Castellum divisorium de Nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Castellum divisorium de Nîmes
Castellum PS01.JPG

Vestiges du castellum divisorium de Nîmes

Présentation
Type
Castellum aquae (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Rue de la LampèzeVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

Le castellum divisorium, ou castellum aquae, est un monument romain construit au Ier siècle à Nîmes, dans le Gard.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction du castellum remonte au Ier siècle. À l'époque romaine, il constituait l'aboutissement de l'aqueduc qui acheminait l'eau de la fontaine d'Eure à la colonie romaine de Nemausus, via le pont du Gard. Après avoir voyagé sur une cinquantaine de kilomètres à travers la garrigue, l'eau était répartie dans toute la ville par le moyen de canalisations, dont on peut encore aujourd'hui observer les ouvertures.

L'édifice a été mis au jour en 1844 et fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1875[1]. Ses vestiges se situent dans le centre-ville de Nîmes, rue de la Lampèze.

Structure[modifier | modifier le code]

Il comprend un bassin circulaire de près de 6 m de diamètre qui était à l'origine couvert et 10 ouvertures d'un diamètre de 40 cm. L'eau arrivait par un canal à section rectangulaire et elle était distribuée dans les différents quartiers de Nemausus grâce à 10 tuyaux en plomb partant des 10 ouvertures. Au fond du bassin, 3 autres ouvertures permettaient de le vidanger[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00103093, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Joanne Adolphe, 1880. Département du Gard. Hachette ed., 64 p., p. 57
  3. Guides bleus, 1988. Languedoc-Roussillon. Hachette ed., 688 p., p. 503

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]