Casimir Bonjour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonjour (homonymie).
Casimir Bonjour
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Casimir Bonjour, auteur dramatique, né à Clermont-en-Argonne le 15 mars 1795, mort à Paris le 21 juin 1856.

Fils d’un sous-officier de gendarmerie, il fit de brillantes études au collège de Reims, puis entra à l’École normale. Il fut un temps professeur de rhétorique au Lycée Louis-le-Grand, puis opta pour une carrière administrative au ministère des Finances, tout en écrivant pour le théâtre. Il sera par la suite bibliothécaire. Il rencontra la faveur du public grâce à ses comédies, bien composées, élégamment versifiées, cachant habilement une intention morale. Ses pièces se distinguent plus par la finesse de l’analyse, la grâce des dialogues, l'honnêteté des intrigues que par leur force comique proprement dite. Prenant son temps pour élaborer, peaufiner, retoucher chacune de ses œuvres (il mit 10 ans à composer le Bachelier de Ségovie), on dit de lui qu’il songeait plus à sa réputation littéraire qu’à sa situation financière. D’ailleurs il postula plusieurs fois à l’Académie française, et, face à Victor Hugo, il faillit bien l’emporter, à quelques voix près. Puis, avec le temps, ses chances s’amoindrirent, et il finit par y renoncer.

Quelques-unes de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Mère rivale, comédie en trois actes, en 1821 à la Comédie-Française, qui eut un bon succès ;
  • l’Éducation ou les Deux Cousines, comédie en cinq actes le 10 mai 1823 à la Comédie-Française ;
  • Le Mari à bonnes fortunes, comédie en cinq actes et en vers le 30 septembre 1824 à la Comédie-Française ;
  • L’Argent ou les Mœurs du siècle, comédie en cinq actes et en vers, le 12 octobre 1826 à la Comédie-Française ;
  • Le Protecteur et le mari, comédie en cinq actes et en vers le 5 septembre 1829 à la Comédie-Française, succès contesté, la pièce fut réduite à trois actes ;
  • Naissance, fortune et mérite ou l’Epreuve électorale, comédie en trois actes et en prose le 13 mai 1831 à la Comédie-Française, « pièce politique froide et sans intérêt, mais élégamment écrite » selon Larousse ;
  • Le Presbytère, comédie en cinq actes et en vers le 21 février 1833 à la Comédie-Française ;
  • Le Malheur du riche et le bonheur du pauvre, roman de mœurs, en 1836 ;
  • Coup d’œil sur le théâtre, en 1838 à l’Athénée royal ;
  • Le Bachelier de Ségovie ou les Hautes Études, comédie en cinq actes et en vers le 15 octobre 1844 au Théâtre de l’Odéon, (refusée par la Comédie-Française).

Liens externes[modifier | modifier le code]