Catatonia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Katatonia.
Catatonia
Description de cette image, également commentée ci-après
Cerys Matthews, ici au Glastonbury de 2008.
Informations générales
Autre(s) nom(s) Paper Scissors Stone[1]
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock alternatif, Britpop, indie pop, rock indépendant, post-grunge
Années actives 19922001
Labels Blanco y Negro
Composition du groupe
Anciens membres Cerys Matthews
Mark Roberts
Paul Jones
Owen Powell
Aled Richards
Clancy Pegg
Dafydd Ieuan
Stephen « Frog » Jenkins
Guto Pryce

Catatonia est un groupe de rock alternatif britannique, originaire de Cardiff, au Pays de Galles. Il est actif entre 1992 et 2001. Le groupe se composait de Cerys Matthews au chant, Mark Roberts à la guitare, Paul Jones à la basse, Owen Powell à la guitare et Aled Richards à la batterie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines (1992)[modifier | modifier le code]

Catatonia est formé après que Mark Roberts et Cerys Matthews aient inventé leur groupe à Cardiff en 1992 dans les médias afin de se donner une meilleure crédibilité[2]. Matthews était fan de l'ancien groupe de Roberts, Y Cyrff[3]. Ils se rencontrent et commencent à écrire des morceaux à la fin de 1991[3],[4]. Ils écriront dans leurs paroles les quatre ans de leur relation[4]. Leur nom de groupe s'inspire de l'expérience vécue par Matthews dans un hôpital psychiatrique, et d'un ouvrage intitulé The Doors of Perception d'Aldous Huxley[3].

Roberts et Matthews croiseront régulièrement le chemin d'Owen Powell à cette période (ex membre d'Y Cyrff, actuel membre de Colour 45). Les deux groupes entraient en compétition lors du Cardiff Bay Music Fiesta, et alors que Colour 45 se classe 10e, Sweet Catatonia se classe 45e. Roberts et Matthews recrutent un batteur, Stephen « Frog » Jenkins, du groupe U Thant, et continuent d'enregistrer des morceaux bilingues anglais/gallois. Le groupe commence à jouer en concert, avec Matthews et Roberts qui boosteront verbalement leur popularité. Ils sont découverts par la compagne du chanteur du groupe The Pooh Sticks, qui pensait que Matthews incarnerait parfaitement la voix féminine du groupe. Mais après avoir vus Sweet Catatonia jouer, les membres du groupe ne s'accordent pas, et Matthews reste au sein de Catatonia. D'autres enregistrement suivent, avec l'arrivée de Guto Pryce. Cette session comprend le morceau Gyda Gwen qui attirera l'attention de Rhys Mwyn du label Crai Records.[3].

Whale et Bleed (1993–1995)[modifier | modifier le code]

La formation du groupe change après sa signature au label Crai, avec Jenkins et Pryce qui partiront pour se consacrer à d'autres projets. Mwyn auditionne auprès de Matthews et Roberts, et est rejoint par Dafydd Ieuan à la batterie ; Ieuan faisait partie d'autres groupes qui ont joué avec Y Cyrff de Robert. Un autre membre, du désormais raccourci Catatonia, était membre de Y Cyrff, Paul Jones, qui endossera la basse. Le dernier membre à les rejoindre est Clancy Pegg aux claviers, qui s'est lié d'amitié avec Roberts et Matthews après avoir emménagé à Cardiff. Ils jouent leur premier concert à l'international, en Allemagne, en soutien à Mwyn et son groupe de punk rock Anrhefn. Catatonia est engagé par le parti politique Plaid Cymru pour un concert en gallois au Builth Wells, en août 1993, mais ils y joueront finalement en gallois et en anglais[3].

Way Beyond Blue (1995–1996)[modifier | modifier le code]

le groupe commence à travailler sur un premier album, avec Paul Sampson à la production. Ieuan présentera Sampson à Aled Richards, qui sera plus tard remplacé par le batteur de Catatonia après le départ d'Ieuan pour Super Furry Animals[3].

Paper Scissors Stone et séparation (1999–2001)[modifier | modifier le code]

Le groupe arrête les concert après celui du NetAid en octobre 1999 et 2001. Ils reviennent pour un concert de charité le 28 avril. Ils jouent plusieurs morceaux issus de l'album, à ce stade intitulé It's What's Not There That Makes What's There What It Is[5]. En mai, ils le rebaptisent Paper Scissors Stone[6]. Catatonia joue en tête d'affiche du festival T in the Park le 7 juillet, après un concert au Lighthouse de Glasgow[7]. Le premier single de l'album, Stone by Stone, est mal accueilli par la presse, le NME lui attribuant une note de 1 sur 10[8].

Le groupe se sépare la même année. Matthews publie son premier album solo, Cockahoop, en mai 2003[9]. Son deuxième album, Never Said Goodbye, est publié en août 2006[10]. En novembre 2007, elle sort un mini-album en gallois intitulé Awyren=Aeroplane au label My Kung Fu[11]. Elle revient à la fin de 2009 pour deuxalbums enregistrés en gallois et en anglais (Paid Edrych I Lawr et Don't Look Down, respectivement)[12]. Powell écrira des morceaux pour Duffy[13] et animera une émissio nen gallois pour la Radio Cymru[9].

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

Sous le nom Paper Scissors Stone[1]

  • Cerys Matthews – chant
  • Mark Roberts – chant, guitare
  • Owen Powell – guitare
  • Paul Jones – basse
  • Aled Richards - batterie

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Dafydd Ieuan – batterie
  • Clancy Pegg – claviers[1]
  • Stephen « Frog » Jenkins – batterie
  • Guto Pryce – guitare[14]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Way Beyond Blue
  • 1998 : International Velvet
  • 1999 : Equally Cursed and Blessed
  • 2001 : Paper Scissors Stone

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1995 : The Sublime Magic of Catatonia
  • 1998 : The Crai-EPs 1993/1994
  • 2002 : Greatest Hits
  • 2006 : Platinum Collection
  • 2011 : Road Rage: The Very Best Of Catatonia

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « About Catatonia », MTV (consulté le 2 avril 2016)
  2. Andy Roberts, « Cool to be Cerys once more », BBC South East Wales, (consulté le 2 avril 2016).
  3. a, b, c, d, e et f Owens 2000.
  4. a et b (en) Siobhan Grogan, « The Good Life », The Guardian, Londres, (consulté le 28 avril 2010)
  5. Adam Bychawski, « Catatonia's Wage Rage », NME,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Adam Bychawski, « Stone Me! A New Catatonia Album », NME,‎ (lire en ligne).
  7. « Catatonia: Glasgow Lighthouse », NME,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Timothy Mark, « Catatonia: Stone by Stone », (consulté le 2 avril 2016).
  9. a et b « Catatonia », BBC Wales (consulté le 2 avril 2016).
  10. (en) « Cerys Matthews – Never Said Goodbye », BBC Wales, (consulté le 2 avril 2016)
  11. (en) « Cerys Matthews – Awyren = Aeroplane », BBC Wales, (consulté le 2 avril 2016)
  12. Jon O'Brien, « Don't Look Down – Cerys Matthews », AllMusic (consulté le 2 avril 2016)
  13. « 20 Songs With Surprising Writers », NME, (consulté le 2 avril 2016)
  14. Owens 2000, p. 43–47.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Owens, Cerys, Catatonia and the Rise of Welsh Pop, (ISBN 0-09-187412-2)
  • (en) Brian Wright, To Hell and Back with Catatonia, 2001. (ISBN 0-946719-36-5)

Liens externes[modifier | modifier le code]