Castorama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Image illustrative de l'article Castorama
illustration de Castorama

Création 1969
Fondateurs Christian Dubois
Forme juridique SASU
Slogan Castorama, c'est castoche.
Siège social Drapeau de la France Templemars Voir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Marc TENART
Actionnaires Kingfisher
Activité Commerce de détail de bricolage, de décoration et l'amelioration de la maison
Société mère Kingfisher
Effectif 12 625 (Juillet 2016)[1]
Site web castorama.fr

Chiffre d’affaires en augmentation 2,98 milliards d'euros (Janvier 2016)
Résultat net en augmentation 30,9 millions d'euros (Janvier 2016)

Castorama est une chaîne française de grande distribution de bricolage, de décoration et d'aménagement de la maison.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un Castorama à Szczecin (Pologne)

Au sortir de la seconde Guerre Mondiale, la France se retrouve avec un parc de logements vétustes et inconfortables. Près de 50% des Français n’ont ni eau courante, ni électricité. En 1954, l’Abbé Pierre dénonce cette situation et donne de l’ampleur à la question du logement en France[2]. La fin des années 1950 et le début des années 1960 voient sortir de terre plus de 500 000 logements neufs par an. Parallèlement, les premiers supermarchés français font leur apparition. Les clients sont séduits par le choix proposé[3].[pertinence contestée]

C’est dans ce contexte, en 1961, que Christian Dubois, chef d'entreprise français, né à Lille en 1921 et mort en janvier 2005, ouvre un magasin de négoce d'outillage à Lille, d'une surface de 250 m², appelé "Central Panneaux"[4].

En 1968, le progrès matériel commence : apparition des réfrigérateurs, lave-linges ou encore autocuiseurs, ancêtres de la cocotte-minute. Les consommateurs français bricolent très occasionnellement et pourtant ils ont encore d’énormes besoins : seulement 40 % des ménages disposent de l’eau courante, 10 % d’une douche ou baignoire, et 25 % d’un WC intérieur[5].

Casto hq.jpg

En 1969, il inaugure son premier magasin-entrepôt à Englos, dans la banlieue ouest de Lille. Sur 5 000 m2, ce point de vente regroupe des rayons quincaillerie, électricité, bois, droguerie, papiers peints et matériaux : « Central Castor ». Un nom, qui fait référence au surnom de « castor », donné à l'époque à ceux qui construisaient eux-mêmes leur maison[6]. Prudent, le chef d'entreprise achète un hangar pour y développer son concept de magasin innovant, sur un marché où les clients devaient auparavant s'adresser à des professionnels pour se fournir. Le succès sera quasi immédiat.

Moins d’un an plus tard, Christian Dubois doit changer le nom de son enseigne à cause d'un concurrent. « Central Castor » devient alors « Castorama ».

Le deuxième magasin arrive en 1972, un troisième en 1973. En 1975, Castorama s'implante à Plaisir (Yvelines), hors de la région d’origine. C'est alors une époque faste pour l'enseigne, qui lance en 1977 le fameux slogan « Chez Casto, y a tout ce qu'il faut ! »[7], une formule lancée par Lucky Blondo, puis reprise deux ans plus tard par Pierre Pierret[8].

Castorama aborde la décennie 1990 avec un esprit de conquête. Dès 1989, Castorama regarde au-delà de ses frontières, avec des premiers pas en Italie. Suivent l'Allemagne, avec le rachat des magasins Briker (1992), la Belgique (1994), la Pologne (1996), puis le Brésil l'année suivante[9].

Toujours dans les années 1990, Castorama porte son attention sur les nouvelles formes de ventes, en particulier les magasins-entrepôts. En octobre 1993, Castorama se lance aussi sur le marché du discount et, à Reims, donne le coup d'envoi d’une nouvelle enseigne, Brico-Dépôt[10]. À cette même époque, Castorama lance des « castostages », formations de quelques heures qui permettent à tout néophyte d’apprendre, pour se lancer dans des projets d’aménagement ou de rénovation[11].

En 1998, Castorama s’allie avec l’enseigne de bricolage B&Q au Royaume-Uni. Le groupe britannique Kingfisher devient alors actionnaire de Castorama[12]. Parallèlement, Castorama lance son site marchand www.castorama.fr avec plusieurs milliers de références proposées aux internautes[13]

En 2002, Kingfisher devient actionnaire majoritaire de Castorama, ce qui le propulse à la place de leader européen et troisième groupe mondial du secteur de l'amélioration de l'habitat[14].

En 2003, Castorama se retire de Belgique en fermant son unique magasin[15].

En 2008, Leroy Merlin rachète Castorama Italie à Kingfisher. Ce dernier souhaite se débarrasser de ses magasins italiens et signe un accord de transfert avec Leroy Merlin. Le montant du rachat est de 615 millions d'euros.

Le slogan de Castorama change en 2010 et devient « C'est castoche ». Avec cette idée, la marque veut rendre le bricolage plus simple et développer de nombreux produits qui facilitent véritablement la vie des bricoleurs. Au même moment, Castorama lance également de nombreux outils pour permettre à chacun d’apprendre : 300 tutoriels en vidéos, un livre « Lancez-vous » détaillant des projets pas à pas, des zones d’essai en magasin ou encore le site d’entraide « Troc Heures »[16].

En 2013, Veronique Laury est nommée directrice générale de Castorama France.

En 2014, Castorama fait évoluer son logo, avec un trait d’union censé "symboliser le lien de l'enseigne avec les clients et leurs projets"[17].[pertinence contestée]

Fin 2014, Veronique Laury succède à Sir Ian Cheshire en tant que Directrice Générale du groupe Kingfisher[18]. Elle est remplacée à la tête de Castorama par Marc Ténart[19].

En 2015, avec les autres enseignes de Kingfisher, Castorama lance le plan "One Kingfisher", dont l'ambition est de créer des "Good homes" et de rendre l'amélioration de la maison accessible à tous[20].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2016, Castorama possède 102 magasins en France pour un chiffre d'affaires de 3.3 milliards d'euros[21].

Castorama compte également 64 magasins en Pologne et 17 magasins en Russie.

Responsabilité Societale de l'Entreprise (RSE)[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

La démarche RSE de Castorama s'inscrit dans la stratégie « Net positive » du groupe Kingfisher, autour de 4 priorités :

  • Développer la filière bois et contribuer à la reforestation ;
  • Devenir une entreprise à « Énergie Positive » ;
  • Innover avec des fournisseurs et des partenaires pour développer des produits plus propres, recyclables, démontables et issus de l'économie circulaire ;
  • Rendre l'amélioration de l'habitat accessible à tous, grâce au transfert de savoir-faire et aux projets communautaires, menés par les collaborateurs[22],[23].

Castorama a été récompensé par LSA pour un plan de travail cuisine et salle de bains, qui utilise le minimum de ressources et réduit la production de déchets. L’expérimentation de l’éco-circularité a aussi été récompensée par les Trophées de l’économie du Réseau Alliances[24],[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.kingfisher.com/files/results/2016/interim16/2016_interim_results.pdf
  2. « Le logement dans les années 60 », sur franceinter.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  3. « Années 50 - Le début des supermarchés - », sur http://fr.pickture.com/,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  4. (fr) LSA – Libre Service Actualités, « Le fondateur de Castorama disparaît », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  5. Alain Jacquot, « Cinquante ans d’évolution des conditions de logement des ménages », Données sociales - La société française,‎ (lire en ligne)
  6. (fr) « Castorama, la réussite du castor bricoleur », deco.fr,‎ (lire en ligne)
  7. « Castorama, le pionnier de la grande surface de bricolage », sur lsa-conso.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  8. « Lucky Blondo: «J'étais terrorisé sur scène» », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  9. « Castorama », sur JDN Réseau (consulté le 26 octobre 2016)
  10. « BRICO DÉPÔT, champion méconnu du bricolage », sur lsa-conso.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  11. (fr) « Castostages : pour devenir un pro de la bricole ! », Maison à part,‎ (lire en ligne)
  12. « Le rapprochement entre Castorama et Kingfisher définitivement entériné », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 26 octobre 2016)
  13. (fr) « Castorama.fr, sacré meilleur site marchand », Batiactu,‎ (lire en ligne)
  14. Kingfisher veut ravaler Castorama, sur TF
  15. Leroy Merlin abandonne la Belgique, sur Lalibre.be
  16. (fr) LSA – Libre Service Actualités, « Des bricoleurs solidement épaulés », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  17. (fr) LSA – Libre Service Actualités, « Castorama s’offre une nouvelle identité… et une baisse des prix sur 1000 produits », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  18. « Une Française prend la tête de Kingfisher, le géant européen du bricolage », sur lesechos.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  19. (fr) LSA – Libre Service Actualités, « Marc Ténart, nouveau directeur général de Castorama France », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  20. (fr) LSA – Libre Service Actualités, « Kingfisher : Véronique Laury annonce 1 milliard d'euros d'investissements d'ici à 2020 », lsa-conso.fr,‎ (lire en ligne)
  21. [PDF] Chiffres clés des 100 principales enseignes de distribution en France, classées en fonction du chiffre d'affaires 2009, sur LSA
  22. « DEVENIR « NET POSITIF », CHEZ CASTORAMA RIEN NE SE PERD TOUT SE TRANSFORME ! », sur bipiz.org,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  23. (en) « Kingfisher shakes up sustainability department in Net Positive 'evolution' », sur edie.net,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  24. « Trophées LSA de la diversité et de la RSE: découvrez le palmarès 2014 », sur lsa-conso.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  25. « Communiqué de Presse - Un produit issu de l’économie circulaire investit les cuisines », sur veolia.fr,‎ (consulté le 3 octobre 2016)
  26. « Trophées de l'Économie Responsable 2014 -- CASTORAMA », sur youtube.com,‎ (consulté le 3 octobre 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :