Casquets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Casquets
Les Casquets vus d'avion
Les Casquets vus d'avion
Géographie
Pays Drapeau de Guernesey Guernesey
Localisation Manche (océan Atlantique)
Coordonnées 49° 43′ 18″ N 2° 22′ 42″ O / 49.7217, -2.378349° 43′ 18″ N 2° 22′ 42″ O / 49.7217, -2.3783
Nombre d'îles groupe d'îlots
Géologie récif de grès
Administration
Bailliage Guernesey
Démographie
Population Aucun habitant (2007)
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Les Casquets
Les Casquets

Géolocalisation sur la carte : Guernesey

(Voir situation sur carte : Guernesey)
Les Casquets
Les Casquets

Les Casquets se composent d’un groupe de rochers à 13 kilomètres au nord-ouest d’Aurigny, où plusieurs vaisseaux ont fait naufrage. Deux hypothèses sur l’origine du nom : casquette ou cascade.

Descriptif[modifier | modifier le code]

Les rochers font partie d’un récif de grès consistant des îles de Burhou et d’Ortac. Victor Hugo signale le nom des différents écueils émergeant entre les Casquets et Aurigny : Sastériaux, Anfroque, Niangle, Fond du Croc, les Jumelles, la Grosse, la Clanque, les Eguillons, le Grac, la Fosse-Malière, Sauquet, Hommeau, Floreau, la Brinebetais, la Queslingue, Croquelihou, la Fourche, le Saut, Noire Pute, Coupie, Orbue. Il n’y a guère de végétation.

Naufrages[modifier | modifier le code]

Parmi les naufrages les plus célèbres : ceux du HMS Victory, qui a percuté les îles en 1744, et SS Stella en 1899. Dans son roman "l'Homme qui rit", écrit durant son exil à Guernesey et terminé en 1868, Victor Hugo raconte dans le livre deuxième le naufrage de l'ourque biscayenne Matitudina, transportant des proscrits cherchant à quitter l'Angleterre, l'action se déroulant en 1688. Epargnés par les Casquets, les naufragés couleront entre Aurigny et Ortac.

Phare des Casquets[modifier | modifier le code]

Les trois tours formant le phare des îlots des Casquets (1857).
Article détaillé : Phare des Casquets.

Le premier phare fut inauguré le . Ses trois tours étaient éclairées par des feux à charbon : Saint Peter, Saint Thomas et « Le Dungeon ». Le phare fut bâti par Thomas Le Cocq, responsable de des îlots des Casquets, sous contrôle de Trinity House à Londres.

En 1954, le phare devient électrique. À présent, la lampe de la tour nord-ouest fait 37 mètres de haut et clignote 5 fois toutes les 30 secondes. Le phare est visible jusqu'à 24 milles marins. La corne de brume sur la tour et sonne toutes les 6 secondes, et on l’entend à 5 km environ.

Sur la tour ouest, un héliport rudimentaire a été aménagé. En 1990, tout le mécanisme devient automatique : on le commande à partir du « Trinity House Operations Control Centre» à Harwich.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, quand les Allemands occupaient les îles Anglo-Normandes, un Commando britannique du «Small Scale Raiding Force » fit deux incursions. La première, Operation Dryad, eut lieu entre les 2 et 3 septembre 1942. Elle aboutit à la capture de 7 Allemands, qui furent amenés en Angleterre comme prisonniers de guerre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

C