Carlton House Terrace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Carlton House.
Carlton House Terrace
Image illustrative de l'article Carlton House Terrace
Période ou style Néoclassique
Type Terrace
Architecte John Nash
Début construction 1827
Fin construction 1832
Coordonnées 51° 30′ 23″ N 0° 07′ 55″ O / 51.5064, -0.13184251° 30′ 23″ Nord 0° 07′ 55″ Ouest / 51.5064, -0.131842  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Région historique Angleterre
Localité Londres

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Carlton House Terrace

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Carlton House Terrace

Carlton House Terrace désigne à la fois un ensemble résidentiel du quartier de St. James's dans la Cité de Westminster à Londres et la rue qui le borde.

Localisation[modifier | modifier le code]

La façade sud des deux immeubles du Carlton House Terrace borde le côté nord-est de The Mall, la voie triomphale qui relie Buckingham Palace à l'Admiralty Arch, puis à Trafalgar Square.

La façade nord longe la rue éponyme de Carlton House Terrace, bordée également par Waterloo Gardens, ainsi que Waterloo Place dont le côté sud se trouve au niveau de l'espace situé entre les deux bâtiments.

Description[modifier | modifier le code]

no 4, Carlton Gardens.

Construite en 1827-1832, cette résidence prestigieuse se compose de deux monumentales terraces[1] en stuc blanc, longues de 140 mètres chacune, donnant sur The Mall, séparées par un escalier baptisé The Duke of York Steps (les « Marches du duc d'York ») en référence à la colonne du duc d'York au sommet de celui-ci.

La différence de niveau entre les façades nord et sud fait que le côté donnant sur The Mall compte un étage supplémentaire, soubassement surmonté d'une terrasse, ayant servi à l’origine à abriter les cuisines et les offices. Ce premier niveau est orné de modestes colonnes doriques, alors que l’étage supérieur s’enorgueillit d’une haute et majestueuse colonnade corinthienne.

Au fronton de chaque terrace figure la devise de l'ordre de la Jarretière, ordre de chevalerie britannique : Honi soit qui mal y pense[2]."

À l’extrémité ouest de la résidence se trouve Carlton Gardens, où le général de Gaulle installa le QG des Forces françaises libres en 1940[3]. Une plaque commémorative en témoigne au no 4. De l'autre côté de la place, on trouve une statue du général inaugurée par la Reine le 23 juin 1993[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

John Nash vers 1798

L’ensemble a été conçu par l’architecte John Nash à l'emplacement de Carlton House, l’ancien palais du prince-régent qui fut démoli après que son propriétaire eut accédé au trône sous le nom de George IV[5]. À l’origine, John Nash prévoyait la construction de six terraces, trois au nord du parc St-James’s et trois au sud. Seules deux furent édifiées, celles que nous pouvons voir aujourd’hui. Pour les réaliser, John Nash se serait inspiré des travaux de l’architecte français Ange-Jacques Gabriel, place de la Concorde à Paris.

C'est au 3, Carlton Gardens, que le général de Gaulle a établi son quartier général pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

Résidents[modifier | modifier le code]

Carlton House Terrace eut de nombreux résidents connus, dont plusieurs Premiers ministres anglais (tel Lord Palmerston au no 3, de 1851 à 1858). En 1840 et 1841, le prince Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, résida au no 1 de Carlton Gardens[7].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des historiens de l'architecture, Carlton House Terrace est généralement considéré comme la plus aboutie des réalisations de John Nash.

Carlton House Terrace aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Carlton House Terrace abrite aujourd’hui essentiellement des bureaux d’affaires ou les sièges de diverses institutions, telles la Royal Society ou l’Institute of Contemporary Arts. Néanmoins, selon un article du Times paru le 22 avril 2013[8], une maison y a récemment été mise en vente au prix record de 250 millions de £ (290 millions d’€), ce qui en ferait la maison la plus chère jamais vendue en Grande-Bretagne.

Galerie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le mot terrace désigne une rangée de maisons mitoyennes alignées et accolées les unes aux autres, de même hauteur et de style uniforme, de façon à constituer un ensemble harmonieux.
  2. L’orthographe est d’époque.
  3. La Croix, 17 juin 2010
  4. La date figure sur le socle de la statue.
  5. Guide to the Architecture of London, Edward Jones et Christopher Woodward, 2013.
  6. Les Français libres en Grande Bretagne
  7. British History Online.
  8. The Times