Casey Jones (mécanicien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Casey Jones
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait.
Nom de naissance John Luther Jones
Naissance
Sud-ouest du Missouri
Décès (à 37 ans)
Vaughan (en)
Profession

Casey Jones, (1863-1900) est un mécanicien de locomotive des États-Unis qui fut tué dans un accident ferroviaire où son action pour arrêter le train permit la survie de ses passagers. Cette action héroïque est devenu le thème d'une chanson populaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Luther Jones (dit Casey Jones) est né le dans le sud-ouest de l'État du Missouri, ses parents sont Frank Jones, instituteur, et Ann Nolen Jones. Il sera l'ainé d'une fratrie de cinq enfants[1].

Casey Jones a vécu près de Cayce, dans le Kentucky, aux États-Unis, ville dont il tire son surnom. En grandissant, il s'intéresse aux chemins de fer et aspire à devenir mécanicien de locomotive[2].

À l’âge de 15 ans, Casey Jones déménage à Columbus, toujours dans le Kentucky, puis il travaille comme télégraphiste pour le Mobile and Ohio Railroad.

En 1884, il retourne à Jackson. Alors qu'il y vit dans une pension de famille, Jones rencontre et tombe amoureux de Joanne Brady, dite Janie. Le couple se marie le à Jackson. Ensemble, ils ont deux fils et une fille.

En 1891, on lui offre un emploi à l'Illinois Central Railroad en tant que mécanicien de locomotive. Jones a la réputation de toujours respecter son horaire....en poussant parfois sa machine un peu plus que de raison. À cette époque, les locomotives à vapeur sont le dernier cri de la modernité et certains mécaniciens jouissent d'une célébrité médiatique comparable à celle d'un actuel champion de course automobile.

La notoriété de Casey Jones venait aussi d'un sifflet à vapeur spécial , à la note reconnaissable entre toutes (et surnommé the call of the Whippowill - l'Appel du Farfadet ) , qu'il installait sur les locomotives qu'il conduisait et actionnait abondamment à chaque traversée de ville ou de village.

Il meurt en freinant sa locomotive, le Cannonball Express, à Vaughan le lors d'une collision ferroviaire à laquelle les passagers du train survivent[3]. Cette mort sera popularisée par une chanson, The Ballad of Casey Jones.

La ballade de Casey Jones[modifier | modifier le code]

La ballade de Casey Jones est une chanson hagiographique, rendant un hommage appuyé à un employé modèle, à l'époque très médiatisé, altruiste et courageux qui se sacrifie pour sauver ses passagers (après avoir précédemment risqué sa peau pour sauver la vie d'une fillette égarée sur la voie[4])... Toutefois cette "image pieuse" de travailleur modèle a déplu aux syndicalistes américains du IWW engagés dans des conflits très durs avec les grands patrons du Chemin de Fer lors de la Grande Dépression des années 30.

Avec un humour iconoclaste, les syndicalistes en ont créé une version négative intitulée Casey Jones the Union scab (Casey Jones le briseur de grève) où le protagoniste principal refuse de faire grève, déraille lors d'un accident (causé selon les versions par un sabotage ou par l'état déplorable de sa locomotive) arrive au paradis... où Saint Pierre l'embauche pour briser une grève des musiciens célestes. Les anges (constitués en syndicat ouvrier !) se révoltent alors et précipitent Casey Jones en EnferSatan l'expédie dare - dare pelleter du soufre dans les chaudières infernales.

Cette version syndicaliste de la chanson fut notamment popularisée par les Folksingers Pete Seeger et Woody Guthrie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark C. Carnes, 2005, p. 289
  2. « MuseumPage », sur www.caseyjones.com (consulté le 18 février 2016)
  3. (en) « Casey Jones Biography », sur bio,
  4. Peter M. Adamson, « (The Ballad of ) Casey Jones (Lyrics) - (Seibert-Newton) Arr.P.M.Adamson », (consulté le 30 novembre 2016)
  5. solidaritet2010, « Casey Jones - Pete Seeger », (consulté le 30 novembre 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]