Carnières (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Carnières
Carnières (Belgique)
Vue de Carnières-Trieux.
Blason de Carnières
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement La Louvière
Commune Morlanwelz
Code postal 7141
Zone téléphonique 064
Démographie
Gentilé Carniérois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 26′ 35″ nord, 4° 15′ 18″ est
Localisation
Localisation de Carnières
Localisation de Carnières au sein de Morlanwelz
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Carnières
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Carnières
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Carnières
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Carnières

Carnières est une section de la commune belge de Morlanwelz, située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Histoire[modifier | modifier le code]

Carnières est traversée par la chaussée romaine Bavay-Cologne, la localité est mentionné dans le polyptyque de l'abbaye de Lobbes, rédigé par Jean, évêque de Cambrai, en 868-869. Le village était une seigneurie. La paroisse de Carnières englobait une autre seigneurie, Collarmont éloignée fut réunis à celle de Carnières au XIVe siècle. En 1914, les combats font rage dans la région eut lieu les troupes française et allemandes. Un cimetière fut créé après la guerre, il se trouve dans le hameau de Collarmont. Carnières fut fusionné en 1977 avec Morlanwelz et Mont-Sainte-Aldegonde.

Patrimoine et autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Hilaire[modifier | modifier le code]

La première église se situait rue Vieille Église construite au XVe siècle au lieu-dit du Cron Chesne puis a été démolie. Le deuxième église avait été construite en 1873 et livrée au culte le 10 mai 1874. Le clocher s'élevait à 43 mètres de haut.

En février 1922, la foudre tomba sur le clocher et endommagea une partie de la toiture. Par la suite, on dut régulièrement consolider l'église. Au vu de continuelles dégradations, sa démolition fut décidée en 1979[1]. Aujourd'hui à l'emplacement de l'église se trouve la place Gonzales Decamps. La troisième église se trouve en face de l'ancienne maison communale elle a été construite en 1995. Sur le parvis se trouve l'ancienne croix de l'église de 1873.

Église Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

Par arrêté royal du 25 octobre 1904, la partie de Carnières sis au nord du chemin de fer fut déclarée paroisse succursale. L'église consacrée à Saint-Joseph, plus petite que celle du Centre, a été construite en 1906 à front de la rue Royale, au quartier des Trieux[2].

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Ancienne maison communale[modifier | modifier le code]

L'ancienne maison communale a été construite en 1837.

Monument aux Morts[modifier | modifier le code]

Il se situe place Gonzales Decamps.

Économie[modifier | modifier le code]

Transports en commun : outre la desserte ferroviaire en gare de Carnières, la localité est notamment desservie par le bus 30 (Anderlues - Morlanwelz - La Louvière - Strépy-Bracquenies - Thieu) et par le bus 133,132 de TEC Hainaut.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Victor Simon (1888-) est l'inventeur du moulin à légumes.
  • Corentin Michiels (aussi surnommé Coulommiers de par ses origines normandes), bourgmestre incontournable des Carnières lors de la révolution des betteraves de 1908 (où le parti catholique dont il faisait partie a décidé l'interdiction de la betterave sucrière en tant que condiment), pour sa décision courageuse de remplacer cette culture par celle du rutabaga, en collaboration avec le ferrailleur et vendeur de saindoux attitré, Charles de Munck.
  • Alexandre-Louis Martin (1887-1954) est un artiste-peintre connu pour ses peintures au couteau. En 1930, la France lui conféra le titre d'officier de l'Instruction publique pour sa participation à la Société nationale des beaux-arts à Paris et la Belgique lui conféra la même année, le titre de chevalier de l’ordre de la Couronne. On apposa à sa maison natale, toujours conservée de nos jours, une plaque commémorative en 1947 et il reçut en 1951 une récompense de la part des autorités de la Province de Hainaut.
Il existe une ligue des Amis du peintre, créée en 1945.
L'ancienne maison communale de Carnières, se trouvant sur la place du même nom, renferme au premier étage un petit musée voué à ses œuvres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Cambier et Jean Henne, Morlanwelz notre entité au fil du temps, Jumet, Imprimerie provinciale du Hainaut, 2003 ( (ISBN 2-930336 44 7)), 165p.
  • Henne Jean, Le 100e anniversaire de la Maison Communale de Carnières, C.H.A.M., décembre 1995.
  • Marre-Muls A-M., Découvrir Carnières, Editions du C.R.E.C.C., 1982.
  • Anne-Marie Marré-Muls, Historique des églises et de la paroisse Saint-Hilaire à Carnières Consécration de la nouvelles église, Carnières, 1995, 83p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Cambier et Jean Henne, Morlanwelz notre entité au fil du temps, Jumet, Imprimerie provinciale du Hainaut, , 165 p. (ISBN 2-930336 44 7), p. 18
  2. Alain Cambier et Jean Henne, Morlanwelz notre entité au fil du temps, Jumet, Imprimerie provinciale du Hainaut, , 165 p. (ISBN 2-930336 44 7), p. 42