Carole Couvert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carole Couvert
Image dans Infobox.
Carole Couvert, Présidente de la CFE-CGC le jour de son élection le 17 avril 2013 à Saint-Malo.
Fonction
Membre du Conseil économique, social et environnemental
depuis
Biographie
Naissance
(49 ans)
BeauneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Drapeau de la France française
Activité
SyndicalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Carole Couvert, née le , a été présidente confédérale de la CFE-CGC du au [1]. Elle succède à ce poste à Bernard Van Craeynest[2]. Elle est aujourd'hui présidente d'honneur de la confédération.

Parcours[modifier | modifier le code]

Après une formation en marketing et management, Carole Couvert entre chez EDF GDF en 1994. Entre 2002 et 2005, elle exerce plusieurs mandats syndicaux en Côte-d'Or, pour la CFE-CGC. Sa fédération est la CFE-CGC Energies. En 2006, elle prend des responsabilités nationales au sein de la Confédération CFE-CGC, en devenant secrétaire nationale chargée de la cohésion interne. En 2009, elle est élue secrétaire générale de la CFE-CGC. Le , au 35e Congrès de Saint-Malo, elle devient le neuvième président de cette confédération (et la première femme à exercer cette fonction)[3],[4].

Décorations[modifier | modifier le code]

Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur le [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • Marc Landré, « Carole Couvert candidate à la présidence de la CFE-CGC », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Michel Noblecourt, « Carole Couvert emporte la présidence de la CFE-CGC », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Reuters, « Carole Couvert prend la tête de la CFE-CGC », La Tribune,‎ (Carole Couvert prend la tête de la CFE-CGC).
  • Frédérique Roussel, « À couteaux tirés, la CFE-CGC choisit Carole Couvert », Libération, no 9932,‎ (lire en ligne).
  • Anne de Guigné, « Carole Couvert poussée vers la sortie à la CFE-CGC », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]