Catégorie:Presse quotidienne disparue en Belgique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La presse quotidienne belge disparue comportait des titres ayant une forte audience internationale, grâce à l'importance de la place financière bruxelloise au XIXème siècle et à la position centrale de la Belgique en Europe, ainsi qu'a sa politique diplomatique ouverte et neutre, puis à son implication très tôt dans l'aventure coloniale. Elle se développe en particulier lorsque un important droit de timbre sur les journaux est supprimé en Belgique en 1848[1].

Alors qu'en 1850, le total des 15 journaux bruxellois ne dépassait pas 25000 exemplaires diffusés, L'Étoile belge est le premier à dépasser la barre des 10000 exemplaires, en 1857 avec 11320 abonnés[2] et une politique d'innovation éditoriale que ses rivaux imiteront, permettant à des talents de journalistes de grande envergure, de toutes nationalités, de s'exprimer dans leurs colonnes. Les titres financiers comme La Cote libre de la Bourse de Bruxelles d'Armand Mandel y sont présents.

La Bibliothèque royale de Belgique (KBR) a numérisé environ septante quotidiens belges parus entre 1831 et 1950. Un projet de 4,5 millions d’euros, initié en 2006 dans le cadre du plan de numérisation des patrimoines des établissements scientifiques fédéraux et de la Cinémathèque royale de Belgique[3]. Des titres très anciens ont survécu, comme Le Courrier de l'Escaut, né en 1829 face aux abus des Pays-Bas, La Meuse (Belgique), fondée en 1856 à Liège par quatre industriels, le banquier Gérard Nagelmackers, Félix Capitaine et les chevaliers Léon et Charles de Thier, où encore La Nouvelle Gazette, fondée en 1878 à Charleroi, L'Écho créé en 1881, la La Libre Belgique en 1884 et Le Soir en 1887. Chez les néerlandophones, le Het Laatste Nieuws, de tendance libérale, fondé en juin 1888 par Julius Hoste, et la Gazet van Antwerpen en 1891, sont les plus anciens encore en vie en 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "De la première à "La dernière heure": cent ans d'un quotidien pas comme les autres", par Christian Hubert, aux Luc Pire Editions, 2006, page 12 [1]
  2. "De la première à "La dernière heure": cent ans d'un quotidien pas comme les autres", par Christian Hubert, aux Luc Pire Editions, 2006, page 12 [2]
  3. "Des quotidiens belges du 19e et 20e siècle accessibles en format numérique", par l'AFP, le 8 mai 2012 [3]