Carolina Benedicks-Bruce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carolina Benedicks-Bruce
Image dans Infobox.
Fonctions
Présidente
Föreningen för kvinnans politiska rösträtt i Västkinde (d)
-
Présidente
Föreningen för kvinnans politiska rösträtt i Visby (d)
-
Suppléante
Bureau central de l'Association nationale pour le droit de vote des femmes (d)
Föreningen för kvinnans politiska rösträtt i Visby (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Väskinde (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Église de Väskinde (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Caroline Benedicks-BruceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Carolina Maria BenedicksVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
TvasanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Brucebo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
École d'art d'August Malmström (d)
Académie royale suédoise des Beaux-Arts (-)
Académie Calarossi ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Sculptrice, artiste, suffragisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Edvard Otto Benedicks (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Carolina Charlotta Cantzler (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Gustaf Benedicks (d)
Ottonie Maria Benedicks (d)
Carl Benedicks (en)
Sofie Henriette Benedicks (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de
Société des artistes français (années 1880-années 1890)
Föreningen för kvinnans politiska rösträtt i Visby (d) ()
Föreningen för kvinnans politiska rösträtt i Västkinde (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Alexandre Falguière, August Malmström, Gaston Louis Stéphane Rodriguez (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnes liées
Hedvig Key (d) (ami (d)), Julia Beck (collègue (d)), Hanna Pauli (collègue (d)), Venny Soldan-Brofeldt (collègue (d)), Eva Bonnier (collègue (d))Voir et modifier les données sur Wikidata

Carolina Benedicks-Bruce, née le et morte le , est une sculptrice suédoise. Après des études à l'Académie royale des arts à Stockholm, sa ville natale, elle s'installe en France, à Paris, pour continuer sa formation artistique, puis dans la colonie d'artistes de Grez-sur-Loing où elle rencontre son mari, le peintre canadien William Blair Bruce. À partir de 1900, elle s'installe avec lui dans l'île de Gotland où ils achètent le domaine de Brucebo, devenu après la mort de Carolina une réserve naturelle et un musée. Elle s'est également impliquée activement dans la préservation des édifices patrimoniaux ainsi que dans l'action en faveur du droit de vote des femmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Carolina Benedicks naît le 28 octobre 1856 à Stockholm dans une famille riche ; son père, Edward Otto Benedicks, est propriétaire à Gysinge et directeur des forges de Sandviken[1]. Du côté de sa mère, Karolina Charlotta née Cantzler, figurent plusieurs artistes, parmi lesquels Johan Oscar Cantzler et Axel Leopold Cantzler. Le frère de Carolina, Gustaf Benedicks, qui hérite de l'usine, est membre du parlement suédois[1] ; du deuxième mariage de son père, elle a un demi-frère, le physicien Carl Benedicks. Après la mort de son père en 1877, elle est financièrement indépendante.

Carolina Benedicks commence ses études artistiques auprès du peintre August Malmström [2] ; du 20 août 1881 jusqu'au printemps 1885, elle est la première étudiante de la classe de sculpture à l'Académie royale suédoise des arts[3].

En France[modifier | modifier le code]

Pendant son séjour à l'Académie, Benedicks effectue en 1883 avec d'autres artistes femmes, dont Hilma af Klint et Gerda Rydberg, un voyage en France, à Paris et auprès de la colonie artistique suédoise de Grez-sur-Loing[2]. Elle revient à Paris à la fin de ses études, et devient l'élève du sculpteur Alexandre Falguière[3]. Elle séjourne également à Grez-sur-Loing, où plusieurs artistes scandinaves se sont installés au cours des années 1880 : Carl Larsson et son épouse Karin Larsson, Bruno Liljefors, Christian Krohg, Peder Severin Krøyer notamment. Carolina Benedicks se distingue des autres artistes de la colonie, en majorité des hommes aux moyens modestes : elle est une femme célibataire, avec une bonne éducation artistique et issue d'une famille riche qui encourage ses aspirations artistiques.

Elle rencontre au printemps 1885 le peintre canadien William Blair Bruce ; elle lui rend visite avec son oncle au Canada à Hamilton en 1886. Bruce et Benedicks se fiancent, contre la volonté de la famille Benedicks, et retournent en France à la fin de 1886[3]. Ils reviennent en Europe en 1887, et s'installent à Grez-sur-Loing[4], tout en voyageant beaucoup au cours des années suivantes : Paris, Stockholm, sud de la France, Venise, Rome, île de Capri, Canada et Suède. Au printemps 1888, Caroline et William passent trois mois à Visby sur l'île suédoise de Gotland ; le 4 décembre, ils se marient à Stockholm[5]

En Suède[modifier | modifier le code]

Carolina Benedicks-Bruce et William Blair Bruce

En 1900, Carolina Benedicks-Bruce et son mari s'installent en permanence sur l'île suédoise de Gotland ; ils achètent des propriétés à Själsö et y créent le domaine de Brucebo. William Blair Bruce meurt en 1906 ; Carolina reste à Brucebo, dont elle fait un lieu de rencontre pour artistes, musiciens et scientifiques. Elle y a ses ateliers de sculpture. Elle élève des animaux de ferme et entretient un jardin, dans un souci d'auto-suffisance qui lui vient de la période de Grez-sur-Loing[2],[6].

Carolina Benedicks-Bruce à Brucebo

Elle vit à Brucebo jusqu'à sa mort le 16 février 1935. Sans enfant, elle souhaite dans son testament que le domaine de Brucebo (35 hectares) devienne un lieu accueillant de jeunes artistes : en 1970 le domaine est déclaré réserve naturelle ; la maison elle-même devient en 2009 un musée consacré aux œuvres de Carolina et de son mari, géré par une fondation[5],[7].

Engagements sociaux[modifier | modifier le code]

Carolina Benedicks-Bruce est élue membre du conseil municipal de Väskinde, sur l'île de Gotland en 1913[8] ; elle s'est engagée en faveur du droit de vote des femmes : en 1911, quand a lieu à Stockholm la sixième conférence de l'Alliance internationale des femmes, elle invite les déléguées à Gotland ; une quarantaine d'entre elles venues d'Allemagne, d'Angleterre, d'Autriche et de Hongrie se rendant à Visby le 21 juin.

Elle s'implique également dans les préservation du patrimoine bâti de l'île de Gotland, notamment pour préserver du maison du XVIIe siècle, le Burmeisterska huset.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'Obsédé, 1910

Benedicks est avant tout une sculptrice, mais a également pratiqué la gravure et l'aquarelle pour représenter des paysages et des animaux. Ses sculptures sont fortement influencées par le style français des années 1870 et 1880.

Elle expose pour la première fois au Salon de Paris en 1899, avec une sculpture L'Obsédé[2] ; elle participe en 1900 à l'Exposition universelle à Paris, où elle reçoit une médaille de bronze[8].

Elle travaille le marbre et le bronze ; Michel Angelo, un buste en bronze, représente Michel-Ange comme un homme ordinaire réfléchi travaillant à son œuvre, et non comme un génie exalté[2] ; elle a également réalisé des bustes de P. A. Säve et du sculpteur Emil Wikström[9]. Son étude de l'anatomie humaine a abouti à une sculpture humoristique appelée Séance finie ou Le bâillement[2].

En collection publique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sv) B. G. Boëthius, « Gustaf Benedicks », dans Svenskt biografiskt lexikon, Archives nationales de Suède, (lire en ligne), vol. 3, p. 159.
  2. a b c d e et f (sv) Elsa Hagéus, « Brucebo och dess härskarinna », Idun, no 13,‎ , p. 154-156 (lire en ligne).
  3. a b et c Mörner 1922.
  4. (en) Tobi Bruce et Michelle Facos, Into the Light : The Paintings of William Blair Bruce (1859–1906), Hamilton, Art Gallery of Hamilton, , 256 p. (ISBN 1-907804-52-8).
  5. a et b (en) Jan O. Lundgren, « The Bruce-Benedicks Saga and the Birth of the AGH », sur Art Gallery of Hamilton.
  6. (sv) Jessica Svännel, « Vårdprogram för trädgården på Brucebo [Programme d'entretien du jardin de Brucebo] ».
  7. « W. Blair Bruce », sur Musée des beaux-arts du Canada.
  8. a et b Hedberg et Arosenius 1914.
  9. (sv) « Carolina Benedicks-Bruce 1856–1935 », sur Signaturer.se.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Georg Nordensvan, « Benedicks-Bruce, Karolina », dans Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Leipzig, 1909, vol. 3, p. 317.
  • (sv) Stellan G. Mörner, « Carolina M Benedicks-Bruce », dans Svenskt biografiskt lexikon, Archives nationales de Suède, (lire en ligne), vol. 3, p. 162.
  • (sv) Walborg Hedberg et Louise Arosenius, « Benedicks-Bruce, Carolina », dans Svenska kvinnor, Stockholm, Albert Bonniers Förlag, (lire en ligne), p. 9.

Liens externes[modifier | modifier le code]