Cathédrale Saint-Georges des Maronites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Saint-Georges.
Cathédrale Saint-Georges des Maronites
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Georges des Maronites
Présentation
Nom local كاتدرائية مار جرجس للموارنة
Culte Église maronite
Début de la construction 1884
Fin des travaux 1894
Architecte Giuseppe Maggiore
Style dominant Néoclassique
Géographie
Pays Drapeau du Liban Liban
Ville Beyrouth
Coordonnées 33° 53′ 43″ nord, 35° 30′ 19″ est

Géolocalisation sur la carte : Liban

(Voir situation sur carte : Liban)
Cathédrale Saint-Georges des Maronites

La cathédrale Saint-Georges des Maronites (arabe : كاتدرائية مار جرجس للموارنة) est la cathédrale de l’archidiocèse maronite de la ville de Beyrouth au Liban.

Construite entre 1884 et 1894, la cathédrale a été sévèrement endommagée durant la Guerre du Liban et a été défigurée et pillée. De nombreuses œuvres d’arts alors confisquées ont été retrouvées, dont une fameuse peinture de Delacroix représentant saint Georges, le saint patron de la cathédrale et de l’archidiocèse de la ville. La cathédrale a été restaurée à la fin des hostilités et a été reconsacrée par le patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir le 24 avril 2000[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

La cathédrale se trouve dans la basse-ville de Beyrouth. C'est l'un des plus importants édifices religieux de la ville. À proximité est située la mosquée sunnite Mohamed El-Amine. Environ 80 mètres plus au nord, on trouve la cathédrale Saint-Georges, de l'Église orthodoxe d'Antioche.

Dans les alentours de la cathédrale, de nombreux vestiges archéologiques, parmi lesquels une structure héllenistique faisant partie du decumanus, ainsi qu'un mur ottoman, ont été découverts et sont désormais sauvegardés,

Histoire[modifier | modifier le code]

carte postale de Beyrouth montrant la cathédrale Saint-Georges, début du XXe siècle

La cathédrale Saint-Georges a été construite par Monseigneur Joseph Debs, l’archevêque de Beyrouth, sur le site d’une ancienne église également dédiée au même saint. La précédente structure a été construite en 1755 pour servir au culte des maronites de Beyrouth[2]. Les travaux commencèrent en 1884 et y furent utilisés des colonnes du temple romain de Deir el Qalaa à Beit Mery[3]. L’édifice a été complété et consacré le jour du Dimanche des Rameaux de l’année 1894.

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale a été conçue par l’architecte italien Giuseppe Maggiore selon un style néo-classique. Les plans s’inspirent de l’architecture de de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome[4]. L’édifice est construit sur le plan d’une basilique avec une nef séparée de deux collatéraux par deux rangées de colonnes. La nef est couverte d’un plafond à caisson avec des dorures et une double structure en bois, couverte de feuilles dorées sur un fond beige. Les murs sont décorés de stucs et de marbre. Au-dessus de l’autel principal, se trouve un baldaquin à quatre colonnes.

En 1954, Antoun Tabet supervise les travaux de restauration de la cathédrale. Originellement en forme de croix, son transept est raccourci et des arches sont rajoutées à l'extrémité opposée.

Fortement endommagée durant la guerre civile libanaise, la cathédrale a été totalement rénovée en 1997, saisissant l'occasion pour lui redonner sa forme originelle, en croix, de style Renaissance. La cathédrale rénovée a été inaugurée en avril 2000.

Le 19 novembre 2016, Mgr Paul Matar, archevêque de Beyrouth, inaugure le nouveau campanile dont la construction a duré dix ans. Le campanile culmine à 72 mètres, alors que le projet original prévoyait un clocher de 75 mètres de haut, afin de correspondre à la hauteur de celui de la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome. D'après l'archevêque, la hauteur du campanile a été revue à la baisse afin qu'il ne dépasse pas les minarets de la mosquée Mohamed El-Amine voisine, et ainsi donner un message de solidarité et d'harmonie inter-religieuse.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Dans le chœur se trouve le cathèdre (trône de l’évêque) de l’archevêque de Beyrouth, et le fauteuil utilisé par le pape Jean-Paul II lors de sa visite pastorale au Liban en 1997[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Discover Lebanon, « Beirut Saint George Cathedral, Mosque El Omari » (consulté le 27 décembre 2009)
  2. « cathedrale » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Archdiocese of Beirut, consulté le (ar)
  3. Lebanese Ministry of Tourism, « Ministry of Tourism :: Destination Lebanon » (consulté le 27 décembre 2009)
  4. Ward Vloeberghs, « RSCAS_2008_17.pdf (application/pdf Object) », EUI working papers,‎ (ISSN 1028-3625, lire en ligne)(en)
  5. Elodie Morel, « The places of worship in Down-Town: a gleam of diversity », iloubnan (consulté le 8 janvier 2010)(en)