Catherine Bellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Catherine Bellier
Image dans Infobox.
Un des mascarons de la cour d'honneur de l'hôtel de Beauvais ; il serait le portrait de Catherine Bellier.
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Catherine-Henriette Bellier dite « Cateau-la-Borgnesse » (1614 - à Arrou, aujourd'hui en Eure-et-Loir), baronne de Beauvais, fut la première maîtresse du roi de France Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et milieu[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Martin Bellier, commerçant. Elle entre à la cour et devient femme de chambre et confidente de la reine Anne d'Autriche et épouse Pierre Beauvais en 1634 à Saint-Germain-en Laye. Elle se fait édifier à Paris le célèbre hôtel de Beauvais (1655-1658), dans le quartier du Marais, au no 68 de l'actuelle rue François-Miron, anciennement rue Saint-Antoine.

On ne connaît pas de portraits peints ou gravés de Catherine Bellier ; Saint-Simon[1] la décrit ainsi : « créature de beaucoup d'esprit, d'une grande intrigue, fort audacieuse, qui eut le grappin sur la reine-mère, et qui était plus que galante… On lui attribue la première d'avoir déniaisé le roi à son profit[2] ».

Éducatrice sexuelle de Louis XIV[modifier | modifier le code]

Bien que laide et peut-être même borgne (on la surnommait « Cateau-la-Borgnesse »[3]), elle aura de nombreux amants dont l’archevêque de Sens[Lequel ?][réf. nécessaire].

Elle rencontre le jeune Louis XIV dans les couloirs du Louvre alors qu'elle est âgée d'une quarantaine d'années et entretient avec ce dernier une courte liaison[4]. En fait, elle a été désignée par la reine-mère Anne d'Autriche sur les conseils du marquis de Grave pour dépuceler le jeune roi âgé d'une quinzaine d'années[5] et reçoit un château ainsi qu'une pension de 2 000 livres en récompense de ses services rendus entre les 14 et 16 ans du jeune roi. Son mari reçoit alors le titre de baron[réf. nécessaire].

À la mort de son époux en 1674, elle se retrouve submergée de dettes et son âge avancé la contraint à s'éloigner de la vie de cour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires ch. 7 tome 1 p. 69.
  2. Cité dans la notice de présentation de l'hôtel de Beauvais édité par l'Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du Paris historique.
  3. « Louis XIV : le roi qui aimait les femmes », sur FIGARO,
  4. Michel de DECKER, Louis XIV, le bon plaisir du roi, Place des éditeurs, , 237 p. (ISBN 978-2-7144-4844-6, lire en ligne).
  5. « 26 août 1660. Louis XIV défile sous l'œil de la vieille borgne qui l'a dépucelé quand il avait 16 ans », lepoint.fr, 26 août 2012.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Oliver Mallick : « Le principal passage pour aller à la ville de Dom Anna » : Mme de Beauvais et la charge de première femme de chambre de la reine (1646-1666), dans Caroline zum Kolk, Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Femmes à la cour de France. Charges et fonctions (XVe-XIXe siècle), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2018, p. 107-125.
  • Michel Vergé-Franceschi et Anna Moretti, Une Histoire érotique de Versailles, Payot, 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]