Carnaval de Chapelle-lez-Herlaimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le carnaval de Chapelle-lez-Herlaimont est un des plus importants carnavals de Belgique. Fort d'une longue tradition semblable à celle du carnaval de Binche, il attire chaque année plusieurs milliers de visiteurs, si bien que peu de publicité est faite, en raison de la saturation du centre-ville. Le carnaval proprement dit dure trois jours et a lieu au Laetare (mi-carême), soit 4 semaines après Binche.

Cinq sociétés de gilles et quatre sociétés de fantaisie côtoient quelques groupes invités au cours de ces festivités réputées.

Déroulement des festivités[modifier | modifier le code]

Répétitions et soumonces en batterie[modifier | modifier le code]

Quelques semaines avant le carnaval, les sociétés (groupements folkloriques) organisent individuellement des répétitions de batteries et/ou des soumonces en batterie. Peu de visiteurs sont présents à cette occasion et la circulation dans le centre-ville n'est généralement pas entravée. Ce sont, pour de nombreuses personnes, les retrouvailles annuelles. la plus belle c'est carla

Soumonce générale en musique[modifier | modifier le code]

Deux semaines avant le Laetare a lieu la soumonce générale en musique. Contrairement aux répétitions et soumonces en batterie, elle rassemble toutes les sociétés locales. À cette occasion, le centre-ville est fermé à la circulation, les sociétés se déplacent et se croisent régulièrement, des forains s'installent sur la Place Communale.

Lors de cette soumonce, les gilles ne revêtent pas encore leur célèbre costume mais, comme toutes les autres sociétés, sont déguisés. Certaines sociétés imposent un déguisement commun, d'autres un thème général.

En soirée, les sociétés se rendent à la Place de l'Église, dans la partie basse du village, pour assister à un feu très beau feu d'artifice. Après celui-ci, les sociétés se déplacent encore librement entre les différents cafés du centre-ville.

Si la soumonce générale ne dure qu'une journée et les sociétés ne portent pas leur costume de carnaval, il s'agit d'un rendez-vous important qui réunit de nombreux visiteurs au son des airs de gilles et, pour certaines sociétés, des airs de fantaisie.

Carnaval du Laetare : le dimanche[modifier | modifier le code]

Contrairement à Binche, le dimanche est, à Chapelle-lez-Herlaimont, le jour le plus important. Dès l'aube, les différentes sociétés se forment au cours du "ramassage" : les participants passent de maison en maison, à renfort de Champagne et d'ambiance chaleureuse. En matinée, les sociétés se rendent à l'Hôtel de Ville à l'occasion de la remise des médailles, au cours de laquelle le Bourgmestre décore les personnes célébrant leur 10e, 20e, 30e,... participation au carnaval.

La matinée se termine par le rondeau de l'avant-dîner.

En début d'après-midi, les sociétés rejoignent la partie basse du village, où sont cette fois installés les forains. Le cortège international prend son départ pour rejoindre la Place Communale, avec les sociétés locales, quelques sociétés plus "familiales" ainsi que plusieurs groupes étrangers (Pays-Bas, Italie, France, Afrique,...). Ce sont chaque année plus de mille personnes qui défilent aux côtés de l'école de tambour et l'école de cirque "Pré-en-Bulle".

En fin d'après-midi, le cortège prend fin en pénétrant dans la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville. La soirée continue par une sortie libre des sociétés.

Carnaval du Laetare : le lundi[modifier | modifier le code]

Le lundi, les sociétés reprennent possession du village dès midi, circulant librement de café en café. En début de soirée, les sociétés se rassemblent une nouvelle fois dans le bas du village pour former le cortège aux lumières. Celui-ci remonte jusqu'à la Place Communale, où a lieu le célèbre spectacle pyrotechnique "Prestige des Tchats", réalisé par les Maîtres-Artificiers Van Cleemput (qui réalisent également le feu d'artifice de la fête nationale et de la nouvelle année à Bruxelles). C'est sans conteste ce spectacle qui attire le plus de visiteurs. Les nombreux participants du cortège pénètrent sur la place, alors que les visiteurs se massent aux alentours.

Au terme d'un spectacle très attendu et toujours plus étonnant, les différentes sociétés se rendent une fois de plus à l'Hôtel de Ville, avant de terminer la soirée par une sortie libre.

Carnaval du Laetare : le mardi[modifier | modifier le code]

Le mardi, jour traditionnellement plus calme, les sociétés sortent à nouveau librement dès midi. En fin de soirée a lieu le Brûlage des Bosses. Tour à tour, dans un ordre bien déterminé, les sociétés assistent à "leur" Brûlage, sorte d'immense feu de joie autour duquel on danse au rythme d'une musique tantôt triste, tantôt joyeuse.

Cette dernière activité, assez triste pour les participants, signe la fin du carnaval, et est suivie d'une ultime sortie libre, qui s'achève au milieu de la nuit.


Les sociétés[modifier | modifier le code]

Les Gilles et Dames de l'Aurore[modifier | modifier le code]

Créée en 1967 par une équipe de passionnés de folklore, la société des Gilles et des Dames de l'Aurore compte une septantaine de membres. Le groupe de dames, particulièrement actif, présente de somptueux costumes lors de chaque carnaval.

Les Gilles Joyeux[modifier | modifier le code]

C'est en 1919 que la société des Gilles Joyeux a vu le jour.

Le 28 novembre 1974, la société fut invitée par l'Administration Communale de Chapelle-lez-Herlaimont, pour recevoir le titre de "Société Royale". Depuis la société continue son petit bonhomme de chemin en maintenant l'esprit "ouvrier" qui est toujours le sien.

Les Gilles à Hauts Chapeaux[modifier | modifier le code]

Fondée en 1922, la société participa à son premier carnaval une année plus tard.

L'appellation de la société provient sans doute de la distinction qu'il convenait de faire dans les années 1920 avec un autre groupe de gilles munis de petits chapeaux.

La société des Gilles à Hauts Chapeaux ne s'est jamais adjointe un groupe de dames.

Société respectueuse de la tradition binchoise, elle comptabilise plus de 100 membres lors des festivités carnavalesques.

C'est aussi la seule société qui effectue quatre sorties pré carnavalesque appelées "soumonces"

Les Gais Lurons[modifier | modifier le code]

Lors du carnaval, les Gilles de la société (créée en 1975) portent le costume traditionnel ainsi que le chapeau pour ceux qui le souhaitent. Les Damoiselles par contre, changent chaque année de costume.

Les Indomptables[modifier | modifier le code]

Dernière-née parmi les Gilles et fondée en 2008, la société a participé à son premier carnaval en 2009.

Les Pierrots Noirs[modifier | modifier le code]

A l'encontre du conformisme des sociétés de Gilles, les Pierrots, Noirs dont la création remonte en 1926, admettent les dames.

Le costume folklorique porté par les membres de ce groupe est inspiré du traditionnel habit connu de la Commedia DEL ARTE, à la différence de la couleur noire et de la garniture de large boutons blancs.

Le pierrot chapellois porte sur la tête une espèce de toque et autour du cou, une collerette blanche bordée de noir.

Il porte un panier d'osier décoré et distribue des oranges sanguines durant le carnaval.

L'autre particularité, est la musique typique qui accompagne la société. Un son d'air populaire très entraînant.

Cette société a participé à son dernier carnaval en 2011.

Les Boute-en-Train[modifier | modifier le code]

À l'origine, les étudiants de la localité se costumaient et suivaient les diverses société de Gilles et Pierrots chapellois. En 1969, l'idée de créer une société carnavalesque vit le jour.

Habillés d'un tablier blanc personnalisé, les Boute en train sont accompagnés d'une batterie et d'une musique sur les airs de gilles et de fantaisie.

Les Paysans[modifier | modifier le code]

Créé en 1976, la société des Paysans maintient chaque année certaines traditions particulières.

Le lundi de Laetare, elle se singularise pour rejoindre St-Germain, lieu de la formation du cortège du soir. C'est ainsi qu'au lieu de descendre de la Place de l'Hôtel de Ville par l'artère principale (rues Robert et de Gouy), la société emprunte des rues désertes pour se retrouver dans le bas de la rue Haute.

Les Tchap'lous[modifier | modifier le code]

En 1997 le public a pu découvrir une nouvelle société: Les Tchap'loûs. L'idée de la création d'un groupe original, mixte et articulé autour des géants, qui étaient apparus quelques semaines plus tôt, fut ainsi adoptée. La dénomination de la société "Tchap'loûs" est la traduction dialectale du mot chapellois. Elle fait référence à Battisse et à Philomène, les deux géants de la localité ainsi qu'à Poupous el Tchat, symbole de la Cité.

La conception du costume, signé du maître plasticien Xavier Pourbaix, est inspirée de son géant "Poupous" et de Felix Sylvestrix. D'autres tenues plus simples seront réalisées pour les enfants, les porteurs et les accompagnateurs qui guident les géants.

Une batterie spécialement formée par de jeunes tamboureurs et une musique découverte dans un autre carnaval de Laetare accompagnent les Tchap'loûs en interprétant les airs traditionnels des gilles.

La société a d'emblée instauré en sein, un certain nombre de coutumes qui contribuent à caractériser son originalité et son esprit: - Le ramon ou panier est couvert d'un velours gris et surmonté d'une tête de souris. - Des "miaou" sont scandés lors de certaines reprises de la batterie - À l'occasion des journées carnavalesques, des pièces de monnaie en chocolat sont distribuées au public.

Les T'chamaïcains[modifier | modifier le code]

En 2009, un groupe d'amis décide de créer une nouvelle société basée sur la camaraderie et le plaisir du carnaval. Les t'chamaïcains et leur tenue bariolée aux couleurs de la Jamaïque ajoute une touche d'exotisme et de fun à notre Laetare.

Les Wa-Wa[modifier | modifier le code]

Groupe d'Africains fondé par F. Grenier au cercle Saint-Germain (+/- 100). Ils sortent d'abord en batterie, puis en musique. Après une dissolution en 1997, les Wa-Wa reviennent en 2009 sur la scène du folklore chapellois, relancé par feu Patrick Debert. Christophe Wauthier lui succédera en tant que président en 2010. Suite un accident lors du carnaval 2011, la société changera ses costumes, passant du raphia au synthétique.

Source[modifier | modifier le code]