallèlement à ces acquisitions ciblées, elle gère la « sortie » de l’Amérique latine, de la Pologne, des Pays baltes et de la Slovaquie.

Elle conduit également plusieurs chantiers de transformations d’envergure, tels que la révision de la gouvernance du management des risques et de la compliance, la mise en place d’un processus très performant de clôture des comptes et la refonte de la direction des Affaires juridiques.  

Groupe RATP (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Le , Catherine Guillouard succède à Élisabeth Borne à la présidence de la Régie autonome des transports parisiens (RATP)[15].

Le Groupe qui pèse aujourd’hui 5,45 Mds€ est l’un des premiers opérateurs de transport public urbain au monde, avec plus de 16 millions de voyageurs par jour dans 14 pays sur quatre continents. Réalisant plus de 20 % de son chiffre d’affaires à l’international[16], la RATP est un opérateur multimodal — avec plus de huit modes de transport à son actif — leader mondial du tramway et du métro automatique. Le savoir-faire de ses 60 000 salariés en matière d’ingénierie, de maintenance et d’exploitation, ses nombreux chantiers (plus de 3000 menés de front en 2017-2018, soit un niveau inégalé depuis les années 1930) et son très haut niveau d’investissement en Île-de-France (8,5 Mds€ en 2016-2020 dont 4,2 Mds€ sur fonds propres et 1,74 Md€ d’investissement prévu en 2018) en font un acteur économique et social de premier plan.

Le , Catherine Guillouard a présenté au conseil d’administration ses orientations stratégiques[15].

Ce plan opérationnel, conçu dans la continuité du plan d’entreprise d’Élisabeth Borne « Défis 2025 »[16] à partir d’une large consultation en interne, fixe pour le Groupe RATP une double ambition : être leader de la mobilité durable et connectée et s’imposer comme le partenaire privilégié des villes intelligentes.

Cette ambition s’appuie sur quatre priorités : atteindre l’excellence opérationnelle, réussir l’ouverture à la concurrence[17], être le partenaire privilégié des villes intelligentes et durables et accroître le développement du Groupe RATP à l’international[5].

Ces quatre priorités mises en œuvre dès janvier 2018 se traduisent par des objectifs très concrets comme par exemple faire du service aux clients une exigence de tous les instants en développant de plus en plus de services personnalisés grâce à un plan de transformation digitale ambitieux (500 M€ sur cinq ans)[18] ou être un acteur clé de la ville durable grâce à un vaste programme de conversion des dépôts de bus à l’électrique et au gaz d’ici 2025 permettant d’avoir à terme une flotte de bus 100 % propres. Autres projets en cours : être exemplaire en matière de transition énergétique en réduisant de 20 % la consommation d’énergie du Groupe et de 50 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025, faire de la RATP un champion de la mobilité multimodale en France et dans le monde par une politique de prises de participations dans des start-up et un doublement du chiffre d’affaires du Groupe à l’international en cinq ans, créer de plus en plus de lieux de mixité sociale inédits en milieu urbain (réunissant maintenance ; logements sociaux, étudiants et privés ; crèches…) comme la RATP en a déjà fait la preuve dans le cadre de la conversion des centres bus de Lagny ou de Jourdan notamment.

Intéressée en 2018 par la présidence d'Air France, l’État lui intime de poursuivre sa mission à la RATP[19].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Catherine Guillouard est administratrice représentant l’État chez Engie depuis 2015[20], et administratrice indépendante chez Airbus depuis 2016[21].

Elle a été auparavant administratrice indépendante de Technicolor de 2010 à 2013[22] et d’ADP de 2011 à 2013[8].

Depuis 2017, elle est également vice-présidente du conseil de surveillance de Systra, filiale commune d’ingénierie du Groupe RATP et de la SNCF[23].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Catherine Guillouard est nommée chevalier de l'ordre national du Mérite, par décret du [24].

Elle est nommée chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur, par décret du [25].

Famille[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un directeur d'hôtel et d'une agente de voyages[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Présentation des membres de Conseil d'administration sur le site de Engie, 28 avril 2015.
  2. Biographie de Catherine Guillouard sur le site du Who's Who in France, consulté le 10 octobre 2017.
  3. F. Bergé avec AFP, « Catherine Guillouard prend la tête de la RATP » sur le site de BFM Business, 2 août 2017.
  4. a et b « Catherine Guillouard, de l'aérien aux transports en commun », sur Le Courrier Picard (consulté le 13 février 2018).
  5. a, b, c, d, e et f Sibylle Vincendon, « Catherine Guillouard, l’inconnue du métro », sur Libération, .
  6. a et b Rudy Provoost, Catherine Guillouard sur Les Échos, 27 mai 2014.
  7. a et b « Catherine Guillouard - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 13 février 2018).
  8. a et b « La RATP propose Catherine Guillouard comme patronne », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  9. « Prêtes pour le poste », Challenges,‎ (lire en ligne).
  10. « EUTELSAT : C. Guillouard a pris ses fonctions de Directeur financier », sur www.sicavonline.fr (consulté le 13 février 2018).
  11. Eric De Legge, « Les femmes les plus puissantes du SBF 120 », Journal du Net,‎ (lire en ligne).
  12. « Eutelsat Communications refinance avec succès sa dette », sur www.eutelsat.com, (consulté le 13 février 2018).
  13. « Rexel nomme Catherine Guillouard Directeur Finances, Contrôle et Juridique Groupe, et Membre du Comité Exécutif », Rexel,‎ (lire en ligne).
  14. « La recette de Rexel pour se financer moins cher », sur business.lesechos.fr, (consulté le 13 février 2018).
  15. a et b Éric Béziat, « Catherine Guillouard, la patronne surprise du métro parisien », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. a et b « Des résultats 2016 solides en ligne avec les objectifs 2020 », sur www.ratp.fr, (consulté le 13 février 2018).
  17. « La RATP se frotte déjà à la concurrence », sur LeFigaro.fr, (consulté le 27 avril 2018).
  18. Lionel Steinmann, « Catherine Guillouard : « La fin du monopole ne doit pas être un tabou pour la RATP » », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  19. Matthieu Pechberty, « La patronne de la RATP ne dirigera pas Air France », sur bfmtv.com, (consulté le 13 juillet 2018).
  20. « Biographies | Membres du Conseil d’Administration | ENGIE », sur www.engie.com (consulté le 13 février 2018).
  21. « Catherine Guillouard », sur Airbus (consulté le 13 février 2018).
  22. « Technicolor : Evolution du Conseil d'Administration », sur www.technicolor.com (consulté le 13 février 2018).
  23. « Gouvernance », sur systra.com (consulté le 13 février 2018).
  24. Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination), publié au Journal Officiel du , sur legifrance.gouv.fr, consulté le .
  25. Décret du 13 juillet 2018 portant promotion et nomination, publié au Journal Officiel du , sur legifrance.gouv.fr, consulté le .