Carouge (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 11 janvier 2015 à 03:58 et modifiée en dernier par SenseiAC (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carouge (homonymie).

La province de Carouge est un territoire appartenant au duché de Savoie. Il apparaît au XVIIIe siècle, sa capitale est Carouge.

Les autorités sardes — Victor-Amédée II de Savoie — ont constitué cette province autour de Carouge afin de concurrencer l'essor de la ville de Genève, en 1780. Le bourg de Carouge devient une ville en 1786.

La province

Les paroisses qui forment la province sont[1] :

Disparition en 1816

La province disparut à la suite du traité de Turin du 18 mars 1816 conclu avec le roi de Sardaigne, Victor-Emmanuel Ier, et la Confédération suisse. Le canton de Genève obtient par ce traité tout le territoire nécessaire pour désenclaver et réunir à sa périphérie quelques anciennes communes savoyardes issues de la province, en échange de l'engagement de la Suisse d'assurer la neutralisation de la Savoie du nord en cas de guerre.

Deuxième découpage

Une nouvelle province de Carouge voit le jour avec pour chef-lieu Saint-Julien et les mandements de Annemasse, Reigner, Saint-Julien, auxquels seront ajoutés celui de Seyssel en 1818. Celle-ci fut supprimée en 1837 et partagée entre les provinces du Genevois et du Faucigny[2].

Notes et références

  1. J.-J. Vernier, Études historiques et géographiques sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis, 1896, édition 1993 (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129).
  2. J.-J. Vernier, Études historiques et géographiques sur la Savoie, Le Livre d'Histoire - Res Universis, 1896, édition 1993 (ISBN 2-7428-0039-5, ISSN 0993-7129)

Annexes

Articles connexes