Cathach de saint Colomba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathach de saint Colomba
CathachOfStColumba.jpg

Folio 48 du manuscrit

Date
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Dimensions (H × L)
27 × 19 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Numéro d’inventaire
MS 12 R 33Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Cathach de saint Columba est un psautier Irlandais du début du VIIe siècle. Il est actuellement conservé à l'académie royale d'Irlande à Dublin (Ms.12R33).

Historique[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, saint Colomba l'aurait copié en 561, à partir d'un livre emprunté à saint Finian, au cours d'une seule nuit grâce à une lumière miraculeuse. S'en serait suivie une dispute au sujet de la propriété du livre entre les deux hommes. Le roi Diarmait mac Cerbaill tranche le conflit en faveur de saint Finian. Colomba se rebelle et provoque une dispute entre clans conduisant à la bataille de Cúl Dreimhne (en). Colomba s'enfuit finalement sur l'île d'Iona et le manuscrit entre en possession de la famille O'Donnell (en). Cette histoire est désormais remise en question et l'ouvrage est plutôt daté, selon son écriture, de la fin du VIe, selon l'hypothèse de T.J. Brown[1] ou alors, selon l'hypothèse de Lowe dans son Codices Latini Antiquiores , de la première moitié du VIIe siècle, même si ce dernier reconnaît qu'une datation plus ancienne est possible[2],[3].

Le manuscrit reste en possession de cette famille mais est confié à la garde de la famille Mac Robhartaigh de Ballymagroarty (paroisse de Drumholm (en)) dans le comté de Donegal. Entre 1062 et 1098, un boitier ou cumdach est fabriqué par Sitric de Kells, sur ordre de Cathbarr O’Donnell pour protéger le livre. Il sert régulièrement de talisman sur les champs de bataille pour aider à la victoire, ce qui lui a donné son surnom de « combattant » (Catach en gaélique). Il est emmené en France par Daniel O'Donnell en 1691 puis ramené en Irlande en 1802 par Neal O'Donnell (à Newport (comté de Mayo)). Il est redécouvert par l'historien William Betham (en) en 1813. Richard O'Donnell le dépose à la Royal Irish Academy en 1843. Le cumdach est quant à lui conservé au sein du National Museum of Ireland à Dublin[2],[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le manuscrit est lacunaire, ne contenant que 58 feuillets sur les 105 qu'il devait contenir à l'origine. Il comprend le texte des Psaumes 30:10 à 105:13 en latin dans leur version de l Vulgate, précédés pour chacun d'une rubrique de commentaires[2].

Il contient par ailleurs parmi les plus anciennes lettrines ornées dans le style celtique caractéristiques de l'enluminure insulaire. Elles sont dessinées à l'encre noire en forme de trompettes, de spirales et de guillochis. Elles sont fréquemment soulignées de points de couleur orangés. Les titres des psaumes sont écrits au minium. Les lettrines sont aussi caractéristiques de l'enluminure insulaire par le fait qu'elles se succèdent en début de texte diminuant de taille peu à peu pour atteindre la taille du texte[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carl Nordenfalk, Manuscrits Irlandais et Anglo-Saxons : L'enluminure dans les îles Britanniques de 600 à 800, Paris, éditions du Chêne, , 126 p. (ISBN 2-85108-116-0), p. 12-13
  • (en) Jonathan J. G. Alexander, Insular Manuscripts : 6th to the 9th Century, London, Harvey Miller, coll. « A survey of manuscripts illuminated in the British Isles » (no 1), , 219 p. (ISBN 9780905203010), p. 28-29 (notice 4).
  • (en) M. Esposito, « The Cathach of St Columba », Louth Archaeological Journal, 4, 1916-20, p.80-83.
  • (en) Michael Herity and Aidan Breen, The Cathach of Colum Cille: an introduction, Dublin, Royal Irish Academy, 2002, 84 . (ISBN 9781874045922)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Codex Lindisfarnensis, p.112-113
  2. a, b et c Notice du site Internet de la Royal Irish Academy
  3. a, b et c Alexander 1978