Catherine Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baker.
Catherine Baker
Naissance
Lille
Nationalité Française

Catherine Baker, née à Lille le , est une femme de lettres française proche du mouvement libertaire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a été d'abord journaliste (ancienne élève de l'École supérieure de journalisme de Lille, 43e promotion[2]) avant de se consacrer à son œuvre littéraire.

Non-scolarisation[modifier | modifier le code]

Dans Insoumission à l'école obligatoire, elle fait la critique du système éducatif obligatoire et justifie les parents qui ont choisi la non-scolarisation : « [...] dès que le déclin de l'Église s'est manifesté, il a fallu que l'État trouve de toute urgence le moyen de se faire admettre dans les esprits et ce de façon aussi totalitaire que l'Église y était parvenue. »

Radios[modifier | modifier le code]

Dans la lignée de Christiane Rochefort (chez Grasset : Les petits enfants du siècle, Encore heureux qu'on va vers l'été, Les enfants d'abord), Catherine Baker a également produit de nombreuses émissions, notamment à France Culture. En général, ces séries traitent de thèmes liés à l'enfermement (prisons, écoles, hôpitaux psychiatriques, etc.).

Prison[modifier | modifier le code]

Son dernier ouvrage Pourquoi faudrait-il punir ? est consacré à l'abolition du droit pénal et à celle des prisons. Elle a recherché une maison d'édition offrant la particularité d'accepter la mise en ligne gratuite du texte intégral, parallèlement à l'édition à faible coût sur papier.

Citations[modifier | modifier le code]

Quelques citations de Catherine Baker : « La seule lutte profondément utile à mener, ce n'est pas contre l'autorité, mais contre la soumission. Là seulement, le pouvoir, quel qu'il soit, est perdant. »[3].

« Les intellectuels, qui se savent des privilégiés, nourrissent l'espoir d'une école où l'on respecterait mieux l'égalité des chances : ils veulent bien que tout le monde soit riche et instruit. Ce qu'ils ne veulent pas, c'est avoir une plus petite part du gâteau.[...] Tous ces gens de gauche, volontiers cyniques, savent très bien que les programmes politiques ne peuvent envisager un enseignement non obligatoire, car la gauche comme la droite a besoin de reproduire ses propres couches sociales, selon sa hiérarchie propre. Elle a ses croyances à elle qu'il lui faut bien transmettre aussi. »[4].

Et avec Christiane Rochefort sur la colonisation des esprits et des cœurs : « On occupe les enfants comme on occupe un pays »[5].

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Les contemplatives, des femmes entre elles, éd. Stock
  • 1982 : Balade dans les solitudes ordinaires, éd. Stock
  • 1985 : Insoumission à l'école obligatoire, éd. Bernard Barrault, réédité en 2006 chez Tahin Party, lire en ligne
  • 1988 : Les cahiers au feu, éd Bernard Barrault
  • 1995 : L'abolition de la prison, Éditions du Ravin bleu (texte lu lors du Congrès abolitionniste d'Amsterdam de juin 1985)
  • 1996 : Inès de Castro ou Votre Souveraine Présence, Théâtre de l’Enjeu
  • 2004 : Pourquoi faudrait-il punir ? Sur l’abolition du système pénal, éd. Tahin Party, lire en ligne

Articles[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Domenico Pucciarelli, L'imaginaire des libertaires aujourd'hui, préface d'Alain Pessin, Lyon, Atelier de création libertaire, Lyon, 1999, page 211.
  2. (fr) Annuaire des anciens de l'ESJ, « Anciens | ESJ Lille »
  3. Insoumission à l'école obligatoire, Bernard Barrault, 1985.
  4. Insoumission à l'école obligatoire, pages 49 et 50, éditions Tahin Party, 2006.
  5. Insoumission à l'école obligatoire, Tahin Party, 2006, page 12.