Carole Talon-Hugon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carole Talon-Hugon
Image dans Infobox.
Carole Talon-Hugon en 2012.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Carole Talon-Hugon est une philosophe française contemporaine, spécialiste d'esthétique, de philosophie de l'art et de théories des émotions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1959 à Orange, Carole Talon-Hugon a été reçue à l'agrégation de philosophie en 1983. Conjointement à son activité de professeur en lycée, elle a entrepris à l'université Paris IV Sorbonne une thèse en philosophie sur les traités des passions au XVIIe siècle, sous la direction du professeur Pierre Magnard (soutenue en 1992). Elle a obtenu une délégation au CNRS en 1989 pour une durée de deux ans puis est entrée à l'université Paul-Valéry de Montpellier en qualité d'ATER en 1991. Elle a été élue maître de conférences en 1995 puis professeur en 2004 à l'université Nice-Sophia-Antipolis, après avoir soutenu une habilitation à diriger des recherches (HDR) sous la direction de Denis Kambouchner à l'université Paris I Sorbonne en 2002. Elle a été directrice du Centre de recherche en histoire des idées à l'université de Nice de 2005 à 2012. En 2018, elle devient professeur des université au département de philosophie de l'université Paris-Est Créteil.

De 2012 à 2014, elle fut déléguée scientifique pour la philosophie à l’AÉRES et de 2011 à 2013 représentante du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche auprès de la DAP du ministère de la Culture.

Elle est membre senior de l'Institut universitaire de France depuis 2014. Elle a été responsable pour l'université de Nice-Sophia Antipolis d'un programme de Recherche ANR « Pouvoir des arts. Expérience esthétique : émotions, savoir, comportements »[1][source insuffisante].

Elle est présidente de la Société française d'esthétique, directrice de publication de la Nouvelle revue d'esthétique[2][source insuffisante] et directrice de rédaction de la revue de philosophie Noesis.

En 2021, elle remplace Marianne Massin à la tête du Centre Victor Basch de recherches en esthétique et philosophie de l’art au sein de Sorbonne-Université[3].

Travaux et positions[modifier | modifier le code]

Carole Talon-Hugon a commencé par des travaux sur la théorie des passions dans la philosophie du XVIIe siècle, sujet de sa thèse et de ses premières publications. Elle s'est ensuite tournée tout naturellement vers l'esthétique - le « je ne sais quoi » des émotions anticipant au XVIIe siècle le « je ne sais quoi » caractéristique de l'expérience esthétique (notamment chez le père Bouhours dès les années 1670).

Dans le domaine de l'esthétique, elle a produit des contributions historiques, ainsi qu'en témoigne sa série d'Histoire personnelle et philosophique des arts ou la direction d'ouvrages collectifs. Elle étudie surtout le champ de l'expérience esthétique et de la production artistique du point de vue des affects et des émotions. Ce dont témoignent ses livres sur le goût et le dégoût et de nombreux articles sur l'empathie, la perception de l'architecture et la nature sensorielle et sensuelle de la perception esthétique.

Ces intérêts la conduisent à croiser nombre de problèmes de l'art contemporain aussi bien au plan des performances transgressives que des réponses sociales par la censure - et les réactions à la censure.

En 2019, son livre L'art sous contrôle a suscité une controverse, du fait d'une note de bas de page : « l’acronyme LGBT (lesbian, gay, bisexuel, transgenre) s’est récemment allongé en LGBTQIA+ (Q pour Queer, I pour intersexes, A pour asexuel). Mais le "+" laisse ouverte la possibilité que d’autres préférences en matière sexuelle (fétichisme ? zoophilie ? pédophilie ?) revendiquent leur égale légitimité ». Thomas Golsenne a considéré, sur les réseaux sociaux puis sur son carnet Hypothèses[4], que cette note de bas de page revenait à assimiler l'homosexualité à la zoophilie et à la pédophilie. À la suite d'une alerte qu'il lança sur les réseaux sociaux, la conférence de Carole Talon-Hugon à la villa Arson du 30 janvier 2020 a fait l'objet d'une contestation de la part d'étudiants de l'établissement qui partageaient la lecture de Thomas Golsenne, et d'une tentative d'interruption par une personne de l'assistance[5]. Pierre Jourde, dans son blog hébergé sur le site de L'Obs, a critiqué l'interprétation de Thomas Golsenne et son appel au boycott de la conférence : « N’importe qui sachant lire constate qu’il s’agit de pousser à l’absurde ce processus de fragmentation indéfinie des groupes de revendications basés sur des choix sexuels, quels qu’ils soient, pour montrer les problèmes que cela suscite, dans la manière d’aborder la réflexion sur l’art. A l’absurde, d’ailleurs, pas tant que ça, et M. Golsenne pourrait dans un avenir assez proche avoir des ennuis avec les antispécistes, qui lui reprocheront son racisme. Quant à la pédophilie, elle est interdite par la loi, mais elle était naguère défendue par bien des intellectuels, et l’homosexualité aussi fut jadis interdite par la loi, et l’est encore dans beaucoup de pays. Pourquoi donc ne pas imaginer un jour une revendication pédophile, puisque cela a existé récemment ? Je ne vois donc pas ce que cette parenthèse a d’injurieux pour les homosexuels. Elle vient illustrer un propos sur la démultiplication des groupes, et ne modifie en rien l’ensemble du texte, respectueux et mesuré »[6].

Dans un entretien au journal Le Monde, la philosophe s'inquiète du fait que des œuvres d'art « endossent une position revendicatrice pour servir des causes sociétales - le genre, la race, l'orientation sexuelle ou le devenir de la planète »[7]. Dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles, mais aussi sur France-Culture (in Affaire en cours, le 21 janvier 2021), Carole Talon-Hugon critique l'existence d'un « art social » et d'un mouvement de « désartification » de l'art qui « défait progressivement l’idée moderne de l’art qui s’était instituée en Occident entre la fin de la Renaissance et le XIXe siècle » : « L’art sociétal contribue à ce mouvement large en transformant l’artiste en militant activiste ou en faisant des œuvres des documents »[8]. Dans Le Point, la philosophe parle de « l'actuel tournant moralisateur » qui « rompt avec cet autonomisme qui constituait il y a peu de temps encore la doxa de l'art, et qui affirmait à la fois que l'art ne doit pas être jugé d'un point de vue moral, et qu'il doit encore moins chercher à moraliser ». Elle décrit l'existence d'« une nouvelle inquisition qui aborde toutes les questions artistiques par des biais communautaristes »[9].

Dans un tout récent ouvrage, L'artiste en habits de chercheur, elle s'interroge sur la double crise actuelle de l'art et des sciences humaines : à quels concepts de l'art et de la science a-t-on affaire quand l'art se propose des tâches de documentation et de recherche et que les sciences humaines prennent quelque chose de la fiction, de la littérature et de l'art ?

En février 2021, dans un article de l'hebdomadaire Valeurs actuelles consacré à « l'islamo-gauchisme », Carole Talon-Hugon déplore qu'« un certain nombre de postures militantes prolifèrent sur un terreau préparé par la dérégulation des savoirs ». Selon la philosophe, « on crée des postes sur n'importe quoi. La justice écologique, par exemple »[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Passions rêvées par la raison. Essai sur la théorie des passions de Descartes et de quelques-uns de ses contemporains, Paris, Vrin, collection Philologie et Mercure, 2002
  • Goût et dégoût : l’art peut-il tout montrer ?, Nîmes,  éd. J. Chambon, coll. « Rayon art », 2003[11]
  • Les Passions, Paris, Armand Colin, 2004
  • L’Esthétique, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 2004 ; (4e réédition, 2013). Traduction en portugais en 2009 et en japonais en 2015.
  • Avignon 2005 : le conflit des héritages, Paris, Actes Sud, [12],[13]
  • Morales de l’art, Paris, P.U.F., [14] Compte rendu de Morales de l'art par Pierre Jourde, Le nouvel Observateur, Confitures de culture [15]
  • Une histoire personnelle et philosophique des arts : l’Antiquité grecque, Paris, Puf,
  • L’Art victime de l’esthétique, Paris, Hermann, coll. « Hermann Philosophie », .
  • Une histoire personnelle et philosophique des arts : Moyen Âge et Renaissance, Paris, Puf,
  • Une histoire personnelle et philosophique des arts : Classicisme et Lumières, Paris, Puf,
  • Une histoire personnelle et philosophique des arts : La modernité, Paris, Puf,
  • Le Conflit des héritages, Arles, Actes sud-papiers,
  • L'Art sous contrôle - Nouvel agenda sociétal et censures militantes, PUF, 2019 (ISBN 978-2-13-081782-6)
  • L'Artiste en habits de chercheur, PUF, 2021.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Trouvez l’enseignement artistique qui vous convient », sur pouvoir-des-arts.fr (consulté le )
  2. « Equipe « Société Française d'Esthétique », sur www.s-f-e.org (consulté le )
  3. (en) « Présentation de l'UFR », sur Sorbonne Université (consulté le )
  4. Thomas Golsenne, « boycotter n’est pas censurer : les étudiant·es de la Villa Arson s’opposent à l’homophobie », sur Motifs (consulté le )
  5. « Polémique sur la « censure » à la Villa Arson », sur Le Quotidien de l'Art (consulté le )
  6. « Tous ensemble contre le fascisme dans les écoles d’art », sur L'Obs (consulté le )
  7. « L’art doit-il être moral ? Dialogue entre une philosophe et une sociologue », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Anne-Laure Debaecker, « Censure, militantisme, le nouvel ordre moral artistique », sur Valeurs actuelles (consulté le )
  9. Thomas Mahler, « Carole Talon-Hugon : « La censure se communautarise » », sur Le Point, (consulté le )
  10. « [En couverture] Comment l'islamo-gauchisme a conquis l'université », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  11. « Macadam philo » émission du 11.07.2008 : « Le Pathos ».
  12. « Avignon 2005, le conflit des héritages de Carole Talon-Hugon », Le Monde des livres, 7 juillet 2006, Marion Faure.
  13. « Avignon, les maîtres et l'héritage », Le Monde, 29 juillet 2006, Fabienne Darge.
  14. « Macadam philo » émission du 15.05.2009 : « Faut-il moraliser l'art ? » France culture.
  15. Compte rendu publié dans le dossier critique d'Acta fabula « Acta par Fabula » (avril 2010, vol. 11, no 4) : « Le tournant éthique de la critique artistique en question » par Alexandre Gefen.