Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale du Christ-Roi.
Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé
Image illustrative de l'article Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé
La Cathédrale du Christ-Roi à Gaspé
Présentation
Culte Catholique romain
Fin des travaux 1969
Architecte Gérard Notebaert
Protection Monument historique reconnu (2001)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Ville Gaspé
Coordonnées 48° 49′ 47″ N 64° 29′ 12″ O / 48.829749, -64.48672648° 49′ 47″ Nord 64° 29′ 12″ Ouest / 48.829749, -64.486726  

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé

La cathédrale du Christ-Roi de Gaspé est située dans la ville de Gaspé, au Québec. Elle est située sur la rue de la cathédrale, juste à côté de l'école primaire Saint-Rosaire de Gaspé.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première cathédrale du diocèse de Gaspé[modifier | modifier le code]

Les deux premiers lieux de culte érigés à Gaspé pour répondre aux besoins de la population catholique sont de simple chapelles, la première ayant été construite en 1825 et la seconde en 1860[1]. Entre 1860 et 1910 la population catholique de Gaspé est multipliée par cinq et compte désormais plus de 700 âmes[2]. C'est au début des années 1910 que les paroissiens de la municipalité commencent à faire des démarches auprès des autorités du diocèse de Rimouski, auquel Gaspé est rattaché, pour obtenir la construction d'une vraie église répondant à leur besoins[2]. Ils obtiennent finalement cette autorisation de l'évêque de Rimouski, Mgr André-Albert Blais, en janvier 1914 et la construction de l'édifice débute à l'été de 1914[1]. Le curé de Gaspé, Adélard Richard, demande alors en octobre 1914 la permission d'empunter 12 000 dollars pour finir l'aménagement intérieur de l'église. La permission accordée, les travaux se poursuivent et la construction du bâtiment est finalement terminée en 1916, au coût total de 27 000 dollars[2]. La bénédiction de l'église est effectuée de façon solennelle le 10 octobre 1916[2].

Lors de l'érection du diocèse de Gaspé le 5 mai 1922 par le pape Pie XI, l'église de la paroisse Saint-Albert est promue au rang de pro-cathédrale[1]. La nomination du premier évêque du diocèse, Mgr François-Xavier Ross, eu lieu en décembre de 1922[3], mais il ne put se rendre à Gaspé pour occuper le poste et commencer l'organistion du diocèse qu'en février 1923[4]. Cette première cathédrale fut détruite par les flammes en mars 1929[1].

Le projet de basilique-souvenir de 1934[modifier | modifier le code]

Dès 1929, un premier projet de reconstruction de la cathédrale parrainé par Rodolphe Lemieux, député de Gaspé à Ottawa, voit le jour en association avec le projet d'ériger une croix à Gaspé pour commémorer le quatre centième anniversaire de la prise de possession du Canada par Jacques Cartier en 1534[5]. Mgr Ross saute sur l'occasion et un comité d'organisation des fêtes est alors crée sous le nom de « Le Souvenir Canadien Inc. » et constitué de membres influents des gouvernements du Canada, du Québec et du clergé.

Ainsi dès 1932, ce comité présente un bilan fort positif de ses démarches de financement, ayant obtenu des promesses de souscriptions pour plus de 147 000 dollars[5]. La crise économique de 1929 et un imbroglio lié au frais de perception des souscriptions mettront fin aux efforts de perception du comité, le premier ministre Taschereau lui-même écrivant à Mgr Ross en 1932 pour lui souligner que la période de difficultés économiques présente n'est guère propice aux grands projets[6]. Mgr Ross n'abandonne pas pour autant l'idée de construction d'une basilique-souvenir et tente de sauver le projet en le réduisant à la construction d'une crypte qui servira de fondation pour l'édifice religieux à construire[7]. Des démarches sont entreprises en ce sens et un carillon de clocher pour la future église est commandé à une entreprise française, de même qu'un premier versement de 5 000 dollars est effectué par Mgr Ross lui-même auprès d'un entrepreneur[7].

Finalement, les fêtes du quatre centième ont lieu sans que la basilique-souvenir ne soit érigée[8]. Une messe solennelle, à laquelle assistent de nombreux représentants des gouvernements du Canada, du Québec, de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni, est célébrée le 26 août 1934 sur le plancher supérieur de la crypte, recouverte pour l'occasion d'un abri temporaire et est l'évènement marquant de la commémoration[8]. La croix commémorative en granit, dont les dimensions sont les mêmes que celle érigée par Cartier 400 ans plus tôt, fut entièrement financée par le gouvernement canadien et installée à Gaspé à la pointe des Robin[9],[8].

Mais en raison des difficultés économiques qui persistent à la suite de la crise de 1929, Mgr Ross se voit contraint d'abandonner l'idée de terminer l'édifice religieux[8]. En 1937 le plancher du sous-sol de la crypte est complété, des maçons installent du terrazzo sur le plancher supérieur et des travaux permettent d'y installer l'électricité, la plomberie et le chauffage. Les murs du petit édifice, situé au-dessus de la crypte, sont platrés, un clocheton est ajouté au bâtiment afin d'installer la cloche achetée de Paccard en 1934 et l'inauguration de « l'église », qui allait servir de cathédrale au diocèse jusqu'en 1967, s'effectue en octobre 1937[8]. Les deux évêques qui succèdent à Mgr Ross, Mgr Paul Bernier et Mgr Albini Leblanc ne sont pas en mesure de trouver le financement nécessaire à la construction de la nouvelle cathédrale.

La construction de la cathédrale Christ-Roi[modifier | modifier le code]

Ce n’est qu’en 1965 et 1967 que Mgr Jean-Marie Fortier demande à l’architecte Gérard Notebaert d’ériger une nouvelle église pour le diocèse de Gaspé. Mgr Gilles Ouellet consacre la nouvelle cathédrale en bois en 1969.

Le , la cathédrale du Christ-Roi est reconnue monument historique par le ministère de la Culture et des Communications du Québec[10],[11].

En 2011, les dirigeants de la fabrique Saint-Albert de Gaspé annoncent que des réparations urgentes sont devenues nécessaires pour rénover la structure externe du bâtiment, la fenestration ainsi que les infrastructures d'accès à l'édifice. La fabrique espère aussi installer un système d'alarme anti-incendie. Le ministère de la culture du Québec assume une partie des coûts de la rénovation, soit 320 000 dollars, et la fabrique doit amasser les 450 000 dollars manquants pour la réalisation des travaux dont le coût total est estimé à 770 000 dollars et qui devaient être effectués en 2013[12].

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale du Christ-Roy de Gaspé est la seule cathédrale en bois en Amérique du Nord.

Archives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Paul Joncas, p. 9-10
  2. a, b, c et d Paul Joncas, p. 12-13
  3. Paul Joncas, p. 26
  4. Paul Joncas, p. 28-29
  5. a et b Paul Joncas, p. 50-51
  6. Paul Joncas, p. 52-53
  7. a et b Paul Joncas, p. 54-55
  8. a, b, c, d et e Paul Joncas, p. 56-57
  9. Paul Joncas, p. 6-7
  10. Gouvernement du Québec, « La ministre Maltais annonce la reconnaissance de la Cathédrale du Christ-Roi de Gaspé à titre de monument historique national et le versement de 800 000 $ à quatre églises de la région », sur Ministère de la culture, communications et condition féminine (consulté le 31 août 2011)
  11. Gouvernement du Québec, « Cathédrale du Christ-Roi -- Statut », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 27 août 2011)
  12. Geneviève Gélinas, « Gaspé: 450 000 $ pour la cathédrale », Le Soleil,‎ (ISSN 0319-0730, lire en ligne)
  13. Fonds Souvenir Canadien inc (P352) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Joncas, Les 75 ans du Diocèse de Gaspé : de Mgr François-Xavier Ross à Mgr Raymond Dumais, 1922-1997, Gaspé, « Fondation du Diocèse de Gaspé »,‎ , 311 p. (ISBN 2-9806129-0-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]