Carlo Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carlo Lambert
Carlo LAMBERT, 1931.jpg
Le sculpteur namurois Carlo Lambert, tombé au champ d'honneur le 10 mai 1940.
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activité

Carlo Lambert, né vers 1907 et mort au champ d'honneur le , est un sculpteur-statuaire belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il meurt le 10 mai 1940, premier jour de l'invasion allemande, en défendant sa patrie le long du canal Albert, et fut un des premiers — si pas le premier — soldat belge tué lors de l'offensive allemande[1].

D'après sa carte de visite, il habitait la ville de Namur, rue Haute Marcelle, 45.

Il était le mari d'Éva Fontaine, morte en 1955, qui deviendra une grande Résistante, agent de liaison à Bruxelles d'Eugen Fried dit Clément, puis membre des partisans armés[2].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il avait exposé avec le cercle "Le Progrès" en 1928, 1929 et 1932.

En 1929, il participe au Salon de Paris où il présente une sculpture intitulée "Le Lierre" illustrant une métamorphose d'Ovide et représentant le corps d'un homme musculeux et fusionnant lentement avec le lierre qu'il est en train de devenir.


Bien introduit dans les cénacles littéraires et intellectuels, il fréquentait le poète Jean Groffier.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Groupe à Namur (1930) : de gauche à droite : le poète Jean Groffier, un inconnu, l'architecte Léon van Dievoet et le sculpteur Carlo Lambert regardant le ciel.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alain Guérin, La Résistance: Chronique illustrée 1930-1950, Paris : Livre club Diderot, 1973, vol. III, p. 205 : « Dans cette maison, ajoute-t-elle, il y avait des peintures de James Ensor et Constantin Meunier, une belle statue faite par Carlo Lambert, le mari d'Eva, un sculpteur qui était mort, en mai 1940, sur le front » ; ainsi que : Alain Guérin, Chronique de la Résistance, préface de Marie-Madeleine Fourcade et de Henri Rol-Tanguy, 2010, p. 616 : « ...une belle statue faite par Carlo Lambert, le mari d'Eva, un sculpteur qui était mort, en mai 1940, sur le front ».
  2. Alain Guérin, Chronique de la Résistance, préface de Marie-Madeleine Fourcade et de Henri Rol-Tanguy, 2010, pp. 616-618 : «Comme Marinette Laurent, déjà citée, Eva Fontaine était une agent de liaison de Clément [N.B. = pseudonyme d'Eugen Fried.]. Elle est décédée en 1955. Mais sa soeur, Augusta, vivait toujours dans les années soixante-dix. Selon elle, ce sont deux appartements qu'Eva avait loués rue Ten-Bosch [N.B. au 129]. Elle s'était elle-même installée dans l'appartement du rez-de-chaussée tandis qu'au premier étage habitaient Clément, sa compagne Aurore, le fils d'Aurore, Maurice Thorez junior qu'on appelait Jacques, et la fille de Clément et de la future ministre roumaine Anna Pauker, la petite Marie, qu'on appelait alors Rosette. "Dans cette maison, ajoute-t-elle, il y avait des peintures de James Ensor et Constantin Meunier, une belle statue faite par Carlo Lambert, le mari d'Eva, un sculpteur qui était mort, en mai 1940, sur le front. Cette statue a été retrouvée après la guerre. Il y avait aussi d'autres peintures qui n'ont pas été retrouvées... Le jour qui nous intéresse, Clément était seul à la maison. Aurore et les deux enfants s'étaient absentés. Eva était partie depuis le matin en mission dans la région de Namur et elle m'avait même dit que, si elle en avait le temps, elle irait dire bonjour à notre mère, à Namur. Moi, toujours ce jour-là, j'ai dû me rendre chez le teinturier qui se trouvait en face de la maison. Une teinturerie qui, aujourd'hui, n'existe plus. Aussitôt qu'il m'a vue, le teinturier m'a dit : "Oh, madame, tout à l'heure, il s'est passé une chose affreuse en face. On a tiré... Votre sœur doit être tuée !" Moi, je savais qu'Eva était partie, mais j'ai couru prendre le premier train pour Namur afin de prévenir ma sœur de ne pas rentrer rue Tenbosch. ".(.....) La maison était cernée de tous côtés. A partir de là, Eva et sa sœur ont supposé que Clément, se voyant coincé, a tiré pour ne pas se faire prendre. Les Allemands ont riposté au fusil-mitrailleur. C'est ainsi que Clément a été tué, selon elles, mais après avoir abattu deux Allemands. La statue sauvée de Carlo Lambert portait d'ailleurs, quand on la retrouva, plusieurs traces de balles. .(.....) Après la catastrophe, Eva Fontaine .(....) a continué de combattre dans la Résistance belge en entrant dans les partisans armés».

Voir aussi[modifier | modifier le code]