Quartier des Carmes (Toulouse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Carmes (Toulouse))
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Toulouse
Cet article est une ébauche concernant Toulouse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La station de métro des Carmes sur la ligne B.
Place des Carmes depuis le toit du parking

Les Carmes est un quartier de Toulouse, organisé autour d'un marché.

Le quartier[modifier | modifier le code]

Maison de Jean Calas rue des Filatiers

Vieux quartier toulousain, traversé par le cardo romain (l'axe nord-sud), les Carmes s'organisent autour d'une ancienne halle, réaménagée en parking payant. La rue des Filatiers est une des rues les plus importantes du quartier. C'est dans cette rue notamment que l'on retrouve un des hauts lieux de l'histoire judiciaire toulousaine, la maison de Jean Calas. Le quartier est connu pour être animé. De nombreux restaurants et bars y sont implantés.

Le marché des Carmes[modifier | modifier le code]

Toulouse. Les Carmes (1905)

C'est un des principaux marchés toulousains d'alimentation[1]. Comme le marché Victor-Hugo, il se tenait autrefois sous une halle métallique (1892- Architecte : Joseph Galinier), démontée et remplacée par un marché-parking de béton (1963 - Architecte : Georges Candilis) [2].

À l’emplacement de l’actuel parking, se trouvait le marché des carmes construit au XIXe siècle. Le marché des Carmes se situe sur la place des Carmes.

À la fin du XIIIe siècle, à la place de l’actuel Marché des Carmes, se trouvait le couvent de l’ordre religieux des Carmes. À la Révolution, l’église, le cloitre et les autres bâtiments deviennent des biens nationaux. En 1796, l’administration souhaite acquérir le couvent pour en faire une Halle au blé assez étendue et assez commode.

Le plan et d’élévation d’une Halle, non signé et non daté, conservé aux archives départementales de la Haute-Garonne, pourrait correspondre à ce projet. Malgré l’approbation de la demande qui en est faite au conseil des Cinq-Cents en 1798, demande qui « n’est point inspiré par cette manie d’embellissement qu’il est de votre devoir d’arrêter jusqu’à des temps plus heureux, mais par l’intérêt général du commerce et par une impérieuse nécessité », le projet n’aboutit pas.

En 1802, la municipalité évoque la possibilité de faire une place après la démolition des bâtiments en ruines. L’ingénieur Pierre Laupiès propose la création d’une « place mercantile » avec des boutiques, des logements qui encadreraient un espace pouvant être dédié à la tenue des marchés. Il faut attendre 1807 pour que la ville soit autorisée à acheter les terrains et les bâtiments des Carmes afin d’y établir une promenade et une fontaine. Seule la promenade est réalisée. En 1813, le marché aux herbes s’installe sur la place. Les marchands y établissent des baraques en bois qui deviennent vite insalubres et rendent le lieu mal famé. Très vite, la municipalité cherche à les remplacer par un marché couvert.

C’est à cette date qu’est présenté un nouveau projet de halles couvertes pour la place des Carmes qui ne rencontrera pas plus de succès que les précédents. Un autre plan, anonyme et sans dates, pourrait avoir été conçu à cette période. Sa forme se retrouve dans de nombreux projets de marchés couverts qui seront présentés pour ce lieu au milieu du XIXe siècle : quatre corps de bâtiments disposés en carré, laissant libre un vaste espace central.

En 1826, Honoré Eudel (1777-1833) présente au conseil municipal un projet différent des précédents. La forme générale de la Halle est octogonale, et Eudel propose l’emploi du fer pour la charpente. Il insiste sur le fait que cette construction permettrait à la ville de Toulouse de se distinguer : à cette époque, le fer n’était pas souvent employé pour les grandes constructions en France. Cette proposition a été acceptée par la ville le 5 juin 1827. Toutefois, le projet est plusieurs fois modifié entre 1827 et 1830.

Aujourd’hui le marché des Carmes est l’un des plus grands marché de Toulouse et se trouve toujours au même emplacement.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.toulouse.fr/web/commerce/marches-couverts-et-de-plein-vent/marches-toulousains
  2. Nicolas Fichot, in Le Dictionnaire de Toulouse, Loubatières, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article. Marchés dans la ville, Archives municipales de Toulouse, 2009