Catherine Fleury-Vachon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleury et Vachon.

Catherine Fleury
Image illustrative de l’article Catherine Fleury-Vachon
Contexte général
Sport Judo
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Naissance
Lieu de naissance Drapeau : France Paris
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 1 0 2
Championnats d'Europe 1 1 2

Catherine (Cathy) Fleury, née le à Paris, est une judoka française.

Biographie[modifier | modifier le code]

S'illustrant dans la catégorie des poids mi-moyen, elle a remporté la médaille d'or aux Jeux olympiques de 1992 de Barcelone en battant en finale l'Israélienne Yaël Arad (victoire par décision d'arbitre)[1]. Elle devenait ainsi la première judoka française championne olympique avant Cécile Nowak [2]. Plus encore, elle devenait la première Française, tout sports confondus, à remporter les trois compétitions majeures (Jeux olympiques, Championnats du monde et Championnats d'Europe). En effet, son palmarès affiche également un titre mondial et un titre européen obtenus durant l'année 1989.

Elle a pris sa retraite sportive en 1996, juste après les Jeux olympiques d'Atlanta. Elle passe son professorat de sport la même année, exprimant le désir de rejoindre l’équipe d’encadrement de l'équipe nationale. Elle rencontre alors le directeur technique national de l’époque, Fabien Canu, qui lui répond qu'elle n'a pas le profil et que « c’est un métier trop dur pour une femme ... » On lui donne un poste à la direction régionale de la jeunesse et des sports, mais elle veut travailler sur le terrain plus que dans un bureau. Elle obtient de Marie-George Buffet, alors ministre des Sports, un détachement à mi-temps au pôle espoirs d’Amiens [3].

En 2005, elle est nommée entraîneur nationale de l'équipe féminine par la première Directrice technique nationale féminine de l’histoire du judo tricolore, Brigitte Deydier[4]. Cette consécration est possible grâce à la nouvelle équipe mise en place par le nouveau président Jean-Luc Rougé[3]. En 2012, elle met fin à sa carrière d’entraîneur nationale après une moisson historique de 5 médailles sur 7 possibles chez les féminines lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012. En 2014, plébiscitée par les athlètes, elle accepte de reprendre sa place d'entraîneur de l'équipe de France féminine.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Individuel :

Chpts d'Europe 1989 1993 1994 1995 1996
poids mi-moyen (-61 kg) 1er 3e 5e 3e 2e

Par équipes :

  • 4 titres de championne d'Europe par équipe (1989, 1991, 1992 et 1993).

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • 8 podiums dont 2 titres de championne de France en 1989 et 1990 dans la catégorie des poids mi-moyen ( -61 kg).

Autres[modifier | modifier le code]

  • Grade : Ceinture blanche et rouge 7e DAN le 10 décembre 2007[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Et enfin l'or à Fleury sur le site humanite.fr consulté le 12 septembre 2012
  2. Et enfin, l'or a Fleury, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, 31 juillet 1992.
  3. a et b L’autre combat de Cathy Fleury, /www.humanite.fr, le 27 décembre 2005.
  4. Brigitte Deydier instaure sa politique, article du quotidien français L'Équipe, 15 septembre 2005.
  5. Liste des Haut gradés

Lien externe[modifier | modifier le code]