Carole Darricarrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carole Darricarrère
Naissance 1959
Abidjan
Activité principale
Distinctions
Bourse d'encouragement à la création du CNL 1999
Auteur
Langue d’écriture Français, anglais
Genres

Œuvres principales

Carole Darricarrère est une poétesse française née à Abidjan en 1959.

Son travail oscille entre la poésie, la littérature et ce qu'elle appréhende comme étant des formes parallèles de son écriture : la création photographique et la création radiophonique.

Parcours[modifier | modifier le code]

Bourse d'encouragement à la création du CNL 1999.

Des traductions ont été faites aux États-Unis par le poète Guy Bennett (en) pour les revues Faucheuse et Rhizome ; en serbe par le poète yougoslave Slobodan Jovalekic pour le compte de Milan Orlic, éditeur à Belgrade, et de Radomir Uljarevic, éditeur à Podgorica ; en russe d’extraits d’un manuscrit inédit Les Fragments en 2007 par Dimitri Kouzmine, et vers le chinois à Pékin à l'automne 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Livre d'artiste[modifier | modifier le code]

  • Monochrome de l'astreinte, en collaboration avec la plasticienne et éditrice Wanda Mihulac, éditions Transignum, 2010

Texte et photographies[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

Livre sur un artiste[modifier | modifier le code]

  • « Son corps opulent d’oiseaux off sky en rappel de ses mains », « La robe du jour est toujours plus claire que l’œillet sombre de la nuit » et « Quelqu’un aura coupé le son » dans Quantités discrètes de Jean Yves Cousseau (en écho au travail de l’artiste ; avec des collaborations de Sarah Clément, Stéphane Crémer, Alain Madelaine-Perdrillat, Jean-Louis Poitevin, Tom Raworth, Alain Rebours et Frédérique Verlinden), Fage éditions, 2006[8]

Revues[modifier | modifier le code]

  • Poème « Avant lundi », Action Poétique, n°137, 4e trimestre 1994
  • Poème « Belle route jusqu'à Tamatave », 15 septembre 1995, Action Poétique, n°142-143, 2e trimestre 1996
  • Poème « Landscape 1 (les nights) », Action Poétique, n°152, 3e trimestre 1998
  • Poème « Le (je) de Léna », 20 février 1999, Action Poétique, n°155, 2e trimestre 1999
  • « Femme », Passage d’encres n°13 « À bras-le-corps », décembre 2000
  • Texte « Brouillon de pistes (Journal d’un voyageur immobile) » (texte et photographies), Passage d’encres n°16 « Terra cognita, Le devisement du monde », décembre 2001
  • Poème « A/D/N (Higher birds) » (extrait de Le Sermon sous la langue), Le Nouveau Recueil n°61, décembre 2001-février 2002
  • Poème « Une fois parvenu destitué » (extrait de Le Sermon sous la langue), Action Poétique, n°170, janvier 2003
  • Poème « Fragments sur les ailettes » (« Le (je) de Léna »), La Revue Littéraire, octobre 2004
  • « Lettre posthume de Vincent Van Gogh à son frère Théo », Le Nouveau Recueil n°85, décembre 2007-février 2008
  • Texte « Effraction », Pékin, octobre 2009, Action Poétique, n°201, septembre 2010

D'autres textes inédits ont été publiés par les revues Rétroviseur, La Polygraphe, Java et Passages ainsi que sur le site Le Chemin d'Arthur[9] et la revue Ffwl Lleuw.

Créations radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • « Micro allemand. Étoiles et voie lactée. Nuit et aube », création radiophonique en collaboration avec Thierry Génicot, Belgique, 2002[10]
  • « Dernier vol », poème radiophonique de Carole Darricarrère et Nathalie Battus, émission « L'Atelier de la création » d'Irène Omélianenko, France culture, 13 novembre 2014 [écouter en ligne] (avec quatre photos de Carole Darricarrère)

Photographie[modifier | modifier le code]

Exposition personnelle[modifier | modifier le code]

  • Galerie Jean-Michel Faudemer, Paris XVIII, juin 2002

Parcours photographique[modifier | modifier le code]

Des aspects de son travail photographique ont été présentés aux États-Unis en Juin 2000 par la revue Faucheuse, en France dans le n°16 de la revue Passage d'encres en Décembre 2001, au Théâtre-Poème à Bruxelles en 2003 dans le cadre d'un accrochage, à Pékin au Centre Culturel Français en novembre 2009 dans le cadre d'une projection.

Le projet photographique « Homo Domesticus » (125x75cm) a été présenté dans le cadre de l'exposition collective réalisée à l'occasion de la sortie du Guide ménager et galant de l'homme d'intérieur (Richard Belfer, éditions du Seuil) à La Mercerie, 98 rue Oberkampf, Paris XIème, du 14 mai au 12 juin 2001.

Sur Carole Darricarrère[modifier | modifier le code]

Autres critiques dans le Cahier Critique de Poésie du Centre international de poésie Marseille et Le Mensuel littéraire et poétique de Bruxelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]