Catherine Boudet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boudet.
photographie de Catherine Boudet
Catherine Boudet

Catherine Boudet, journaliste, politologue, poète, est une femme de lettres réunionnaise née le 30 août 1968 à Saint-Denis (La Réunion). Elle est mariée à l'environnementaliste mauricien Jeff Lingaya depuis décembre 2013[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en Science Politique de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, elle a enseigné une dizaine d'années à l'Université de La Réunion avant de s'installer à l'île Maurice comme journaliste [2].

En tant que politologue, ses principaux centres d'intérêts sont les diasporas, les processus de construction identitaire, les minorités dominantes; les démocraties consociatives et le modèle mauricien de construction nationale. Elle a écrit divers articles scientifiques sur ces questions. Dans sa thèse de doctorat en Science politique, intitulée « Les Franco-Mauriciens entre Maurice et l'Afrique du Sud : identité, stratégies migratoires et processus de recommunautarisation » (2004), l'auteure analyse comment les Mauriciens blancs d'origine française, ou "Franco-Mauriciens", membres d'un groupe longtemps dominant, issu de la colonisation de l'île Maurice, tentent de préserver les cadres de leur identité dominante au travers de l'émigration en Afrique du Sud. Cette démarche s'inscrit dans un ensemble de réflexions sur le phénomène des diasporas et de la remise en cause des territoires tout en ayant pour ambition théorique d'analyser ce phénomène dans le cadre plus large de l'interprétation de l'identité et de sa construction par des stratégies d'acteurs[3]. Cette thèse entend développer une nouvelle théorie des diasporas, montrant que Maurice constitue le creuset d'une forme diasporique inédite, qu'elle a appelé la diaspora « pollinisée », sur le modèle du pollen qui se dissémine au vent[4].

En tant que journaliste, Catherine Boudet écrit des chroniques et des articles d'analyse consacrés à l'évolution démocratique de l'île Maurice, sur les questions de société telles que le droit à l'information, la préservation du patrimoine, les usages politiques de la mémoire, l'ethnopolitique ou encore la construction des savoirs [5]. Ces travaux et leur dissémination cherchent à faire mieux comprendre une situation socio-politique mauricienne qu'elle estime complexe et dont les réalités débordent de l’image carte postale qu’on veut généralement lui donner [6].

Elle est l'auteur de sept recueils, parmi lesquels Résîliences (L'Harmattan, 2007), Le Barattage de la mer de lait (Ndze, 2009), Nos éparses nos sulfureuses, préfacé par Ananda Devi (Acoria, 2010), Les laves bleues [Calligraphie des silences] qui a reçu le Grand Prix de poésie Joseph Delteil 2012 ou encore Bourbon Hologramme (Prix Fetkann! de poésie 2013). Ses poèmes figurent également dans trois anthologies de poésie de l'océan Indien et d'Afrique : Terres d'Afrique, Éditions Ndze (2011), Riveneuve Continents no 10 Escales en mer indienne (2009) et Carnavalesques no 4 Spécial Iles de l’océan Indien, aux Éditions K’A/Aspect Éditions (2010). Dans ses textes, Catherine Boudet aborde des sujets engagés tels que les usages politiques de la mémoire coloniale, les difficultés et les bonheurs du dialogue inter-religieux, le métissage, le désir d'émigration qui hante les insulaires, la déconstruction des mythes [7]. Ses ouvrages revisitent notamment les mythes hindous de la genèse, « réinterprété(s) avec succès, sans extravagance, dans l'univers des îles de l'océan indien confrontés à la “déshistoire” du monde insulaire » [8].

"L'Affaire Boudet": démêlés avec les autorités mauriciennes (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Accusation en diffamation et acquittement[modifier | modifier le code]

En 2011, dans le cadre de l'écriture d'un article journalistique sur le patrimoine mauricien, Catherine Boudet tente de retrouver les travaux de Stéphane Sinclair, un Français qu'elle avait rencontré en 2009[9]. Il affirmait être docteur en Histoire et vouloir étudier les archives mauriciennes sur l'esclavage. Depuis, il avait été recruté par des instances publiques mauriciennes comme consultant[10][11]. Catherine Boudet pense découvrir la preuve qu'il utilise de faux documents portant l'enseigne du Bureau du Premier Ministre de l'Ile Maurice et ment sur ses diplômes. Elle reçoit aussi des témoignages de personnes assurant avoir eu des démêlés avec le Français[9].

En avril, elle apprend que Stéphane Sinclair s'apprête à quitter l'Ile Maurice[9]. Elle se décide alors à contacter le bureau du Premier Ministre pour les informer de ses soupçons, craignant qu'il n'ait pu avoir accès puis volé à des documents confidentiels et appartenant au patrimoire mauricien grâce à ses faux papiers[9][10][12]. Le chef des renseignements mauricien, Dev Jookhoo, l'informe qu'il ne peut rien faire par manque d'informations sur l'individu[9].

Le 12 avril, Catherine Boudet fait une déposition à la Police et leur remet les documents qu'elle détient contre Stéphane Sinclair[10][13]. Elle apprend le jour même que ce dernier a déjà quitté le territoire et qu'il se trouve aux États-Unis. La Police l'aurait intercepté à l'aéroport puis laissé partir car il aurait "prouvé sa bonne foi"[10]. Le 20 avril, elle est arrêtée dans les locaux du journal où elle travaille par le Central Criminal Investigation Department (CCID)[11][13]. Elle passe une nuit en détention préventive jusqu'au lendemain où elle est interrogée. Elle apprend qu'on l'accuse de diffamation à l’encontre de Stéphane Sinclair[10][11].

Libérée sous caution, on lui confisque son passeport français, ce qui l'empêche à la fois de quitter le territoire et de continuer à travailler à l'Ile Maurice[13][11]. Son employeur la licencie pour "faute grave" officiellement parce qu'elle n'a pas rendu ses articles journalistiques dans les temps[13].

Le 29 août 2013, alors que l'enquête est ouverte depuis plus de vingt mois et le jugement sans cesse reporté, la Cour de district de Mapou l'acquitte enfin des faits dont elle est accusée[13][14]. Au cours du jugement, plusieurs témoins, notamment le Sergent Mohit, déclarent que Stéphane Sinclair a bien fait usage de faux et accédé à certains des documents malgré en avoir reçu l'interdiction par le responsable des archives[14].

Menaces d'expulsion du territoire mauricien pour "présence illégale"[modifier | modifier le code]

Le 25 septembre 2013, Catherine Boudet décide de poursuivre l'Etat mauricien pour arrestation et détention illégale et réclame 50 millions de roupies mauriciennes (1,25 millions d'euros) de dommages et intérêts[15][16][17]. Elle demande ensuite un visa pour entreprendre des démarches pour obtenir un nouveau permis de travail. Le 4 octobre 2013, le Passport and Immigration Office (PIO) lui ordonne de quitter le pays dans un délai de 24 heures car elle serait en situation illégale. Son passeport ayant en effet été confisqué pendant la durée de son procès, elle n'avait pas pu renouveler son visa[18][19][20]. Psychologiquement fragilisée par son procès[9][12], Catherine Boudet est admise en clinique suite à sa nouvelle arrestation[21][22].

De nombreuses voix s'élèvent à l'Ile Maurice pour prendre sa défense sur les réseaux sociaux, parmi les journalistes ou les associations. L'association Dis-Moi: Droits Humains dans l'Océan Indien publie un communiqué "dénonçant le harcèlement et la torture morale des autorités mauriciennes"[23][24][25]. Son avocat Maitre Erickson Mooneapillay et l'environnementaliste Jeff Lingaya dénoncent une procédure illégale[26].

Un accord est finalement passé avec le PIO : Catherine Boudet s'engage à quitter temporairement le territoire mauricien le temps de refaire un nouveau visa[27],[28]. Une semaine après son départ de l'Ile Maurice, elle y revient légalement le 28 octobre 2013 avec un visa affaires d'un mois qui lui permettra de demander un visa de travail[29]. Elle obtient finalement un permis de travail en novembre[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles scientifiques[modifier | modifier le code]

  • « Nationalisme, décolonisation et consociation à l'île Maurice : l'émergence d'un Mauricianisme
     stratégique (1945–1967) », Canadian Journal of African Studies/Revue Canadienne des Etudes Africaines
    vol. 47 n°3, mai 2014.
  • « Le rôle du “péril hindou” dans la mise en place de la démocratie consociative à l'île Maurice (1947–73) », Canadian Journal of African Studies/Revue Canadienne des Etudes Africaines, vol. 12 n°2, 2012.
  • « Élargir l'espace démocratique : la presse mauricienne et le citoyen informé », in C. Chan-Meetoo & R. Kasenally (éds.) Enhancing Democratic Systems: The Media in Mauritius, A Dialogue Session, UNESCO/University of Mauritius, 2011.
  • « Les enjeux politiques de la mémoire du passé colonial à l'île Maurice » (coécrit avec J. Peghini), Transcontinentales, n°6, 2008.
  • « Les Franco-Mauriciens : une diaspora pollinisée », Revue Européenne des Migrations Internationales n°23.3, 2007.
  • « Une minorité ethnique dominante et son identité face à la décolonisation : l'émigration franco-mauricienne en Afrique du Sud (1947-68) », Journal of Mauritian Studies n°3.1, 2006.
  • « Pouvoirs et technologies en situation coloniale : les Franco-Mauriciens et le monopole des technologies sucrières à Maurice et au Natal (1825-1968) », Revue Historique de l'Océan Indien n°2, 2006.
  • « Le discours identitaire comme gestion de la contradiction », Kabaro/Revue Internationale des Sciences de l'Homme et des Sociétés n°3-4, 2005, pp. 23-44.
  • « L'émergence de la démocratie consociative à Maurice (1948-1968) », Annuaire des Pays de l'Océan Indien n°17, 2003, pp325-36.
  • « Les abolitions de l'esclavage et la construction d'une identité franco-mauricienne », in Esclavage et Abolition dans l'Océan Indien 1723-1860, Paris, L'Harmattan, 2002.
  • « The Mauritians of French origin in Durban and their social networks : francophony as a basis for social organisation and network strategies », in P. Maurice & R. Ghosh (éds.), Cahiers ORIHS n°6 Les organisations régionales dans l’hémisphère Sud et leurs relations avec les puissances extérieures, Grenoble, Observatoire des Relations Internationales dans l’Hémisphère Sud, 2001, pp. 57-72.
  • « Emeutes et élections à Maurice. La mort de Kaya, aléa ou échec de la construction nationale ? », Politique Africaine n°79, 2000, pp. 153-64.
  • « Les relations de Maurice et de La Réunion avec l'Afrique du Sud pendant la période de transition (1989-94) », Journal of Mauritian studies n°5(1), Moka (Mauritius), Mahatma Gandhi Institute, 1999, pp. 33-53.
  • « Les îles de l’Union Européenne », Document de l'ODR n°20, Observatoire du Développement de La Réunion (ODR), 1997, 55 p.

Recueils de Poésie[modifier | modifier le code]

  • Bourbon Hologramme, Paris, L'Harmattan, 2013, (OCLC 853441819).
  • Pagana (en collab. avec l'artiste-peintre Robert Lobet), Nîmes, Editions de la Margeride, 2013.
  • Les laves bleues [Calligraphie des silences ], Montpellier, Souffles, 2012.
  • Haïkons, petits poèmes à emporter, Marseille, Kirographaires, 2012.
  • Nos éparses nos sulfureuses (Préface: Ananda Devi), Paris, Acoria, 2010, (OCLC 587025303).
  • Le barattage de la mer de lait, Paris-Bertoua, Ndze, 2009, (OCLC 550984953).
  • Résîliences, Paris, L'Harmattan, 2007, (OCLC 174130326).

Présence dans des anthologies[modifier | modifier le code]

  • « Eloge de la boue », Momento Nudo. Anthologie 2013 de L’Arbre à Parole, L’Arbre à Parole, Amay (Belgique), 2013.
  • « Au concert », Voix Vives de méditerranée en méditerranée. Anthologie Sète 2012, Editions Bruno Doucey, Paris, 2012.
  • « Au pied du Morne » et « Souvenir devenu chair », Terres d'Afrique, Editions Ndze, Paris, 2011.
  • « Mémoires », Riveneuve Continents n°10 Escales en mer indienne, 2009-2010.
  • « Ce qui fait partie de la nuit », « Le peintre des mirages » et « Balaclava », Carnavalesques no 4 (Spécial Iles de l'océan Indien), Éditions K'A/Aspect Éditions, 2010.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • Prix Fetkann! de poésie 2013 pour Bourbon Hologramme.
  • Grand Prix de poésie Joseph Delteil 2012 pour Les laves bleues [Calligraphie des silences ].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Catherine Boudet et Jeff Lingaya : «On s’est regardés, on a éclaté de rire et on a dit ‘ça nous va’» », sur L'Express Maurice,‎ (consulté le 9 août 2014)
  2. http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/boudet.html
  3. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=084324287.
  4. Catherine Boudet sur Ile en Ile http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/boudet.html
  5. http://www.lemauricien.com/article/l%E2%80%99invitee-du-forum-%E2%80%94-identite-nationale-serpent-qui-se-mord-la-queue?fb_action_ids=294161150689357&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582/
  6. http://www.upim.info/sciences-humaines/histoire-coloniale-memoir/
  7. http://www.m-e-l.fr/catherine-boudet,ec,965/
  8. http://www.culturessud.com/contenu.php?id=211
  9. a, b, c, d, e et f « Catherine Boudet : «Je ne m’attendais pas à me retrouver au banc des accusés» », sur Défi Média,‎ (consulté le 9 août 2014)
  10. a, b, c, d et e « La Réunionnaise Catherine Boudet en détention pour allégations infondées », sur L'Express Maurice,‎ (consulté le 9 août 2014)
  11. a, b, c et d « Le combat médiatique du père de la Réunionnaise Catherine Boudet, assignée à résidence à Maurice », sur Zinfos974.com,‎ (consulté le 9 septembre 2014)
  12. a et b « CATHERINE BOUDET: Une journaliste en liberté sous caution », sur Le Mauricien,‎ (consulté le 9 août 2014)
  13. a, b, c, d et e « Catherine Boudet fait la chronologie des événements ayant conduit à son arrestation », sur L'Express Maurice (consulté le 9 août 2014)
  14. a et b « COUR : Catherine Boudet disculpée par le tribunal de Mapou », sur Le Mauricien,‎ (consulté le 9 août 2014)
  15. « Catherine Boudet réclame 1,25 million d'euros à la justice mauricienne pour "arrestation et détention illégales" », sur Zinfos974.com,‎ (consulté le 9 août 2014)
  16. « ARRESTATION PRÉSUMÉE ILLÉGALE : Catherine Boudet réclame Rs 50 millions à l’État », sur Le Mauricien,‎ (consulté le 9 août 2014)
  17. « L’ex-journaliste Catherine Boudet réclame Rs 50 m à l’Etat pour arrestation et détention «illégales» », sur L'Express Maurice,‎ (consulté le 9 août 2014)
  18. « La journaliste Catherine Boudet menacée d'expulsion », sur Défi Média,‎ (consulté le 9 août 2014)
  19. « L’Immigration demande à la journaliste Catherine Boudet de quitter Maurice », sur Défi Média,‎ (consulté le 9 août 2014)
  20. « L’ex-journaliste Catherine Boudet sommée de quitter le territoire mauricien », sur L'Express Maurice,‎ (consulté le 9 août 2014)
  21. « Me Erickson Mooneapillay sur l’affaire Boudet : «Catherine Boudet est gênante pour certains» », sur Défi Média,‎ (consulté le 9 août 2014)
  22. « Menacée de déportation, Catherine Boudet est admise en clinique », sur L'Express Maurice (consulté le 9 août 2014)
  23. « Dis-Moi dénonce l'arrestation de la journaliste Catherine Boudet par les autorités mauriciennes », sur Dis-Moi: Droits Humains dans l'Océan Indien,‎ (consulté le 9 août 2014)
  24. « Affaire Boudet : L'association DIS-MOI dénonce le "harcèlement et la torture morale" des autorités mauriciennes », sur Zinfos974.com,‎ (consulté le 9 août 2014)
  25. « AFFAIRE CATHERINE BOUDET: Dis-Moi dénonce les «manquements» des autorités », sur Le Mauricien,‎ (consulté le 9 août 2014)
  26. (fr+mfe) « Menacée de déportation, Catherine Boudet s’effondre au PIO », sur Télé Plus,‎ (consulté le 9 août 2014)
  27. « Menacée d’expulsion – Catherine Boudet et l’Immigration trouvent un accord », sur Défi Média,‎ (consulté le 9 août 2014)
  28. « Catherine Boudet aura finalement son visa », sur L'Express Maurice,‎ (consulté le 9 août 2014)
  29. « Maurice : La Réunionnaise Catherine Boudet de retour dans l'île et dans l'attente d'un permis de travail », sur Zinfos974.com,‎ (consulté le 9 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]