Carrière de Menchecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carrière de Menchecourt
Image illustrative de l’article Carrière de Menchecourt
Biface trouvé à Abbeville (Carrière de Menchecourt), présenté à l’Exposition universelle de 1867, conservé au Muséum de Toulouse.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Protection Logo monument historique Classé MH (1983)[1]
Coordonnées 50° 06′ 24″ nord, 1° 50′ 50″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Carrière de Menchecourt
Carrière de Menchecourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
(Voir situation sur carte : Somme)
Carrière de Menchecourt
Carrière de Menchecourt
Histoire
Époque Paléolithique inférieur

La Carrière de Menchecourt, située rue de Haut, dans le quartier de Menchecourt, sur le territoire la commune d'Abbeville, dans le département de la Somme, est un site préhistorique du Paléolithique inférieur. Elle a été classée monument historique en 1983[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Dans cette carrière de sable, située sur une terrasse alluviale de la Somme ont été retrouvés, au XIXe siècle, des ossements d'animaux préhistoriques et des silex taillés du Paléolithique ancien.

Intérêt du site[modifier | modifier le code]

En 1844, Jacques Boucher de Perthes découvrit, dans les couches les plus anciennes de la terrasse alluviale de Menchecourt-lès-Abbeville, des outils en silex à côté d'ossements de grands mammifères disparus qu'il data du Pléistocène (période comprise entre -2,5 millions et -10 000 années). Il rédigea plusieurs ouvrages entre 1846 et 1864, notamment Antiquités celtiques et antédiluviennes, dans lequel il exposait ses découvertes et démontra que deux industries s'étaient succédé dans le temps, comme se superposaient les deux strates des terrains qu'il avait fouillés. La strate la plus récente se caractérisait par des pierres polies et la précédente par des silex taillés contemporains d'ossements de mammouths et de rhinocéros nain[2].

L'étude chronologique des couches permit de dater les vestiges retrouvés. Boucher de Perthes démontra ainsi qu'à une période très ancienne existait déjà un homme « pré-historique ». Il était jusque-là généralement admis que la création de la Terre et de l'homme remontait à 4 004 ans av. J.-C., et ce, sur la base d'estimations extrapolées du récit biblique par l'archevêque anglican James Ussher (chronologie d'Ussher).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Classement de la Carrière de Menchecourt », notice no PA00116014, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Franck Ferrand, « Préhistoire, une notion récente », émission Au cœur de l'histoire sur Europe 1, 22 novembre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Boucher de Perthes, Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, vol. 1, 2, 3, 1847, 1857, 1864.
  • Boule & Verneaud, L'Anthropologie, (lire en ligne), p. 463.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]