Cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Rio de Janeiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Notre-Dame-du-Mont-Carmel (homonymie).

Cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Rio de Janeiro
Image illustrative de l’article Cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Rio de Janeiro
Présentation
Nom local Igreja de Nossa Senhora do Monte do Carmo da antigua Sé
Culte Catholique
Type Ancienne cathédrale
Début de la construction 1761
Fin des travaux 1770
Style dominant Architecture baroque
Géographie
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région État de Rio de Janeiro
Ville Rio de Janeiro
Coordonnées 22° 54′ 12″ sud, 43° 10′ 31″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
Cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Rio de Janeiro

Géolocalisation sur la carte : Rio de Janeiro

(Voir situation sur carte : Rio de Janeiro)
Cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel de Rio de Janeiro

La cathédrale Notre-Dame-du-Mont-Carmel (en portugais : Igreja de Nossa Senhora do Monte do Carmo da antigua Sé) est l'ancien siège de l'archidiocèse catholique de Rio de Janeiro, au Brésil.

Construite à partir de 1761 afin de servir d'église aux Carmélites, le sanctuaire est utilisé comme chapelle royale (1808) puis comme chapelle impériale par les familles royales portugaises et brésiliennes (après l'indépendance du pays, 1822). Elle prend simultanément le titre de « Sé » (Cathédrale) et conserve cette fonction jusqu'en 1976, année durant laquelle est achevée la nouvelle cathédrale métropolitaine Saint-Sébastien.

Redevenue simple église paroissiale, elle reste l'un des principaux monuments historiques de la métropole brésilienne et dresse sa façade rococo sur la place du 15 novembre, au cœur du centre ancien. Elle jouxte d'autres monuments témoignant du riche patrimoine de l'ancienne capitale du Brésil, tels que le couvent des Carmélites (1761) et l'église du tiers-ordre du Carmel (1752).

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est en 1590 que l'ordre des Carmélites est implanté dans la petite cité de Rio de Janeiro. Une première chapelle est élevée à proximité de la baie de Guanabara avant qu'il ne soit décidé de remplacer ce modeste oratoire par un complexe monastique aux dimensions plus conséquentes. De nouveaux bâtiments conventuels (toujours visibles) sont érigés à partir du XVIe siècle, tandis qu'une imposante église est projetée et effectivement mise en chantier à partir de 1761. Sans doute dessinée par l'architecte portugais Manuel Alves Setúbal, elle est quasiment achevée (à l'exception de la façade et de la décoration intérieure) lors de sa consécration en 1770. Chefs-d'œuvre du sculpteur Inácio Ferreira Pinto (l'un des sculpteurs les plus renommés de la colonie au XVIIIe siècle), les boiseries sont achevées quinze ans plus tard, en 1785.

En 1808, le prince-régent Jean VI de Portugal et sa cour s'installent à Rio après l'invasion du Portugal par les troupes napoléoniennes. Plusieurs bâtiments officiels sont réquisitionnés pour loger les membres de la famille royale, notamment le palais du Vice-Roi et le couvent des Carmélites, où est notamment installée la Reine Marie Ire (mère du régent, destituée pour démence quelques années plus tôt). L'église Notre-Dame-du-Mont-Carmel est convertie en chapelle royale, prenant par ailleurs le titre de cathédrale quelques mois plus tard.

En tant que chapelle royale, la cathédrale est le témoin de plusieurs grands événements, dont les obsèques de la Reine Marie Ire et le Te Deum célébré à l'occasion de l'avènement de son fils Jean VI sur le trône de Portugal, Brésil et Algarves. Choisissant dans un premier temps de gouverner l'ensemble de ses possessions depuis Rio de Janeiro, le souverain est contraint de rentrer à Lisbonne après la révolution libérale de 1820. Deux ans plus tard, le fils aîné du Roi, resté au Brésil, proclame l'indépendance du territoire et se déclare empereur sous le nom de Pierre Ier.

Le couronnement impérial de Pierre Ier dans la cathédrale de Rio (1822), toile de Jean-Baptiste Debret

La cathédrale prend ainsi également le nom de chapelle impériale. C'est sous ses voûtes qu'a lieu le couronnement du premier empereur du Brésil () et la signature de la première constitution du pays (mars 1824) ; le couronnement de son successeur Pierre II (), le baptême de la princesse Isabelle () et le mariage de celle-ci avec Gaston d'Orléans () comptent également parmi les événements marquants dont a été témoin la cathédrale. La proclamation de la république (1889) lui fait perdre son titre de chapelle impériale, mais elle conserve son rang de cathédrale de Rio de Janeiro.

La façade, achevée quelques décennies plus tôt (années 1820) par l'architecte portugais Pedro Alexandre Cavroé, est remaniée au cours des premières années du XXe siècle. Une imposante statue de la Vierge Marie, œuvre de l'architecte Rafael Rebecchi, vient couronner le sommet du clocher, partiellement reconstruit entre 1905 et 1913.

Devenue trop exigüe pour satisfaire aux besoins de l'archidiocèse, une nouvelle cathédrale est mise en chantier en 1964 (Cathédrale Saint-Sébastien). Son achèvement en 1976 fait perdre à l'ancien sanctuaire son statut de cathédrale, qu'elle ne conserve que de manière purement honorifique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]