Casque de vélo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un casque de vélo.

Un casque de vélo est un dispositif de protection de la tête destiné à être porté en circulant à vélo. Destiné à réduire les risques de traumatismes crâniens en cas de choc à la tête et à optimiser l'aérodynamique du cycliste, la question de son utilité dans le cadre d'une pratique cycliste utilitaire est vivement débattue.

Description[modifier | modifier le code]

Un casque de vélo enveloppe la partie supérieure du crâne au-dessus des yeux et des oreilles, en descendant davantage à l'arrière du crâne.

Constitution[modifier | modifier le code]

L'essentiel du casque est constitué d'un matériau absorbant les chocs sur une épaisseur d'environ 2 cm mais certains modèles utilisant du carton alvéolé ont été homologués.

L'intérieur du casque est matelassé pour assurer un bon confort au contact avec le cuir chevelu. L'extérieur du casque est le plus souvent recouvert d'une fine coque rigide pour limiter la friction en cas d'impact avec vitesse tangentielle et à des fins d'esthétique.

Le casque est muni de sangles jugulaires passant de part et d'autre de chaque oreille et sous le menton pour bien être attaché à la tête. Quelques modèles raccordent les jugulaires au niveau d'un protège-menton.

Un casque de vélo s'adapte aux différentes formes de crâne :

  • par un dispositif d'ajustement au périmètre crânien à l'arrière ;
  • par un dispositif d'ajustement de la longueur des sangles jugulaires sous le menton.

Protection individuelle[modifier | modifier le code]

Un casque de vélo assure une protection efficace des tissus du scalp en cas de réception sur la tête. L'homologation en elle-même repose sur une protection efficace du crâne en cas d'impact à une vitesse normale inférieure d'environ 5,5 m/s (critère d'homologation)[1][2], soit l'équivalent d'une chute à l'arrêt. En revanche l'absence de protection du cou rend le casque de vélo ambigu face aux traumatismes du cou, car le casque augmente significativement la masse de la tête et son moment d'inertie tout en limitant la friction en cas de réception sur la tête.

Aérodynamique et aération[modifier | modifier le code]

Les casques de vélo se distinguent de la plupart des autres casques par l'aération qu'ils offrent, de manière à limiter l'échauffement du cycliste en effort. Les casques destinés à la vitesse sont conçus pour réduire le coefficient de traînée de la tête du cycliste, améliorant ainsi l'efficacité du pédalage (ex. cyclisme sur piste).

Législation[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

En Australie, le port du casque est obligatoire depuis 1991. Le nombre de cyclistes hospitalisés et la proportion de blessés touchés au crâne ont continué de baisser mais sans accélération significative[3], alors que la proportion de cyclistes portant un casque est passée en quelques mois de 30 % à 80 %. Par contre, la fédération des cyclistes australiens a enregistré une baisse de 30 % du nombre de déplacements faits à vélo dans les mois qui ont suivi la loi rendant le casque obligatoire. Cette baisse a été particulièrement importante dans la tranche d'âge des jeunes adolescent(e)s[4].

Si on prend en compte l'effet bénéfique pour la santé des déplacements « actifs » à vélo (voir par exemple dossier de presse Epode + Club des Villes Cyclables + FUBicy, juin 2006), cette mesure a eu un effet globalement négatif en dissuadant une partie des cyclistes de continuer à se déplacer à vélo.

Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, le port du casque est obligatoire dans cinq provinces : la Colombie-Britannique, l'Alberta, l'Ontario, chez les moins de 18 ans seulement, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse[5]. Une étude statistique a relevé une diminution de 52 % de la mortalité de jeunes cyclistes en Ontario après le passage de la loi rendant obligatoire le port du casque chez ces derniers[6].

Toutefois, l'origine de cette baisse est controversée : dans le même temps, au Québec, le nombre de victimes cyclistes a également fortement diminué, sans rendre le port du casque obligatoire, et ce alors que le nombre de cyclistes a augmenté[7].

Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, le port du casque est obligatoire depuis 2005 sur le réseau de routes nationales hors agglomération, avec une dispense possible par grande chaleur. D'après les données recueillies par la Direction du Trafic espagnole et l'Université polyclinique de Valencia de 2004 à 2007, la proportion de cyclistes portant un casque parmi les victimes d'un accident de la circulation est passée de 28 % à 48 %, mais la proportion de blessés hospitalisés touchés au crâne n'a pas varié.

France[modifier | modifier le code]

En France, le port du casque est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu'ils soient conducteurs ou passagers, depuis le 22 mars 2017[8].

Le 16 mars 2006, la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) avait recommandé de rendre obligatoire le port du casque à vélo pour les passagers transportés ainsi que pour les enfants de moins de quinze ans[9].

Le 2 octobre 2015, le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) avait recommandé de rendre obligatoire le port du casque certifié pour les usagers de bicyclette de moins de douze ans[10].

Il y a en France 22 millions de pratiquants[11].

Les associations de promotion du cyclisme urbain ont réagi aux recommandations puis au décret avec des contre-argumentaires[12],[13],[14].

Reste de l'Europe[modifier | modifier le code]

Le port du casque est obligatoire pour tous en Finlande. Il l'était également en Bosnie-Herzégovine jusqu'au 1 mars 2017. Onze pays membres de l'Union européenne ont rendu le port du casque à vélo obligatoire pour les enfants[15] :

  • jusqu'à 10 ans : Malte
  • jusqu'à 12 ans : Autriche, Lettonie
  • jusqu'à 15 ans : Slovaquie, Slovénie, Suède
  • jusqu'à 16 ans : Espagne, Croatie, Estonie
  • jusqu'à 18 ans : République tchèque, Lituanie

D'après un rapport de T.Krag publié par la fédération européenne des cyclistes ECF en 2006, environ 25 % des cyclistes finlandais portaient un casque. La mesure est trop récente en Suède pour que des évaluations soient disponibles.

Dans les pays dans lesquels le vélo est un mode de transport très répandu, plus de 25 % des déplacements aux Pays-Bas et au Danemark, le casque est peu porté (respectivement moins de 1 % et 3 %) et aucune mesure d'obligation n'est envisagée[16]. En Suisse, le port du casque n'est pas obligatoire mais recommandé[17].

Sport[modifier | modifier le code]

Dans le domaine du sport le casque peut aussi avoir une vocation aérodynamique. Dans le cyclisme professionnel sur route, l'obligation du port du casque s'est faite graduellement. Pendant longtemps, les coureurs s'y sont montrés hostiles. En 1991, une proposition de ce type avait provoqué une grève des coureurs cyclistes. La mort d'Andrei Kivilev, le pendant l'épreuve Paris-Nice, a déclenché le remplacement de la recommandation permanente du port du casque émise par l'UCI en obligation[18], effective depuis le 5 mai 2003.

Efficacité[modifier | modifier le code]

D'après le dossier de presse publié le 8 mars 2005 par la Sécurité routière, le vélo représente environ 4 % des déplacements, 4 % des blessés et 4 % des tués en France, et la proportion de blessés touchés au crâne est du même ordre quel que soit le mode de déplacement (17 % à vélo, 24 % en voiture, 26 % à pied)[19].

Selon une étude de l'American College of Surgeons, le port du casque diminue de 58 % le risque de traumatisme sévère[20]. 75 % à 80 % des accidents mortels à vélo sont des traumatismes crâniens[21],[22]. Le casque protège donc le crâne en cas de chute mais son avantage, en termes de santé publique, reste discuté, du moins chez l'adulte : les études disponibles ne sont pas toutes de grande qualité[23]. Il n'est pas exclu qu'un effet secondaire possible serait une diminution de l'utilisation du vélo[24]. Au Canada, il existe une diminution des admissions hospitalières pour traumatisme crânien mais cette baisse survient avant la mise en route de la législation sur le port du casque et le rôle de cette dernière n'est donc pas clair[25].

Une étude de Ian Walker en 2007[26] a montré que l'espace séparant le cycliste du véhicule le dépassant est réduit si ce dernier est casqué. Cette étude, menée sur un seul cycliste, n'a pas été reproduite, et ses résultats ont été remis en question en 2013 par d'autres analyses statistiques[27]. Ian Walker a réalisé en 2016 une étude[28] montrant que le port du casque a aussi une conséquence sur le cycliste lui-même, en l'incitant à prendre plus de risques.

D'après une étude de l’IFSTTAR, l’effet protecteur du casque est plus marqué pour les blessures sérieuses à la tête (réduction de 70 %) et moins marqué en agglomération que hors agglomération[29].

L'étude française SERAC (Suivi des enfants réanimés à la suite d’un accident de la circulation) de 2006 contenait 139 cas d'enfants cyclistes. Tous les enfants cyclistes réanimés à la suite d'un accident étaient non casqués sauf un pour lequel l’information sur le casque n’était pas connue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un casque de vélo, de quoi ça nous protège vraiment ? », Troyes en selle,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « EN 1078 », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  3. Robinson 2006
  4. « Bike helmets 'do more harm than good' », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  5. Keezer et al. 2007
  6. Presse Canadienne 2008
  7. Mémoire remis par Vélo Québec à la commission parlementaire Sécurité des cyclistes, janvier 2000.
  8. Décret n° 2016-1800 du 21 décembre 2016 relatif à l'obligation de porter un casque pour les conducteurs et les passagers de cycle âgés de moins de douze ans, (lire en ligne)
  9. Avis relatif à la prévention des traumatismes crâniens dans la pratique de la bicyclette
  10. 22 mesures du CISR
  11. « Des sorties vélo en famille et en toute sécurité ! », France vélo tourisme, sur attitude-prevention.fr
  12. Le casque obligatoire pour les moins de 12 ans [PDF]
  13. « C’en est fait … les enfants seront marqués d’un casque – Isabelle et le vélo » (consulté le 8 janvier 2017)
  14. « 10 arguments contre l’obligation du port du casque à vélo », sur L'interconnexion n'est plus assurée (consulté le 8 janvier 2017)
  15. « À vélo, le casque obligatoire pour les moins de 12 ans », ministère français de l'Intérieur, 22 décembre 2016.
  16. FUBicy 2009, p. 6
  17. Recommandation du port du casque (consulté le 4 septembre 2008).
  18. FQSC 2003
  19. FUBicy 2007
  20. (en) Helmeted Bicycle Riders Have Significantly Reduced Severity of Injury and Lower Death Rates After an Accident, 8 octobre 2015.
  21. « Le port du casque à vélo : C'est pas obligatoire, c'est juste indispensable » [PDF], Prévention au Canada (revue), n° 3, vol. XLV, juillet 2001
  22. « La lettre de la sécurité routière de la Creuse » [PDF], mai-juin 2015.
  23. Macpherson et Spinks 2008
  24. De Jong 2012
  25. Dennis et al. 2013
  26. Walker 2007
  27. (en) Olivier, Jake et Walter, Scott R., « Bicycle helmet wearing is not associated with close motor vehicle passing: A re-analysis of Walker, 2007 », PloS one,‎ (lire en ligne)
  28. (en) « Helmet wearing increases risk taking and sensation seeking »
  29. Emmanuelle Amoros, Mireille Chiron, Jean-Louis Martin, Bertrand Thélot et Bernard Laumon, Efficacité du casque à vélo sur les blessures à la tête, au visage et au cou, IFSTTAR, , 25 p. (lire en ligne), p. 18-19.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [De Jong 2012] Piet De Jong, « The health impact of mandatory bicycle helmet laws », Risk Analysis, no 32,‎ , p. 782-790 (lire en ligne)
  • [Dennis et al. 2013] Jessica Dennis, Tim Ramsay, Alexis F. Turgeon et Ryan Zarychanski, « Helmet legislation and admissions to hospital for cycling related head injuries in Canadian provinces and territories: interrupted time series analysis », BMJ, no 346,‎ (lire en ligne)
  • [FQSC 2003] Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC), « Le port du casque désormais obligatoire dans le peloton pro ! », Bulletin du secteur route et piste,‎ (lire en ligne)
  • [FUBicy 2007] « Casque : un dossier qui décoiffe ! », sur FUBicy.org,
  • [FUBicy 2009] « Généralisation du port du casque à vélo ? Une fausse réponse à l’insécurité routière ! », sur FUBicy.org, 2005, actualisation 2009
  • [Keezer et al. 2007] Mark Robert Keezer, Anand Rughani, Matthew Carroll et Barbara Haas, « Tête première : Le port du casque et la sécurité de nos enfants », Canadian Family Physician – Le Médecin de famille canadien, vol. 53,‎ (lire en ligne)
  • [Macpherson et Spinks 2008] Alison Macpherson et Anneliese Spinks, « Bicycle helmet legislation for the uptake of helmet use and prevention of head injuries », Cochrane Database of Systematic Reviews, no 3,‎ (lire en ligne)
  • [Presse Canadienne 2008] La Presse Canadienne, « Port du casque à vélo : le nombre de décès chute de moitié en Ontario », La Presse,‎ (lire en ligne)
  • [Robinson 2006] (en) D.L. Robinson, « No clear evidence from countries that have enforced the wearing of helmets », British Medical Journal, no 332 (7543),‎ , p. 722–725 (lire en ligne)
  • [Walker 2007] Ian Walker, « Drivers overtaking bicyclists: objective data on the effects of riding position, helmet use, vehicle type and apparent gender », Accident Analysis & Prevention, no 39,‎ , p. 417-425 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]