Carole Aciman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carole Aciman, née le à Paris (Île-de-France) et morte le à Rouen (Seine-Maritime)[1], est une avocate, diplomate et entrepreneur française. Elle est diplômée en droit des affaires et spécialisée en propriété intellectuelle et en entreprenariat.

Elle consacra sa carrière à l'aide aux entreprises innovantes dans les domaines technologiques, des médias et du monde des affaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et scolarité[modifier | modifier le code]

Carole Nicole Aciman a une enfance partagée entre la France, son pays natal, et l'Afrique de l'Ouest. En 1970, elle a 7 ans quand sa famille déménage à Cotonou, au Bénin, où ils y restent un an, avant de partir pour la Guinée. Elle emménage en 1973 à Douala au Cameroun et enfin en 1975 en Bangui en République centreafricaine.

Après un baccalauréat au Lycée Lakanal en 1982, elle commence ses études de droit à l'université de Paris XI (appelée aujourd'hui Université de Paris-Saclay) où elle obtient sa licence, puis continue à l'Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) avec la maîtrise en droit des affaires en 1986.

En février 1988, elle se spécialise avec un DESS en droit des affaires internationales à l'université de Paris X à Nanterre, obtenu avec les honneurs. Elle termine enfin ses études en 1990 à New York avec un master of comparative jurisprudence (aussi appelé LLM-C.J.) de l'université de droit de New York[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière d'avocat chez Skadden, Arps, Slate, Meagher & Flom LLP, où elle y travaille de juillet 1999 à août 2004[3]. De septembre 2004 à juillet 2006, elle est conseiller chez Hughes Hubbard and Reed (en), puis Shareholder chez Greenberg Traurig (en)[4] d'octobre 2006 à août 2010. Elle est accède ensuite au poste de Partner chez Hodgson Russ LLP[5], pour enfin fonder son propre cabinet d'avocat en janvier 2013.

Vie privée et fin de vie[modifier | modifier le code]

Elle fut mariée à un américain[6] et eu une fille, nommée Abigail, dans les années 2000[7]. Carole Aciman meurt le vers 18 h (heure locale) au centre hospitalier universitaire de Rouen, après un coma de 15 mois, consécutif à un accident de la route[1].

Engagements[modifier | modifier le code]

Pendant les années et , Carole Aciman est présidente de la National Conference of Women's Bar Associations[1]. En , elle est membre du réseau d'expert de l'ESSEC Ventures, incubateur de l'ESSEC Business School. En , elle devient conseillère du commerce Extérieur pour le ministère des Affaires étrangères français[8], et est directrice de l'association American Friends for the Preservation of Saint Germain des Pres[9], qui arrive à lever plus de 500 000 dollars pour la restauration de l'église[10].

Conférencière[modifier | modifier le code]

Carole Aciman anime et participe régulièrement à des conférences en France et aux États-Unis sur ses thèmes de prédilection : droit des affaires, propriété intellectuelle, internet, e-commerce, international licensing et outsourcing, et ce avec une optique cross-border.

Exemples de conférences:

  • Elle fut la première conférencière de la French American Bar Association en [11]
  • Careers in Technology and the Law à l'université de droit de New York le [12]
  • Environment and Health Law Practices pour Hodgson Russ LLP le [13]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • : Chambers USA: America’s Leading Lawyers for Business[14]

Mention[modifier | modifier le code]

Oliver Gloag dans Albert Camus: A Very Short Introduction, p. 17: « Carole Aciman and Pascale Casanova died too soon; they both helped me in different ways with my work on Camus, I am grateful for having known them »[15].

Liens Externes[modifier | modifier le code]

Remarques sur les résultats filtrés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en-US) « In Memoriam: Carole Aciman », sur National Conference of Women's Bar Associations, (consulté le )
  2. « Welcome to Carole Aciman PLLC », sur web.archive.org, (consulté le )
  3. (En) "CYBER DIALOGUE CUSTOMER RELATIONSHIPS THROUGH DIGITAL MEDIA", le 09/02/2000
  4. (en-US) « Carole Aciman », sur American Conference Institute (consulté le )
  5. https://www.hodgsonruss.com/
  6. « Le filet social ? Connais pas ! », sur LEntreprise.com, (consulté le )
  7. « Le filet social ? Connais pas ! », sur LEntreprise.com, (consulté le )
  8. Décret du 1er mars 2012 portant nomination de conseillers du commerce extérieur de la France (lire en ligne)
  9. « AMERICAN FRIENDS FOR THE PRESERVATION OF SAINT GERMAIN DES PRES, INC. :: New York (US) :: OpenCorporates », sur opencorporates.com (consulté le )
  10. « 21801 Salisbury Maryland Nonprofits and 501C Organizations », sur www.taxexemptworld.com (consulté le )
  11. « August 2015 Newsletter », sur archive.constantcontact.com (consulté le )
  12. « Careers in Technology and the Law | NYU School of Law », sur its.law.nyu.edu (consulté le )
  13. (en) « Environment and Health Law Practices, Carole Aciman, Bethany Hills Trachtenberg, and Ellen V. Weissman Listed in 2012 Chambers USA », sur www.hodgsonruss.com (consulté le )
  14. (en) « Environment and Health Law Practices, Carole Aciman, Bethany Hills Trachtenberg, and Ellen V. Weissman Listed in 2012 Chambers USA », sur www.hodgsonruss.com (consulté le )
  15. (en) Oliver Gloag, Albert Camus: A Very Short Introduction, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-879297-0, lire en ligne)