Castrum Vesulium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Reproduction du Castrum Vesulium

Le Castrum Vesulium (château de Vesoul en latin) était un château fort situé sur la colline de la Motte, site désormais occupé par la ville de Vesoul. Le château a été construit au IXe siècle et détruit en 1595.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative du massacre de 1479

En 899, un document[1] faisant référence à la ville la désigne pour la première fois par le terme de Castrum Vesulium. Ce terme était le nom du château fort construit au sommet de la Motte de Vesoul pour protéger la ville.

Récemment, des objets[2] du néolithique et de l'époque gallo-romaine ont été retrouvés à l'emplacement de l'actuelle Vesoul, au plateau de Cita qui abritait autrefois un camp romain. Des archéologues ont également découvert au sommet de La colline de la Motte, centre ancien de la ville, des objets datant de l'Antiquité, principalement des monnaies et des médailles à l'effigie des premiers empereurs romains.

Canon retrouvé à la Motte provenant des ruines du château

À l’époque époque gallo-romaine, la ville est une petite station[3]. Elle tient lieu de relais de poste et gîte d'étape au croisement des voies reliant Mandeure à Port-sur-Saône (axe Est-Ouest) et Besançon à Luxeuil (axe Nord-Sud). Ce rôle de carrefour régional orienté vers les quatre points cardinaux perdure jusqu’au Moyen Âge. Vers 1030, la bourgade est appelée Castellum, terme qui désigne un camp fortifié.

Vesoul s'est formée sur les flancs de la colline de la Motte, une butte-témoin calcaire surplombant la vallée du Durgeon culminant à 375 mètres d’altitude où se trouve désormais la Chapelle Notre-Dame-de-la-Motte. C'est au IXe siècle que le château « Castrum Vesulium » est construit sur le sommet de la Motte. Cet emplacement d'importance stratégique permettant de repérer de loin l'approche de l'ennemi constitue un site défensif de premier choix durant les périodes des guerres médiévales[4]. Le château est construit par les comtes de Portois qui délaissent Port-sur-Saône, rasé par les Normands, pour s’installer à Vesoul. Les comtes de Portois fondent, dans la ville, en 1092, le prieuré Saint-Nicolas[5]. Les comtes, vassaux des comtes de Bourgogne, deviennent vicomtes en 1019 : le premier connu par les textes est Gislebertus, viscomes vesuli castri (vicomte du château de Vesoul )[6].

Assiégé et détruit partiellement en 1479 par Louis XI durant la guerre de succession de Bourgogne, puis reconstruit, le château est pris et totalement démantelé par les troupes de Henri IV en 1595 ; il ne sera pas reconstruit.

Vicomtes du chateau[modifier | modifier le code]

Gouverneurs du chateau[modifier | modifier le code]

  • Richard de Dampierre[7]
  • Jacques de Villafans

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vesoul », sur le site de la sarl BONTOURISM (consulté le 16 novembre 2012).
  2. « Découvertes », sur le site de l'agence immobilière saônoise (consulté le 16 novembre 2012).
  3. « Carrefour des voies », sur le site de la culture de la région (consulté le 16 novembre 2012).
  4. « le Castrum Vésulium », sur le site de l'office du tourisme de Vesoul (consulté le 16 novembre 2012).
  5. « La construction du château », sur le site de la culture de la région (consulté le 16 novembre 2012).
  6. « Les vassaux du château », sur http://missiontice.ac-besancon.fr/ (consulté le 16 novembre 2012).
  7. Histoire de Vesoul, Partie 1, Livre I, Chapitre V, p.39 : de Alfred Gevrey, 1865

Liens externes[modifier | modifier le code]