Carnaval d’Alost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Carnaval d’Alost est un rituel vieux de 600 ans[1] qui se déroule chaque année à Alost en Flandre-Orientale, au Nord de la Belgique. Il dure trois jours à compter du dimanche qui précède le carême chrétien. Le carnaval d’Alost a été inscrit en 2010 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO[1]. En décembre 2019, le bourgmestre d'Alost Christoph D'Haese (N-VA) retire le carnaval alostois de la liste du patrimoine immatériel de l'humanité.

Le carnaval est notamment marqué par :

  • la proclamation symbolique du Prince du Carnaval comme bourgmestre de la ville d’Alost[1] ;
  • des géants de processions, dont « Bayard », le cheval de la légende de Charlemagne[1] ;
  • des jets de bonbons en forme d’oignons[2] ;
  • une danse des balais sur la place du marché central pour chasser les fantômes de l’hiver[1] ;
  • la journée dite de la « Voil Jeanet» (la sale Jeannette), une parade de jeunes gens travestis en femmes, avec des corsets, des landaus et des parapluies cassés[2] ;
  • et le rituel final pendant lequel l’effigie de Carnaval est brûlée[1].

Polémique[modifier | modifier le code]

Scale icon green.svg
Cette section ne respecte pas la neutralité de point de vue. (décembre 2019).
Considérez son contenu avec précaution et/ou discutez-en. Il est possible de souligner les passages non neutres en utilisant {{passage non neutre}}.
N.B. Ce modèle est à réserver à des cas simples d'articles pouvant être neutralisés par un contributeur seul sans qu'un débat soit nécessaire. Lorsque le problème de neutralité est plus profond, préférez le bandeau {{Désaccord de neutralité}} et suivez la procédure décrite.

Le carnaval a fait parler de lui ces dernières années pour avoir accueilli en son sein des chars racistes (antisémites et négrophobes).

En 2013, un char représentait ainsi un wagon semblable à ceux utilisés pour déporter les Juifs vers les camps de la mort durant la Shoah. Les concepteurs du char paradaient à ses côtés déguisés en officiers SS ou en juifs orthodoxes. Sur le wagon, une affiche représentait des responsables politiques flamands habillés en nazis et tenant des boîtes de conserve contenant du Zyklon B, le poison utilisé par les Nazis pour exterminer les Juifs dans les chambres à gaz[3].

En 2019, un autre char représentait des caricatures de Juifs orthodoxes avec des nez crochus, assis sur des sacs d'or. Ce char a provoqué la colère de plusieurs associations juives, dont le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique (CCOJB) et le Forum der Joodse Organisaties (FJO)[4]. Durant ce défilé, on pouvait également voir des participants portant la cagoule et la robe blanches des membres du Ku Klux Klan, et d'autres faisant des blackfaces[5].

La Commission européenne a déclaré qu'il était "impensable que cela soit encore visible en Europe, 74 ans après l'Holocauste"[6]. Des organisations juives envisagent d'appeler l'UNESCO à retirer le carnaval d'Alost de la Liste du patrimoine immatériel tenant compte des droits de l'homme.

"L'esprit de satire du carnaval d'Alost et la liberté d'expression ne peuvent servir d'écran à de telles manifestations de haine ... Au-delà des valeurs de respect et de ces caricatures indécentes vont même à l'encontre des principes fondateurs du patrimoine immatériel de l’humanité", a déclaré Ernesto Ottone Ramírez, sous-directeur général de la culture de l'Unesco, cité dans le communiqué.https://www.tdg.ch/monde/Un-char-de-carnaval-suscite-l-indignation/story/10850458

Le centre interfédéral pour l’égalité des chances Unia ne portera toutefois pas l’affaire devant la justice mais opérera une médiation entre l’administration communale alostoise et la communauté juive.

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]