Casimir Lefaucheux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Casimir Lefaucheux
Casimir Lefaucheux.jpg
Eugène Lefaucheux vers 1860.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Enfant

Casimir Lefaucheux est un armurier français né le à Bonnétable et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un apprentissage très réussi, il devient le meilleur ouvrier chez Jean Samuel Pauly.

Après le départ de Pauly pour Londres, Casimir collabore avec Roux et Pichereau pour devenir en 1827, propriétaire de l’armurerie, située au 4 rue des Trois-Frères à Paris.

Casimir se marie le à Paris, avec Françoise Constance Faivre, née le .

L’acquisition de la Maison Pauly en 1827, comporte aussi les droits d’exploitation des brevets de Pauly, Roux et Pichereau, ce qui donne à Casimir Lefaucheux toute liberté de déposer le son premier brevet, qui sera refusé pour manque de précisions[1]. Ce n’est que le que ce brevet est accepté (brevet 3590) après présentation des pièces manquantes, à savoir description et dessins. Ce brevet n’est que l’amélioration de ceux déposés par ses prédécesseurs. Le brevet et le mémoire descriptif déposé le sera capital pour la réputation de Casimir Lefaucheux, car il donne la description du légendaire « fusil à brisure »[Note 1], brevet accepté le pour 10 ans[2].

L’autre grande invention de Casimir Lefaucheux est la cartouche à broche : il obtient le un brevet pour ce nouveau type de munition, dans laquelle, pour la première fois, se trouvent réunis balle, poudre et amorçage (brevets 6348 et 6387).

En décembre 1835, il vend à Monsieur Jubé le fonds de commerce de la rue de la Bourse et les contrats de licences de fabrication des cartouches à Monsieur Gévelot pour 900 francs, et revient dans la région de son enfance.

En 1845, Casimir Lefaucheux revient à l’arquebuserie en rachetant le fonds de commerce du 10 rue de la Bourse à Monsieur Jubé.

En revenant, il commence à s’intéresser aux pistolets, poivrières et à la percussion centrale, car le , Casimir prend le brevet d’invention no 1371 concernant le chargement d’un pistolet par la culasse. Le système est très simple, il suffit de faire pivoter le canon pour pouvoir charger. Ce brevet sera suivi de nombreuses additions durant les 5 ans à venir. Les deux premiers additifs, du 7 février et , donnent naissance à la poivrière à broche.

Nouveau déménagement en 1850, au 37 rue Vivienne pour des bureaux et locaux plus spacieux et mieux situés dans le quartier.

En 1852, il espère toujours décrocher un marché avec l’armée et pour ce faire, dépose plusieurs brevets concernant des adaptations et améliorations des munitions. Il n’a pas le temps de conclure, car il s’éteint le , au 37 rue Vivienne, à 9 heures du soir.

La cérémonie religieuse aura lieu en la basilique Notre-Dame-des-Victoires le 11 août suivant à 12 heures.

Casimir Lefaucheux repose au cimetière de Montmartre à Paris, dans le caveau familial.

Après la mort de Casimir, c’est Françoise son épouse qui, d’abord seule et ensuite avec Eugène, son fils, et Laffiteau, son gendre, prend la suite des affaires.

En avril 1854, Eugène Lefaucheux prendra son indépendance vis-à-vis de sa mère en déposant son brevet pour le revolver M1854 (en) et crée dans la foulée sa propre entreprise sous le nom de : E. LEFAUCHEUX et &.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume van Mastrigt, Eugène Lefaucheux ou l'apothéose de la saga familiale, Chaumont, Éditions Crépin Leblond, 2013.
  • Gérard Lautissier et Michel Renonciat, Casimir Lefaucheux, arquebusier 1802-1852, La Tour-du-Pin, éd. du Portail, 1999.
  • Christiane Balufin, Eugène, Gabriel Lefaucheux, arquebusier, inventeur et châtelain de Bruyères-le-Châtel, Paris, impr. Haneuse, 2000, 37 p.
  • Gérard Henrotin, Le revolver Lefaucheux double action 7mm expliqué, Éditions H&L - HLebooks.com, 2012.
  • Gérard Henrotin, Les fusils de chasse à percussion et à broche expliqués, Éditions H&L - HLebooks.com, 2010.
  • Gérard Henrotin, Les revolvers à broche expliqués, Éditions H&L - HLebooks.com, 2010.
  • Gérard Henrotin, Les poivrières à broche expliquées, Éditions H&L - HLebooks.com, 2010.
  • Jean-Claude Mournetas, La saga des fusils de chasse Lefaucheux, Biarritz, Éditions Atlantica, 2013.
  • Martin J. Dougherty, Armes à feu : encyclopédie visuelle, Paris, Elcy éditions, , 304 p. (ISBN 978-2-7532-0521-5), p. 55.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dont le chargement s'effectue en basculant les canons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Aaron Newcomer, « Casimir Lefaucheux’s first pistol and the death of Pauly’s Cartridge System : Le premier pistolet de Casimir Lefaucheux et la mort de de la cartouche Pauly », sur aaronnewcomer.com, (consulté le ).
  2. Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne, « Fusil de chasse de 1832 fabriqué à Paris », sur mai.saint-etienne.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :