Caserne des Mousquetaires-Noirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caserne des Mousquetaires-Noirs
Paris 12 - Ancienne caserne des Mousquetaires noirs.jpg
Présentation
Type
Caserne, bâtiment détruit (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Architecte
Construction
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 11e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 11e arrondissement de Paris
Red pog.svg

La Caserne des Mousquetaires-Noirs est une ancienne caserne située au no 26 rue de Charenton, dans l'actuel Hôpital des Quinze-Vingts, dans le 12e arrondissement de Paris[1].

Construite entre 1699 et 1701 par Robert de Cotte et Jean Beausire[1], elle accueillait la deuxième compagnie de mousquetaires dont le surnom provenait de la robe de leurs chevaux afin de les distinguer avec la première compagnie (mousquetaires gris).

Gilbert du Motier de La Fayette, marquis connu pour son rôle dans la guerre d'indépendance des États-Unis, y aurait fait son apprentissage militaire, ainsi qu'à Versailles, entre l'âge de 12 ans et 17 ans[2].

La compagnie des mousquetaires noirs fut supprimée en 1775. Le cardinal de Rohan y transféra en 1779 l'Hôpital des Quinze-Vingts.

La caserne est partiellement inscrite (conciergerie, chapelle, chœur et abside) au titre des Monuments historiques par arrêté du [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice no PA00086564, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Henri Doniol, La famille, l'enfance, la jeunesse du marquis de La Fayette, Orléans, Ernest Colas, 1876 & Agénor Bardoux, La jeunesse de La Fayette 1717-1792,Paris,Calmann-Lévy, 1892, 409. p. également Antoine Vallori, Mémoire de séminaire 4e année, La Fayette dans la mémoire collective , Institut Politique de Lyon, 2011, p. 8, introduction

Voir aussi[modifier | modifier le code]