Carol Gilligan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carol Gilligan
Carol and James Gilligan P1010970.jpg

Avec James Gilligan (2010)

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
James Gilligan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres réputées

Carol Gilligan est une philosophe, psychologue, féministe américaine, née le . Elle est professeur honoraire de psychologie sociale, spécialiste des relations sociales et de l'éthique de la sollicitude (ou éthique du care). Elle est connue pour son ouvrage, Une voix différente, qui propose des éléments de cette éthique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie la littérature anglaise et la psychologie clinique et soutient une thèse de doctorat en psychologie sociale de l'université Harvard[1]. Elle mène ensuite une carrière universitaire, d'abord à l'université Harvard en 1967, puis à l'université de Cambridge de 1992 à 2002. En 2002, elle est ensuite professeur à l'université de New York (School of Education and the School of Law) où elle finit sa carrière d'enseignante.

Éthique du care et féminisme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Une voix différente.

Elle est connue pour son travail sur les relations éthiques et l'éthique de la sollicitude. Elle est surtout connue par son ouvrage Une voix différente[2], qui propose une critique de l'échelle du développement moral de Kohlberg selon qui les filles atteindraient un niveau de développement moral moindre que les garçons[3].

Un des aspects de la théorie de Lawrence Kohlberg que critique Gilligan est fondé sur un problème posé à un garçon et à une fille : « un homme se demande s'il doit ou s'il ne doit pas voler un médicament qu'il n'a pas les moyens d'acheter pour sauver la vie de sa femme ». Le garçon résout le dilemme en considérant que l'homme doit voler le médicament et donc transgresser la loi s'il veut sauver sa femme. La petite fille quant à elle considère que l'homme devrait aller à la rencontre du pharmacien, lui exposer sa situation et lui expliquer qu'offrir ce médicament permettrait de sauver une vie. En reconfigurant le problème de la sorte, l'homme ne transgresse pas la loi, il sauve sa femme et le pharmacien accomplit un acte altruiste. Selon Kohlberg, la petite fille est naïve et n'a pas conscience des principes de la justice universelle.

Selon Gilligan, la résolution différentielle du dilemme du pharmacien met en lumière deux rapports à la morale :

  • le premier (masculin) est fondé sur un rapport au monde empreint de justice ;
  • le second (féminin) est fondé sur le dialogue, le sens de la responsabilité et l'attention à autrui qui sont aux fondements des théories de l'éthique de la sollicitude.

Joan Tronto reprend cette éthique mais lui donne un sens plus politique et moins essentialiste[4].

Publications[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • In a Different Voice, Harvard University Press, 1982.
  • Mapping the Moral Domain: A Contribution of Women's Thinking to Psychological Theory and Education, Harvard University Press, 1989.
  • Making Connections: The Relational Worlds of Adolescent Girls at Emma Willard School, Harvard University Press, 1990.
  • Meeting at the Crossroads: Women's Psychology and Girls' Development, Harvard University Press, 1992.
  • Between Voice and Silence: Women and Girls, Race and Relationships, Harvard University Press, 1997.
  • The Birth of Pleasure, Knopf, 2002.
  • Kyra, Random House, 2008.
  • The Deepening Darkness: Patriarchy, Resistance, & Democracy's Future, Cambridge University Press, (2009) (avec David A.J. Richards).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Carol Gilligan », Webster.edu, (consulté le 22 juillet 2012)
  2. Carol Gilligan, In a Different Voice, Harvard University Press 1982, trad. française chez Flammarion 2008.
  3. (en) Lawrence Kohlberg, « The Development of Modes of Thinking and Choices in Years 10 to 16 », Ph. D. dissertation, University of Chicago,‎ .
  4. Wolfram Eilenberger, « Joan Tronto. « Yes, we care ! » », sur Philosophie Magazine, (consulté le 7 mai 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Digneffe, « Morale de justice ou morale de responsabilité : un débat entre L. Kohlberg et C. Gilligan à propos du développement du jugement moral », Déviance et société, vol. 10, no 1,‎ , p. 21-38 (lire en ligne).
  • Clémence Ledoux, « Care », dans Catherine Achin et Laure Bereni, Dictionnaire genre & science politique, Paris, Presses de Sciences Po, (ISBN 9782724613810).
  • Vanessa Nurock (dir.), Carol Gilligan et l'éthique du care, Paris, PUF, 2010, coll. « Débats philosophiques », 192 p., (ISBN 9782130573449).
  • Patricia Paperman, « L'éthique du care et les voix différentes de l'enquête », Recherches féministes, vol. 28, no 1,‎ , p. 29-44 (lire en ligne).
  • Nathalie Savard, « Développement moral et jugement moral : réexamen de la controverse Kohlberg-Gilligan », Horizons philosophiques, vol. 7, no 1,‎ , p. 113-124 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]