Carmen Maria Vega

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Véga (homonymie).
Carmen Maria Vega
VEGA.jpg
Carmen Maria Vega en concert au Elmediator à Perpignan en octobre 2011
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Label
Genre artistique
Site web

Carmen Maria Vega, née le [1] à Guatemala (ville) au Guatemala, est une chanteuse et actrice française[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carmen Maria Vega est née au Guatemala. À l'âge de six mois, elle est enlevée par des trafiquants d'enfants[3] et « vendue » en France sans que sa famille adoptive française n'en sache rien[3]. Elle découvre en 2014 que son nom d'origine est Angie María del Rosario Vega[4],[3], que sa date de naissance réelle, le 11 juin, a été modifiée en 11 juillet au moment de l'enlèvement[1] et que sa mère biologique vit en Belgique[4].

Son enfance se passe à Lyon. À l'âge de 7 ans, sa mère lui fait suivre des cours de théâtre. Elle est également plongée dans un univers musical éclectique grâce à l'un de ses oncles qui lui fait bénéficier de sa riche discothèque ; un autre, féru de jazz, pratiquant lui-même en amateur, lui communique sa passion (notamment pour les chanteuses de jazz afro-américaines). Âgée de 15 ans, Carmen Maria Vega prend conscience de son potentiel vocal, en particulier grâce à son professeur de musique de classe de troisième. L'année suivante, elle rencontre un professeur ambitieux au lycée, qui lui offre sa première scène au Transbordeur de Villeurbanne. Elle y interprète The Great Gig in the Sky des Pink Floyd lors de son projet de fin d'étude.

Après son bac, elle suit une formation théâtrale au Cours Myriade, à Lyon. En 2005, elle rencontre le guitariste et auteur-compositeur Max Lavegie avec qui elle entame une collaboration qui dure 8 ans. Elle fait également un passage par le Conservatoire de Lyon.

Carmen Maria Vega présente sur scène ses premières créations, dans plusieurs salles de Lyon, comme la scène découverte A Thou Bout d'Chant, et se fait remarquer par des programmateurs de spectacles. À la suite de quoi, puis grâce au bouche-à-oreille, elle enchaîne plus de 500 concerts à travers la France (dont deux passages au Café de la Danse, deux à l'Alhambra et La Cigale à Paris par deux fois également). Des singles sont vendus localement. Carmen Maria Vega devient le nom d'un groupe musical composé de Carmen au chant, Max à la guitare et à la composition, Alain Arnaudet à la contrebasse, et Toma Milteau à la batterie[5].

Carmen se fait remarquer au Chantier des Francos et au Off du Printemps de Bourges. En 2009, elle remporte une bourse du FAIR.

En octobre 2009, elle sort son premier album, qui contient le single La menteuse. En mars 2010, elle donne deux concerts à l’Alhambra de Paris. En 2010, elle participe à l'album collectif L'incroyable histoire de Gaston et Lucie, en compagnie de Gérald Genty, Ben Ricour, Pierre Santini, Monsieur Lune, Oldelaf et Monsieur D, Yves Jamait et Cécile Hercule[6].

En 2012, elle est à l'affiche du film Le jour de la grenouille de Béatrice Pollet, aux côtés de Joséphine de Meaux, Patrick Catalifo, Fanny Cottençon, Dominique Reymond et Igor Skreblin.

En avril 2012 sort son deuxième album Du chaos naissent les étoiles chez AZ / Universal Music France.

En 2013, elle rend hommage à Boris Vian dans un album de reprises, intitulé Fais-moi mal Boris ![7].

En 2014, elle est choisie pour interpréter le rôle principal de Mistinguett dans le spectacle musical produit par Albert Cohen Mistinguett, reine des années folles de septembre à janvier 2015 au Casino de Paris, puis prolongé au Comédia à Paris d'avril 2015 à janvier 2016 [8].

De mars à mai 2016, elle part en solo, accompagnée par Kim Giani, en tournée de pré-album avec un nouveau show intitulé Ultra Vega. En parallèle, elle monte le spectacle Garçons, avec Cléa Vincent et Zaza Fournier. Un spectacle sur le genre autour de reprises du répertoire de Jacques Canetti. Des chansons d'homme écrites par des hommes sur les femmes, chantées par trois femmes. La tournée s'achève à l'été 2019.

En avril 2017, elle sort un troisième album, Santa Maria co-écrit avec Kim Giani[9]. Ce dernier traite en partie de son histoire personnelle, son adoption au Guatemala, et plus largement de sa quête d'identité[10],[11]. Une tournée suit cette publication[12] avec Kim Giani comme unique musicien[13].

En octobre 2018, elle reprend le premier rôle féminin du Molière de la meilleure comédie 2018, Le gros diamant du prince Ludwig[14]. Cette pièce à succès est toujours à l'affiche en 2020.

En janvier 2019, elle est sollicitée par Mark Plati, musicien de David Bowie, qui avait mixé son deuxième album, pour participer à la tournée internationale hommage à David Bowie. Elle sera la seule guest de la soirée du Transbordeur à Lyon[Quoi ?]. Elle retrouve Catherine Ringer à l'Olympia où elles sont les uniques invitées de ce show émouvant. [15]

Le 6 Novembre 2019 est publié chez Flammarion son premier livre en temps[Quoi ?]qu'auteure, " Le chant du bouc ".

Discographie[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Prix du conseil général et prix du public au festival Chorus des Hauts-de-Seine
  • 2009 : Prix du public et du jury au festival Alors Chante ! de Montauban
  • 2009 : FAIR 2009
  • 2010 : Prix Barbara décerné à une jeune auteur-compositrice-interprète

Nominations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Carmen Maria Vega : biographie officielle de Pierre-Yves Paris, préface de Fanny Cottençon - parution le 13 octobre (F2F Music Publishing)
  • 2019 : Le Chant du bouc : récit autobiographique

Filmographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Carmen-Maria Vega, enfant volée - L'intégrale », sur Europe 1 (consulté le 21 janvier 2020)
  2. Carmen Maria Vega la fille du feu, sur next.liberation.fr, consulté le 28 mai 2014
  3. a b et c « Carmen Maria Vega dévoile un lourd secret de famille dans son dernier album "Santa Maria" », sur Franceinfo, (consulté le 21 janvier 2020)
  4. a et b « Carmen Maria Vega : « Je suis fascinée par les bondieuseries » », sur L'Humanité, (consulté le 21 janvier 2020)
  5. Carmen Maria Vega biographie, sur www.universalmusic.fr, consulté le 28 mai 2014
  6. « Gerald Genty, Pierre Santini, Carmen Maria Vega, Monsieur Lune, Oldelaf & Monsieur D, Yves Jamait, Ben Ricour, Cécile Hercule – L'Incroyable Histoire De Gaston Et Lucie », Discogs (consulté le 24 février 2019)
  7. Carmen Maria Vega Fais moi mal de Boris Vian, sur francebleu.fr, consulté le 28 mai 2014
  8. Mistinguett reine des années folles : un spectacle qui va mélanger pop, jazz et électro, sur rtl.fr, consulté le 28 mai 2014
  9. Carmen Maria Vega dans Ultra Vega
  10. « Carmen Maria Vega : la résilience par le chant », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2017)
  11. « Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience », RFI Musique,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2017)
  12. « Carmen Maria Vega en quête de vérité dans son nouvel album "Santa Maria" », Culturebox,‎ (lire en ligne, consulté le 28 avril 2017)
  13. Carmen Maria Vega en concert à Lons : la douloureuse quête des origines, sur www.larepubliquedespyrenees.fr, par E.G., publié le 2 octobre 2017 à 11h36, modifié le 4 octobre 2017.
  14. « Le gros diamant du prince Ludwig »
  15. « Hommage à David Bowie »
  16. [vidéo] J'ai tout aimé de toi (clip officiel)
  17. Discographie Deezer Carmen Maria Vega, sur www.deezer.com, consulté le 28 Mars 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :