Caroline Broué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Caroline Broué (née le à Paris[1]) est une journaliste et productrice de radio française sur France Culture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caroline Broué est diplômée de science politique[2] (Institut d'études politiques de Bordeaux) et de lettres modernes[2] (3e cycle université Paris-Sorbonne), elle entre à France Culture en 1998[2] au magazine Staccato d’Antoine Spire, où elle anime des débats et fait des chroniques. Parallèlement, elle est responsable de la collection « Terrail Photo/Magnum Photos »[2].

En 2002, elle devient rédactrice en chef adjointe sur « Les Matins de France Culture » aux côtés de Nicolas Demorand, puis d’Ali Baddou, poste qu’elle occupe jusqu’en 2007[2].

Elle produit au cours de ces années de nombreuses émissions d’entretiens (« À Voix nue »), de débats, de documentaires (« Grandes traversées », « Surpris par la nuit ») pour France Culture, et participe, en 2006-2007, au « Rendez-vous des politiques ».

Elle a été conseillère éditoriale pour les émissions « Le Bateau livre » sur France 5 et « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3.

De 2007 à 2009, elle a coordonné les « Questions d’époque » du lundi au vendredi et produit deux émissions : « L’économie en questions » et « Place de la toile », la première émission de France Culture consacrée à Internet et aux usages des nouvelles technologies[2].

De 2009 à 2010, elle a créé et animé avec Hervé Gardette « Les Retours du dimanche », magazine hebdomadaire de retour sur l’actualité.

De 2010 à 2016, elle a conçu et animé le magazine culturel quotidien de la mi-journée de France Culture, « La Grande table »[3].

En septembre 2016, elle prend les commandes chaque samedi de la tranche 7-9 de France Culture, « La Matinale du samedi de France Culture »[4].

Controverse[modifier | modifier le code]

Au cours d'un débat organisé en janvier 2018, Caroline Broué a demandé à l'écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie s'il « y [avait] des librairies au Nigéria ? »[5]. Cette question a provoqué une vive réaction des réseaux sociaux ainsi que des médias internationaux[6],[7],[8]. L'auteure a cependant clos la polémique concernant Caroline Broué, en écrivant[9] :

« Ceci dit, la journaliste Caroline Broué était intelligente, profonde, et bien préparée. Lorsqu’elle a posé la question, j’en ai été saisie parce que c’était loin du registre intellectuel de ses précédentes questions. Je sais maintenant qu’elle essayait d’être ironique, de faire comprendre en « imitant les ignorants », mais, parce qu’elle n’avait pas utilisé l’ironie jusque-là, je ne l’ai pas comprise. »

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]