Carpenter Brut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carpenter Brut
Description de cette image, également commentée ci-après
Carpenter Brut en concert à Hambourg en 2018.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Darksynth, Metal, electro, Rock, synthwave
Années actives Depuis 2012
Labels No Quarter Prod
Black Bus Records
Influences Musique rock et électro des années 80
Justice
Site officiel https://www.carpenterbrut.com/
Composition du groupe
Membres Franck Hueso

Carpenter Brut, de son vrai nom Franck Hueso[1],[2], est un artiste de musique électronique/Rock français originaire de Poitiers. Il est autoproduit sous le label No Quarter Prod[3].

S'exposant peu aux médias[4],[5], il jouit néanmoins d'une certaine réputation dans le milieu underground électro en France, et surtout à l'international où l'artiste rencontre du succès et possède une notoriété plus forte qu'en France[6]. Son œuvre emprunte principalement aux styles Metal et synthwave[7]. Carpenter Brut est une figure majeure du sous-genre musical Darksynth, genre s'inspirant de sonorité sombres, du metal et de musiques de films d'horreur[8].

À l'image de Daft Punk, Carpenter Brut cultive le secret sur son identité. Lors du générique de fin de ses concerts, il se fait appeler Frank B. Carpenter.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franck Hueso est né en 1977 a Poitiers[9]. Il se déclare petit-fils d’un immigré espagnol dont le grand-père anarchiste a lutté contre le franquisme. Il affirme également être né dans une famille « humaniste et progressiste »[10].

Pendant vingt ans il travaille comme ingénieur du son pour différents groupes de metal français tels que Deathspell Omega, Hacride et Klone[9].

L’idée de faire de la musique électronique est née de la volonté d’écrire de la musique seul, plutôt que d’être dans un groupe. Ce qu'il explique en 2017 : « La musique électro est parfaite pour ça [écrire seul], surtout quand on n’est pas un bon musicien comme moi.»[11].

Début 2012 il se lance en parfait autodidacte dans son projet musical Carpenter Brut[12] .A ce sujet il déclare que le projet Carpenter Brut « a commencé quand j’en ai eu marre du metal en fait. L’électro était cool et pratique dans le sens où je n’avais besoin que d’un ordinateur, de synthés (même virtuels)… J’ai écouté des groupes pour me familiariser aux codes, trouver un son, j’ai regardé des tutoriels sur YouTube et puis j’étais déjà fan de Justice donc l’idée c’était de les copier au maximum.»[13]. Dans une autre interview il affirme également que leur « titre Stress, si fort et dérangeant, tellement nouveau à sa sortie en 2007. [...] m’a donné envie de pousser encore plus loin la rencontre du rock extrême et de la techno. L’idée, c’était de sonner moins pop-rock et davantage heavy metal… Cela m’a pris du temps car, en dehors d’une année d’apprentissage du piano au Conservatoire, dont j’ai tout oublié, je suis musicien autodidacte. En fait, j’ai appris à jouer du synthé et je me suis familiarisé avec les machines à partir du moment où j’ai décidé de monter Carpenter Brut »[9].

Concernant son nom plusieurs médias semblent y voir une référence au réalisateur John Carpenter [14],[15]mais l'artiste précise que c'est surtout en référence au champagne Charpentier[16].

EPs, Trilogy & CARPENTERBRUTLIVE (2012–2017)[modifier | modifier le code]

La carrière musicale de Carpenter Brut débute en 2012 avec la sortie de son 1er EP intitulé EP I le 23 décembre 2012, suivi de EP II paru le 20 septembre 2013 puis EP III le 19 janvier 2015 formant ainsi une trilogie[17]. Les 3 pochettes des EP sont réciproquement basé sur des montages fait sur des photographies , Carpenter Brut explique qu'il « trouvais ça à la fois cool et pratique de travailler à partir de photos. Il y’a quelque chose qui rapproche la musique à la réalité bien qu’on soit dans de la fiction pure. Cette ambivalence me branchait bien. Et pour le côté pratique, au début, je n’avais pas un rond pour me payer des graphistes donc c’était la solution la plus simple.». Les trois thèmes abordés dans ces 3 EP sont l’horreur, les films d’action et l’apocalypse, il stipule que « ce sont vraiment trois thèmes qui me tiennent à cœur, parce qu’ils font partie des films de genre que je préfère regarder. »[12].

Dans la même période il monte son propre label ''No Quarter Prod'' avec l’intention de rester indépendant et de garder le contrôle sur sa propre image et son art tout en pouvant rester libre financièrement et dans la construction de son projet[18],[19]. En outre il s'associe avec le distributeur Caroline International qui est un label du groupe Universal Music afin d'éviter les ruptures de stock et de garantir la distribution de sa musique [20] . Le 10 février 2015 une compilation reprenant l'intégralité de ces trois EPs sort sous le nom Trilogy [21]. Cette même année, c'est l'univers du jeu vidéo qui fait office de rampe médiatique, puisque on retrouve certain de ses morceaux dans la bande-son du jeu vidéo Hotline Miami 2: Wrong Number [22],[23].

Carpenter Brut en concert en 2017. Il est accompagné par Adrien Grousset à la guitare (membre du groupe de metal Hacride) et Florent Marcadet à la batterie (également membre de Hacride et du groupe de rock progressif Klone).

Il s'ensuit alors une série de concerts donnés à travers la France, l’Europe et l’Amérique du Nord (dont une tournée américaine en première partie du groupe suédois Ghost). Lors de ses tournées, il est accompagné par Adrien Grousset à la guitare (membre du groupe de metal Hacride) et Florent Marcadet à la batterie (également membre de Hacride et du groupe de rock progressif Klone)[24]. Il participe aussi à des festivals de musique comme le Printemps de Bourges[25], le festival Terra Incognita[26] le SXSW, le Roadburn, ou encore le festival Motocultor[27].

Le , sort son premier album live CARPENTERBRUTLIVE tiré d'un enregistrement d'un des concerts de sa tournée[28]. Dans cet album live, à côté de 14 des 18 titres issues de Trilogy, on trouve aussi 4 titres inédits : « Chew Bubble Gum » (hommage au film de 1988, « Invasion Los Angeles » de John Carpenter). Un morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp paru 2014 « 5 118 574 » . Le morceau « The Good Old Call » également un morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp paru en 2014[29] . Et une reprise inédite, celle de « Maniac » par Michael Sembello, titre mythique des années 80s tiré de la bande originale du film Flash Dance[30]. Il explique le choix de faire cet album live de par le fait que « par rapport au live, c’était une façon de garder un enregistrement de la première tournée qui s’achève fin aout, et de permettre aux gens qui ne nous ont pas vu live d’avoir une idée de ce que ça peut donner, et de trouver ça génial »[13].

Leather Teeth (2018-2019)[modifier | modifier le code]

Dès , Franck Hueso évoque avoir comme projet un album studio en 2018[12]. En 2017 il explique que « le prochain album sera plus pop, moins sombre, histoire de proposer autre chose et éviter ainsi de tomber dans la surenchère de la violence qui aurait pu rendre l’album parodique »[31]Le 31 janvier 2018 parait un teaser officiel de l'album de 40 secondes sans pourtant spécifier une date de sortie[32]. Toutefois des vendeurs en ligne font fuiter la date de sortie du disque en le mettant au catalogue légèrement en avance[33].

L'album sort le et est rapidement présenté comme la bande originale d’un film imaginaire et qui serait la première partie d’une nouvelle trilogie[34]. Un communiqué de presse accompagnant la sortie de l'album stipule que : « Leather Teeth est la bande originale d’un film imaginé par Carpenter Brut, qui raconte l’histoire d’un adolescent américain timide, Bret Halford, qui ne peut pas obtenir une fille et fera tout ce qu’il peut pour la convaincre, y compris en devenant le chanteur de l’un des groupes les plus discutés au milieu du glam-metal des années 80, Leather Patrol. » Le communiqué de presse comprenait également une citation de Carpenter Brut, décrivant l’album comme « une pure frénésie comme Master of Puppets, ou l’un des bons vieux albums de métal »[35] . A travers cet album apparait dans 2 morceaux, Kristoffer Rygg ( du groupe Arcturus, Borknagar et Ulver) et Mat McNerney (du groupe Grave Pleasures) au chant[36].

Leather Teeth raconte donc l'histoire de Bret Halford, un étudiant en sciences introverti, amoureux d’une pom-pom girl qui ne l’aimait pas, lui préférant de loin le quarterback vedette de l’équipe de football américain du lycée. Après avoir été malmené par les coéquipiers du quarterback en question, lors d’une soirée organisée à ses dépens, Bret, fou de rage, tente de créer une potion censée lui permettre de tous les contrôler, mais, suite à une erreur de manipulation, il finit défiguré. Remettant ses plans de vengeance à plus tard, il devient alors Leather Teeth, chanteur du groupe glam rock, Leather Patrol, qui va essayer de séduire cette jeune fille, ainsi que beaucoup d’autres filles[37].

Certain média voit le nom du protagoniste Bret Halford comme un mélange du nom de Bret Michaels du groupe Poison et de Rob Halford de Judas Priest[38].

En , il déclare avoir eu l'idée d'un tel album depuis un an et avoir travaillé dessus pendant quatre mois non-stop.[20]Dans une interview de , Hueso a expliqué que Leather Teeth avait été inspiré par « Judas Priest et le glam rock des années 80 »[39].Hueso s’est décrit, dans d'autre interview de 2018, comme étant « fatigué de cette course à celui qui fait la musique la plus sombre ou la plus brutale » et qu'il ne voulait pas tomber dans une surenchère du dark[20], tout en décrivant le son de Leather Teeth comme étant « plus doux » et « plus glamour » que Trilogy « tout en flirtant avec un côté sombre qui sera développé dans le prochain album », une suite qu’il entend être « plus sombre et plus violente »[40],[39].

Il lance la même année la tournée Leather patrol tour se fragmentant en deux partie avec à chaque fois plusieurs dizaines de concerts[41],[42]. Dans le cadre de cette tournée il est de nouveau accompagné par Adrien Grousset à la guitare (membre du groupe de metal Hacride) et Florent Marcadet à la batterie (également membre de Hacride et du groupe de rock progressif Klone). Tournée dans laquelle il jouera par exemple dans la 19ème édition du festival américain Coachella en 2018[43], la 13ème édition du Hellfest [44]ou encore à l'Olympia à Paris[45]. Durant leur concert, derrière les musiciens se trouve un écran géant sur lequel défilent des vidéos faisant appels aux nombreux codes visuels typiques des années 80, avec une succession d’images caricaturales sur les écrans géants, qui selon La Grosse Radio « évoque tantôt Alerte À Malibu, tantôt une vieille série B mal doublée » le tout sur fond de croix renversées[46],[47].

Blood Machines OST (2020-2021)[modifier | modifier le code]

En 2020, il produit la bande originale du film français de science-fiction Blood Machines[48] réalisé par Seth Ickerman ( derrière ce pseudonyme se cache en réalité deux français Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard )[49]. Le film se veut comme étant une suite au vidéoclip paru en 2016 du morceau Turbo Killer de Carpenter Brut déjà réalisé par Seth Ickerman[50] et comptabilisant plus de 13 millions de vues sur YouTube[51]. En effet, Seth Ickerman souhaitait réaliser un long métrage utilisant une bande-son de Carpenter Brut avant même la sortie du clip de Turbo Killer, et en raison du succès de Turbo Killer et des demandes des fans pour une suite, Blood Machines est entré en développement [11]. Une campagne Kickstarter a vu le film passer d'une durée estimée de 30 minutes à 50 minutes[52].

Leather Terror (2022-2023)[modifier | modifier le code]

En 2017, c'est à dire avant même la sortie de son 1er album ( Leather Teeth ) Franck Hueso évoque déjà son second album « l’album d’après sera à nouveau plus violent et evil parce qu’il faudra bien refaire un retour aux sources, celui réclamé par les fans.»[31].

Hueso avait laissé entendre qu'un nouvel album de Carpenter Brut pourrait sortir fin 2020 "au plus tôt "[53] . Le 19 mai 2021, il annonce sur Twitter que Leather Terror sortirait début 2022[54], dont la date de sortie a ensuite été fixée au 1er avril 2022[55]. L'album implique une " réinvention " de Carpenter Brut et emmène la musique " sur un chemin plus sombre ". L'artiste explique que « même si, au début, je ne savais pas exactement comment je voulais que l’album sonne, je savais que je voulais qu’il soit massif et violent. »[56].

Cet album s’agit du deuxième volet d’une trilogie initiée par l’album Leather Teeth sorti en 2018 qui racontait l'histoire d'un personnage qui veut se venger de la pom-pom girl qui s'est moquée de lui "à la manière d'un tueur en série" [56]. Leather Terror est donc une suite logique à Leather Teeth, dans cet opus fictif documentant l’ascension du tueur en série qu’est devenu son protagoniste , celui-ci se déroule 4 ans après les évènements du 1er opus ( le premier album se déroule en 1987 et le second en 1991 )[37]. Ainsi dans ce laps de temps, le personnage principale, Bret Halford est devenu une rock star prête à se venger des anciens du lycée qui l’ont harcelé[57].

Le premier single de l'album “Imaginary Fire” sort le 28 janvier 2022 et se découvre à travers une vidéo signée Dehn Sora, mettant en images une apocalypse à travers le voyage psychédélique de Bret Halford. Ce titre voit la participation vocale de Greg Puciato (ex-The Dillinger Escape Plan,Killer Be Killed, The Black Queen)[37].Le second single de l'album "The Widow Maker" sort le 18 mars 2022 et est accompagné d'un vidéoclip réalisée par les frères Deka et mettant en scène Dylan Sprouse dans le rôle de Bret Halford. Dans ce clip Bret Halford est une véritable rock-star et un vengeur impitoyable, qui inflige sa vengeance à ceux qui se dressent entre lui et ce qu'il désire. Bret feuillette l'annuaire, et pris d'un délire hallucinatoire, il fantasme sur sa vengeance envers Kendra, la pom-pom girl dont il était follement amoureux au lycée, et les sportifs qu'elle préférait. Son désir de vengeance finit par se retourner contre lui et il est hanté par les cadavres de ceux qu'il souhaite tuer. Sur ce morceau l'on peut retrouver Alex Westaway de GUNSHIP au chant[58].

A sa sortie le 1er avril 2022 l'album comprend 12 titres dont 6 chansons avec des voix et 6 pistes instrumentales[57],[59], sur lesquelles l'on peut retrouver des featuring avec le groupe de musique expérimentale norvégien Ulver ; Johannes « Jonka » Andersson au chant ( qui est chanteur dans un groupe de heavy metal norvégien Tribulation ) ; la française Persha ou encore la norvégienne Sylvaine [60].

L'album est suivi d'une tournée nord-américaine de 12 dates et européenne de 26 dates[61],[62]. Dans le cadre de cette tournée l'artiste se produira d'ailleurs au Zénith de Paris le 30 octobre 2022[63]. Lors de cette tournée il est encore accompagné par Adrien Grousset à la guitare et Florent Marcadet à la batterie. Derrière eux se trouvent trois écrans séparés affichant nouveau visuel et servant aussi servir d’éclairage. Les visuels projetés sur les écrans sont conçus par Dehn Sora et Polygon1993 (qui a déjà travaillé Travis Scott et Tame Impala). L'artiste explique s'être fait fabriquer un synthétiseur avec lequel il peut se déplacer afin de rendre le concert plus vivant[64].

L'album a été composé pendant la période de pandémie de Covid-19, pendant en dix-huit mois contre huit pour Leather Teeth. L'album se veut plus sombre, abouti et mature que le précèdent[65],[57]. L'artiste revendique avoir voulu faire quelque chose d'hybride musicalement entre de la synthwave et du metal. Il revendique également ne pas avoir utilisé de vrai guitare ou des synthétiseurs analogiques mais uniquement des plug-in ( VST ) depuis son ordinateur, cet a dire des émulations de synthétiseur virtuel pouvant produire n'importe quel son ( dont celui de guitare). Il explique ce choix de par le fait qu'il avait envie de se débrouiller seul ( sans faire appel à un guitariste extérieur ) et surtout pour faire un clin d'œil a Queen qui écrivait « no synths! » sur leurs premiers vinyles puisque utiliser des synthétiseurs dans les années 70 ne se faisait pas dans le rock. Le fait de ne pas utiliser de vrai guitare sur cet album était donc en quelque sortes une façon de faire un contre-pied et un petit « rappel historique ». Il explique également que son passé d'ingénieur du son lui a permis de reprendre certain concept utilisé pour enregistrer les guitares pour des groupes de metal, « on mettait plusieurs têtes d’ampli, on mélangeait les grains etc. J’ai fait pareil avec des synthés. Sur certains morceaux, tu as 10 synthés qui jouent en même temps pour faire le riff. D’où ce son hyper vibrant.»[65].

Style musical, identité visuelle et influences[modifier | modifier le code]

Analyse musical[modifier | modifier le code]

Dans un article de Télérama intitulé ‘’ Entre techno et metal, l'électro furieuse de Carpenter Brut ‘’, le style musical de Carpenter Brut est assimilé à « une formule explosive, entre rythmique robotique façon Moroder et synthés sanguinaires à la Justice. », et le décrivant comme composé de « riffs de synthés rappelant les guitares chantantes du hard-FM, rythmiques robotiques façon Giorgio Moroder et nappes aux ambiances crépusculaires »[9]. Le Monde, dans un article par Franck Colombani intitulé '' Carpenter Brut, « mauvais garçon » de la French touch '' analyse sa musique comme une «  musique sombre, qui transpose le rock dur dans l'électro. Une symbiose entre la puissance du thrash et du heavy metal (mais sans guitares prédominantes), la tension de certaines bandes originales synthétiques de films (en particulier celles du maître de l'horreur John Carpenter) et de pop new wave des années 1980 »[23]. Olivier Drago de chez Libération dans un article nommé '' Dans les ténèbres de l’electro '' parle de «  musique dopée à l'agressivité du metal et souvent propulsée par le même type de rythmes electro-disco hérités de l'Italien Giorgio Moroder » et de «  synthmusic flippante aux basses grondantes »[66].

En général il ressort de l'analyse musical de Carpenter Brut une musique se caractérisant comme un mélange entre le metal et la musique électronique c'est à dire une idée de mélange de genre que l'on pourrait assimiler à de la musique mêlant synthétiseurs, riffs électriques, et beats endiablés[67],[38].

Influences musicales[modifier | modifier le code]

Ayant grandi dans les années 1980, la musique de Carpenter Brut est influencée par le hard rock et le heavy metal de cette période[46].« A l’origine je suis surtout un fan de metal, biberonné dès l’enfance à Iron Maiden et Judas Priest. Même si je ne dédaigne pas les albums de rock progressif “commerciaux” de Toto ou Tears for Fears »[9]. Dans une interview de 2019 avec Kerrang!, il déclare que ses premières influences musicales comprenaient Metallica, Megadeth, Cannibal Corpse et Napalm Death[68]. En 2017, il confie être beaucoup plus inspiré par des artistes comme Supertramp, Meshuggah, Ulver, Nine Inch Nails, Type O Negative, Pink Floyd et les Beatles[69].

Toutefois il déclare également avoir fait « quelques incursions dans l’électro/punk-rock en parallèle, avec The Prodigy ou Chemical Brothers », tout en se considérant comme « loin d’être un spécialiste de la scène [car ne connaissant aucun] noms actuels mis à part Gesaffelstein, SebastiAn ou Justice par exemple. »[12] Dans une autre interview, il déclare apprécier le morceau Testarosa Overdrive de Kavinsky : « [avec] une bonne dynamique [et une] lead principale [...] vraiment cool, elle m’a inspirée. » En outre dans cette même interview, il explique en termes d'influence que « c’est surtout Justice et leur son[8]. C’est vraiment le truc que j’attendais dans l’électro, sûrement parce qu’il y’a un côté rock aussi dedans »[12] Il cite également le morceau Stress de Justice comme une influence majeure[46].

Influences cinématographiques[modifier | modifier le code]

Il s’inspire également du cinéma d’horreur, notamment des films et des bandes originales de John Carpenter[46]. Il affirme en 2016 ne pas écouter les bandes originales de films d’horreur, mais a noté qu’il y avait des « thèmes qui se démarquent », tels que pour Creepshow, Maniac Cop et Vendredi 13 et qu’il apprécie les compositions de John Williams, Alan Silvestri et James Horner[70].

Sur le plan cinématographique, ses influences incluent les films de types « Slasher / Horreur / Série B des années 1980 ainsi que des blockbusters », et a spécifiquement noté « tout de Steven Spielberg » ainsi que des films comme Star Wars, The Terminator, RoboCop, Predator, The Thing, Street Trash, Bad Taste, The Texas Chain Saw Massacre, The Evil Dead, Nekromantik et Maniac Cop, commentant, « non seulement j’ai trouvé que ces films étaient totalement badass, mais leurs bande-son l’étaient aussi. La musique faisait partie intégrante des films, c’est ce que j’aimais »[68],[71].

L'histoire fictive sous-jacente à sa deuxième trilogie entamé par Leather Teeth et Leather Terror, est fortement inspiré de cette influence cinématographique, en effet l’histoire qui en découle est nés de l'imagination de Fanck Hueso, il déclare à ce sujet « adolescent, je regardais beaucoup de films de slashers, c’est donc ma façon à moi de rendre hommage à ces films de genre [...] Bret Halford est dans une optique de vengeance sanguinaire [...] c’est un scénario totalement cliché et basique de film de slasher à la Vendredi 13 ou Halloween[57].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Toute ces influences musicales et cinématographiques impacte considérablement l'identité visuelle de l'artiste. En effet celui-ci travail depuis plus d'une dizaine d'années avec le duo de graphiste français Fortifem ( Adrien Havet et Jesse Daubertes ) ayant la particularité d'avoir un style empruntant à la gravure, au tatouage et à l'imagerie metal[72]. Le duo ayant réalisé pour Carpenter Brut son logo, les pochettes de Trilogy, Leather Teeth, Leather Terror, ainsi que la quasi-totalité des flyers, affiches de concert, tee-shirt et des produits dérivés issus du merchandising de l'artiste[12].

Sur le plan esthétique, Le Monde parle de « visuels et des vidéos jouant autant sur les codes du metal (cuir, chaînes, objets tranchants...) que des '' slashers'' ». Un second degré que l'artiste cultive lorsque celui-ci explique qu'au début de sa carrière il utilisait une « croix inversée sur les pochettes » bien que cela ne soit pas lié à une forme de satanisme mais plutôt en « réaction au fait que le groupe Justice la mettait à l'endroit sur son premier disque. Saint Pierre s'était crucifié sur une croix inversée, parce qu'il ne s'estimait pas digne de Jésus. [...] j'ai fait la même chose, parce que je ne m'estimais pas digne de Justice. Je voulais cultiver ce côté bad boy, "mauvais garçon" de la French touch. » [23].

L'artiste évoque aussi les pochettes des albums de heavy metal du groupe britannique Iron Maiden comme une influence majeure sur un plan esthétique, avec particulièrement le travail du graphiste Derek Riggs sur la mascotte du groupe Eddie the Head[73].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP's[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

  • Participation à la bande originale du jeu Hotline Miami 2: Wrong Number[81] (avec les morceaux : "Le Perv", "Escape From Midwich Valley", "Roller Mobster")
    • Participation à la bande originale du jeu Hotline Miami 2: Wrong Number - Digital Special Edition (avec les morceaux : M|O|O|N - Dust (Carpenter Brut Remix) et Scattle - Remorse (Carpenter Brut Remix))[82]
  • Participation à la bande originale du jeu The Crew d'Ubisoft [81] (avec le morceau Le Perv) [83]
  • Participation à la bande originale du jeu Furi, du studio The Game Bakers[84] (avec les morceaux : Time to Wake Up, Enraged, What We Fight for et You're Mine)[85]
  • Bande originale du jeu Hacknet, développé par Team Fractal Alligator[86] (avec le morceau Roller Mobster) [87]
  • Participation à la bande originale du documentaire The Rise Of The Synths [88] (avec le morceau "Night Stalker") [89]
  • Bande originale du film Blood Machines de Seth Ickerman en 2020[90]

Remixes[modifier | modifier le code]

  • Le Couleur - Vacances de 87 (Carpenter Brut Remix) (2013)[91]
  • Scattle - Remorse (Carpenter Brut Remix) (2014)[92]
  • GUNSHIP - Tech Noir (Carpenter Brut Remix) (2015)[93]
  • M|O|O|N - Dust (Carpenter Brut Remix) (2015)[92]
  • Ghost - Dance Macabre (Carpenter Brut Remix) (2018)[94]
  • League of Legends - Phoenix (Carpenter Brut Remix) (2019)[95]
  • Ulver - Machine Guns and Peacock Feathers (Carpenter Brut Remix) (2021)[96]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Chew Bubblegum... (paru le ) - (morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp)[97]
  • The Good Old Call (paru le ) - (morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp )[98]
  • Mandarin Claws (paru le ) - (morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp)[99]
  • Hush Sally, Hush! (paru le ) - (morceau en exclusivité pour les abonnés bandcamp)[100]
  • Maniac (feat. Yann Ligner) (paru le )[101]
  • Fab Tool (feat. David Eugene Edwards) (paru le )[102]
  • Imaginary Fire (feat. Greg Puciato) (paru le 28 janvier 2022)[103]
  • The Widow Maker (feat. GUNSHIP) (paru le 18 mars 2022)[104]

Autres collaborations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Le morceau Le Perv apparaît dans le film d'horreur The Editor, réalisé par Adam Brooks et Matthew Kennedy.
  • 2016 : Ce même morceau est aussi utilisé dans le film Night Fare, de Julien Seri.

Exploitation commerciale[modifier | modifier le code]

Télévision (Publicité)[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Les titres Turbo Killer et 347 Midnight Demons sont utilisés dans des trailers du jeu Wolfenstein Youngblood, publié en 2019[107],[108].
  • Le morceau Turbo Killer est utilisé dans une vidéo de présentation de la collection de mode Balmain Resort 2022[109].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erwan Perron, « Carpenter Brut - Metal Dance - En tournée », Télérama,‎ , p. 63 (ISSN 0040-2699, lire en ligne)
  2. « Carpenter Brut », sur Télérama Sortir (consulté le )
  3. « No Quarter Prod », sur www.noquarterprod.com (consulté le )
  4. « Carpenteur Brut », sur tap-poitiers.com
  5. « INTERVIEW : CARPENTER BRUT AUX BARS EN TRANS », sur rennesmusique.com
  6. AFP, « Dansez-vous le "métal dance"? », sur La Libre.be (consulté le )
  7. « Synthwave Sunday: An Exclusive Interview with Carpenter Brut », sur MetalSucks, (consulté le )
  8. a et b « Carpenter Brut Interview », Retro Synthwave,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a b c d et e « Entre techno et metal, l'électro furieuse de Carpenter Brut », sur Télérama, (consulté le )
  10. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1480587828899856394 », sur Twitter (consulté le )
  11. a et b (en-US) Robin Ono, « Carpenter Brut Interview », sur NewRetroWave - Stay Retro! | Live The 80's Dream!, (consulté le )
  12. a b c d e et f Rédaction Nouvelle Vague, « CARPENTER BRUT », sur Nouvelle Vague, (consulté le )
  13. a et b « Une interview de Carpenter Brut qui débute par : « Je ne veux pas faire l’enc*** mais… » », sur Jack, (consulté le )
  14. « Turbo Killer : le clip SF très années 80 de Carpenter Brut », sur allocine.fr
  15. « Un film pour faire le lien entre Lovecraft et Carpenter », sur Centre Presse (consulté le )
  16. « INTERVIEW : CARPENTER BRUT AUX BARS EN TRANS », sur rennesmusique.com
  17. « Carpenter Brut, électro instable », sur www.lesinrocks.com,
  18. « Carpenter Brut, poutre apparente », sur Mowno, (consulté le )
  19. « Carpenter Brut Interview – Retro Synthwave » (consulté le )
  20. a b et c « Carpenter Brut », sur www.hornsup.fr (consulté le )
  21. TRILOGY, (lire en ligne)
  22. Devolver DIgital, Hotline Miami 2: Wrong Number Original Soundtrack, (lire en ligne)
  23. a b et c « Musique : Carpenter Brut, « mauvais garçon » de la French touch », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « INTERVIEW : CARPENTER BRUT », sur sensationrock.net, (consulté le )
  25. « CARPENTER BRUT », sur printemps-bourges.com
  26. « CARPENTER BRUT », sur terraincognita.me
  27. « Artistes 2016 - Motocultor Festival », sur Motocultor Festival (consulté le ).
  28. « News | Un album live et une tournée 2018 pour CARPENTER BRUT », sur www.verdammnis.com (consulté le )
  29. « Carpenter Brut - CARPENTERBRUTLIVE | Eklektik Rock », sur https://www.eklektik-rock.com/ (consulté le )
  30. « Carpenter Brut – Carpenterbrutlive », sur Clair et Obscur, (consulté le )
  31. a et b « Carpenter Brut : « Si je voulais de la coke et des putes, j'aurais fait du journalisme » », sur Gonzaï, (consulté le )
  32. « † Leather Teeth Teaser I † » (consulté le )
  33. « Carpenter Brut - Leather Teeth | Eklektik Rock », sur https://www.eklektik-rock.com/ (consulté le )
  34. Benoit Richard, « Leather Teeth : Carpenter Brut et l’esprit du Hard Rock », sur Benzine Magazine, (consulté le )
  35. (en) « Carpenter Brut Surprise-Released New Album Leather Teeth Last Night! », sur MetalSucks, (consulté le )
  36. par Clément Gaillard, « Carpenter Brut - Leather Teeth », sur Metal in Franche Comté, (consulté le )
  37. a b et c Anthony , « Carpenter Brut annonce son nouvel album "Leather Terror", nouveau single "Imaginary Fire" avec Greg Puciato ! - News », sur RockUrLife - webzine rock, alternatif, indie, scène française, (consulté le )
  38. a et b « Carpenter Brut - Leather Teeth », sur RADIO METAL, (consulté le )
  39. a et b (en-US) « The Changing Color of Carpenter Brut: A Q&A », sur Vehlinggo, (consulté le )
  40. (en-GB) « Carpenter Brut shows his leather teeth: Interview – Messed!Up » (consulté le )
  41. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/928306498052255744 », sur Twitter (consulté le )
  42. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1000038808904241152 », sur Twitter (consulté le )
  43. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/948596149316980736 », sur Twitter (consulté le )
  44. « Hellfest 2018 : six questions à... Carpenter Brut », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le )
  45. « Live Report : Carpenter Brut (+ Youth Code) », sur Metalorgie (consulté le )
  46. a b c et d « Carpenter Brut », sur Magazine Cheval / MonChval Mag : Bien plus qu'un magazine sur le cheval et l'équitation !, (consulté le )
  47. « Carpenter Brut au Hellfest 2018 - Webzine », sur La Grosse Radio, (consulté le )
  48. « "Blood Machines", rare film de science-fiction français aux images extrêmes », sur Franceinfo, (consulté le )
  49. hohxb, « BLOOD MACHINES, le film de Seth Ickerman et Carpenter Brut au cinéma pour une durée limitée [Actus Ciné] », sur Freakin Geek, (consulté le )
  50. Raf Against The Machine, « Ciné-Musique n°7 : Blood Machines (2020) de Seth Ickerman + Carpenter Brut », sur Five-Minutes, (consulté le )
  51. « † Carpenter Brut † TURBO KILLER † Directed by Seth Ickerman † Official Video † » (consulté le )
  52. (en-US) Cody Hamman, « Exclusive: Teaser for sci-fi short Blood Machines has jaw-dropping visuals », sur JoBlo, (consulté le )
  53. (en-GB) « Interview Carpenter Brut - "Metalheads who are used to digging deeper will realize the music is kitschy fun and not kitschy dumb" (GMM 2019) • Page 2 of 4 • GRIMM Gent », sur GRIMM Gent (consulté le )
  54. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1395038128252104709 », sur Twitter (consulté le )
  55. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1486021042883600385 », sur Twitter (consulté le )
  56. a et b La Rédaction, « Carpenter Brut : cuir à feu vif », sur Rolling Stone, (consulté le )
  57. a b c et d Marie-Sophie Administrateur, « Carpenter Brut | Interview sur le nouvel album "Leather Terror" », sur What The France, (consulté le )
  58. « Carpenter Brut "The Widow Maker" un nouvel extrait de l'album "Leather Terror" », sur HARD FORCE, (consulté le )
  59. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1395039427026735116 », sur Twitter (consulté le )
  60. « Carpenter Brut - Leather Terror | Eklektik Rock », sur https://www.eklektik-rock.com/ (consulté le )
  61. « https://twitter.com/carpenter_brut/status/1395039893030686724 », sur Twitter (consulté le )
  62. (en) « Carpenter Brut Concert Setlists », sur setlist.fm (consulté le )
  63. Maxence Rebillard, « CARPENTER BRUT @ Zénith (30/10/22) - Reports », sur RockUrLife - webzine rock, alternatif, indie, scène française, (consulté le )
  64. « Rencontre avec Carpenter Brut pour la sortie de Leather Terror - LGR », sur La Grosse Radio, (consulté le )
  65. a et b « Carpenter Brut : l'interview brut de décoffrage », sur Gonzaï, (consulté le )
  66. Olivier Drago, « Dans les ténèbres de l’electro », sur Libération (consulté le )
  67. « glouton barjot » Carpenter Brut: EP I / EP II » (consulté le )
  68. a et b (en) « How Carpenter Brut Are Revolutionising Heavy Music At The Forefront Of The Synthwave Insurgency », sur Kerrang! (consulté le )
  69. (en-US) CrypticRock, « Interview – Carpenter Brut », sur Cryptic Rock, (consulté le )
  70. (en-US) Kat Ellinger, « Confessions of a Disco Zombi: Carpenter Brut Interview - Diabolique Magazine » (consulté le )
  71. « Carpenter Brut Interview – Retro Synthwave » (consulté le )
  72. « Rammstein, Slipknot, Emperor... qui est le duo d'illustrateurs que les groupes de metal s'arrachent ? », sur Red Bull (consulté le )
  73. Patrice Bardot, « Carpenter Brut: «Rien n’est jamais sérieux» », sur Libération (consulté le )
  74. « LEATHER TEETH, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  75. « Carpenter Brut - Leather Terror - Chroniques », sur RockUrLife - webzine rock, alternatif, indie, scène française, (consulté le )
  76. « EP I, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  77. « EP II, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  78. « EP III, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  79. « TRILOGY, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  80. « CARPENTERBRUTLIVE, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  81. a et b « Carpenter Brut : nouvel album disponible », New Noise Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. (en) « Soundtrack », sur Hotline Miami Wiki (consulté le )
  83. « The Crew soundtrack - NFSSoundtrack », sur nfssoundtrack.com (consulté le )
  84. « Interview avec The Game Bakers, le studio qui sortira Furi sur Nintendo Switch ce jeudi », Nintendo-Town.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. « Furi Original Soundtrack, by Carpenter Brut, Danger, The Toxic Avenger, Lorn, Scattle, Waveshaper, Kn1ght », sur Furi (consulté le )
  86. « Hacknet sur Steam », sur store.steampowered.com (consulté le )
  87. (en-US) Hacknet (Original Soundtrack) by Various Artists (lire en ligne)
  88. « The Rise Of The Synths »
  89. « The Rise Of The Synths (Official Companion Album), by The Rise Of The Synths », sur The Rise Of The Synths (consulté le )
  90. « BLOOD MACHINES OST, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  91. « Vacances de 87 (Carpenter Brut Remix), by Le Couleur », sur Le Couleur (consulté le )
  92. a et b « Hotline Miami 2 Remixes, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  93. « Tech Noir (Carpenter Brut Remix), by GUNSHIP », sur GUNSHIP (consulté le )
  94. (en) Graham HartmannPublished: August 31 et 2018, « Tobias Forge: How Iron Maiden Influenced Ghost », sur Loudwire (consulté le )
  95. Against All Authority- aAa, « Worlds 2019 : Phoenix - Carpenter Brut Remix », sur Team aAa (consulté le )
  96. « Machine Guns and Peacock Feathers (Carpenter Brut Remix), by Ulver », sur Ulver (consulté le )
  97. « Chew Bubblegum..., by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  98. « The Good Old Call, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  99. « Mandarin Claws, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  100. « Hush Sally, Hush!, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  101. « MANIAC feat Yann Ligner, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  102. « Fab Tool feat David Eugene Edwards, by Carpenter Brut », sur Carpenter Brut (consulté le )
  103. (en) « Carpenter Brut and Greg Puciato Team Up on Monstrous New Song and Video, "Imaginary Fire" », sur MetalSucks, (consulté le )
  104. « Carpenter Brut "The Widow Maker" un nouvel extrait de l'album "Leather Terror" », sur HARD FORCE, (consulté le )
  105. « Complete Domination (Feat. Carpenter Brut), by PERTURBATOR », sur PERTURBATOR (consulté le )
  106. « AdopteUnMec.com : Site de rencontre + Le Perv : Carpenter Brut », sur MusiqueDePub.TV
  107. « Wolfenstein: Youngblood – Official Story Trailer » (consulté le )
  108. « Wolfenstein: Youngblood – Official E3 2019 Trailer » (consulté le )
  109. « Balmain Resort 2022 Collection » (consulté le )