Accident ferroviaire de Solers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’accident ferroviaire de Solers, survenu le 10 août 1918, a eu lieu à Solers dans le département de Seine-et-Marne. Il a causé la mort de 24 personnes et a fait 61 blessés. Une centaine de chevaux ont également été tués.

Circonstances de l'accident[modifier | modifier le code]

Le drame se produit dans la nuit du 10 août 1918 à 3 heures 30[1] sur l'ancienne ligne de Paris-Bastille à Marles-en-Brie. Un train venant de Paris s’immobilise à la suite d’une rupture d’attelage sur le viaduc de Solers. Le chef de train part le couvrir à l'arrière à l'aide d'un signal lumineux et de pétards placés sur la voie. Malgré ce dispositif, un train allant dans le même sens à quelques minutes d'intervalle ne parvient pas à s'arrêter à temps et percute le convoi à l'arrêt. Sous le choc, deux wagons sont projetés sur la voie contiguë au moment où arrive dans la direction inverse un troisième train. Celui-ci déraille, et certains de ses wagons défoncent le parapet et tombent dans l'Yerres six mètres plus bas.

Les victimes sont transportées à la Gare de Coubert - Soignolles, la plus proche du lieu du drame, où les blessés sont pansés avant d'être transférés à l'hôpital de Melun, où cinq succomberont[2]. Bien que la presse de l'époque ait chiffré à vingt-neuf morts le bilan de la catastrophe[3], il semble aujourd'hui qu'il ait été de vingt-quatre, dont dix-neuf tués sur le coup inhumés à Solers, et cinq ayant succombé à leurs blessures et enterrés à Melun. On comptait par ailleurs soixante-et-un blessés, un disparu, et une centaine de chevaux tués.

Les deux premiers trains transportaient des artilleurs du 101e régiment d’artillerie lourde de Lizy-sur-Ourcq à Révigny, le troisième transportait des soldats du 2e régiment de tirailleurs marocains de Maron à Rethondes en vue d’une attaque prévue le [4],[5]. Huit de ces derniers recevront la médaille militaire à titre posthume par décret du 14 décembre 1921[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]