Carmen Pereira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pereira.
Carmen Pereira
Image illustrative de l'article Carmen Pereira
Fonctions
Présidente du Conseil d'État
de la République de Guinée-Bissau

(intérim)
14
(2 jours)
Prédécesseur João Bernardo Vieira (président du Conseil d'État)
Successeur João Bernardo Vieira
3e président de l'Assemblée nationale populaire bissau-guinéenne
1989
Prédécesseur João Bernardo Vieira
Successeur Tiago Aleluia Lopes
Biographie
Date de naissance (84 ans)
Lieu de naissance Bissau (Guinée portugaise)
Nationalité bissau-guinéenne
Parti politique Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert

Carmen Pereira
Chefs d'État bissau-guinéens

Carmen Pereira est une femme politique bissau-guinéenne, née le . Elle est la première femme chef de l'État de son pays ainsi que la première en Afrique.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Carmen était la fille de l'un des rares avocats africains de l'ancienne colonie portugaise. Elle fut mariée jeune. Elle et son mari s'impliquèrent dans la guerre d'indépendance de la Guinée-Bissau, contre le Portugal. L'engagement politique de Carmen Pereira débuta en 1962, quand elle rejoignit le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert. Ce mouvement révolutionnaire luttait pour l'indépendance des deux colonies portugaises d'Afrique de l'Ouest[1].

Pereira et son mari étaient tous deux actifs au sein du parti, et elle projeta un moment de quitter son pays. Elle habita quelque temps au Sénégal avant de voyager en Union soviétique pour étudier la médecine[2].

L'ascension[modifier | modifier le code]

Par la suite, à son retour en Guinée-Bissau, elle fut active à la fois dans le domaine de la santé et en politique.

Elle fut élue à l'Assemblée nationale populaire, dont elle fut vice-présidente de 1973 à 1984. À cette époque, elle présida le Parlement cap-verdien (le Cap-Vert était alors uni à la Guinée-Bissau) de 1975 à 1980 puis fut ministre de la Santé et des Affaires sociales de 1981 à 1983. Elle accéda à la présidence de l'Assemblée nationale populaire bissau-guinéenne en 1984, pendant la période où la constitution était suspendue suite au coup d'état de João Bernardo Vieira. À cette position, elle devint pendant trois jours présidente du Conseil d'État jusqu'à la promulgation d'une nouvelle Constitution en 1984, devenant la première femme chef d'État d'Afrique jusqu'en 2006 et la seule en Guinée-Bissau à ce jour[3].

Pereira continua à présider l'Assemblée jusqu'en 1989 puis elle fut nommée ministre d'État, ministre des Affaires sociales, entre 1990 et 1992, ce qui faisait d'elle la vice-Première ministre. Mais elle fut démise de ses fonctions par Vieira.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coquery-Vidrovitch 1997, p. 196-197.
  2. Cornwall 1972, p. 128-129.
  3. Auzary-Schmaltz et al. 2013, p. p=3405.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]