Caspe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caspe
Blason de Caspe
Héraldique
Drapeau de Caspe
Drapeau
Caspe
Vue générale
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Aragon Aragon
Province Saragosse
Comarque Bajo Aragón-Caspe
Code postal 50700
Démographie
Population 10 026 hab. ()
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 14′ 06″ nord, 0° 02′ 27″ ouest
Altitude 152 m
Superficie 50 333 ha = 503,33 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Caspe
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Caspe

Caspe (nom officiel en castillan ; Casp en aragonais) est une commune d’Espagne, dans la province de Saragosse, communauté autonome d’Aragon, chef-lieu de la comarque de Bajo Aragón-Caspe.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans ses environs s’étend la mar de Aragón (mer d’Aragon), grande retenue d’eau sur l’Èbre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Caspe est une ville historique d’Aragon située à 100 km à l’est de Saragosse.

Elle fut au XVe siècle le siège du célèbre Compromis de Caspe qui vit l’avènement de la dynastie des Trastamare en Aragon. Au XXe siècle, durant la guerre civile espagnole, elle fut le siège du Conseil d’Aragon, organe de gouvernement de l’Aragon républicain. C’est à Caspe que fut également rédigé le Statut d’autonomie de l’Aragón en 1936, qui ne put être ratifié par les Cortes (le parlement espagnol) à cause du déclenchement de la guerre d’Espagne.

Elle fut un nœud de communication important, qui n’a pas survécu au passage du temps.

Les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Statue de Juan Fernández de Heredia à Caspe

Dans le cadre de la Reconquista, Alphonse II d'Aragon s'en empare en 1169. Le roi d'Aragon l'échange en 1182 avec les Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y établissent une commanderie qui faisait partie de la châtellenie d'Amposta et de la langue d'Espagne[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

De nos jours, elle ne compte qu’à peine 8 000 habitants, car sa croissance a été pratiquement nulle tout au long du XXe siècle.

Variation démographique de la commune entre 1991 et 2004
1991 1996 2001 2004
8 0297 7707 8967 870

Économie[modifier | modifier le code]

Son économie s’appuie sur le secteur des services, l’industrie textile et les grandes exploitations agricoles irrigables, dans lesquelles travaille une importante main d’œuvre immigrée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Elle offre un important patrimoine historico-artistique (château du Compromis (es) — aujourd’hui en ruine —, collégiale Sainte-Marie-Majeure (es), mausolée de Miralpeix (es), ermitage de Marie-Madeleine, couvent des Franciscains, tour de Salamanque…), bien que nombre de ces constructions se trouvent dans un état de conservation lamentable et ne sont guère exploitables dans le cadre d’une politique de tourisme culturel.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Bériou (dir. et rédacteur), Philippe Josserand (dir.) et al. (préf. Anthony Luttrel & Alain Demurger), Prier et combattre : Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Fayard, , 1029 p. (ISBN 978-2-2136-2720-5, présentation en ligne), p. 197
  2. Armand Jamme, « Juan Fernández de Heredia » dans Prier et Combattre, 2009, p. 513-514

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]