Carline acaule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Carlina acaulis)

Carlina acaulis

La Carline acaule (Carlina acaulis) est une plante de la famille des Astéracées (ou Composées) du genre Carlina. Le qualificatif « acaule » signifie que le capitule ne possède pas de tige apparente, reposant directement sur la rosette des feuilles.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Carline acaule[1], Caméléon blanc[1], cardabelle[réf. souhaitée], gardabelle[réf. souhaitée].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Carlina acaulis L. subsp. acaulis des pelouses basophiles médioeuropéennes occidentales, mésohydriques
  • Carlina acaulis L. subsp. caulescens (Lam.) Schübler & G.Martenss des pelouses basophiles subalpines, alpiennes.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante vivace d'aspect coriace et luisant, aux capitules argentés. Comme chez la Carline à feuilles d'acanthe, le capitule se referme lorsque le temps est humide ou pluvieux. Ce phénomène est censé servir de baromètre pour prévoir le temps à court terme. En France la carline acaule pousse surtout dans les régions de collines et montagnes jusqu'à 1 500 m environ[réf. nécessaire] sur sol souvent calcaire. Feuilles en rosette basale, pennatilobées, à segments étroits et épineux. Bractées extérieures de l'involucre semblables aux feuilles. Bractées moyennes brunes à noirâtres à limbe étroit, à longues épines souvent divisées. Bractées intérieures rayonnantes fines et terminées en pointe, de couleur argentée, entourant un disque de fleurons tubulés de couleur généralement crème à grisâtre.

La sous-espèce caulescens possède une petite tige.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Akène
  • Organes reproducteurs :
  • Graine :
  • Habitat et répartition :
    • Habitat type :
    • Aire de répartition : européen.

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, elle se conservait longtemps, séchée, pour orner les façades et portes des maisons de montagne.

Usage alimentaire[modifier | modifier le code]

Jeune, cette plante peut se manger à la façon des artichauts.

Selon une étude ethnobotanique de Françoise et Grégoire Nicollier (1984) sur les usages des plantes dans la vie quotidienne à Bagnes au début du XXe siècle, les fleurs de ce chardon, après avoir été mises dans de l'eau bouillante, était une nourriture donnée aux porcs [2].
Une autre recette citée par les anciens de la commune consistait à y associer des orties et de la «recuite» (la recuite et le nom du sérum résultant de la fabrication du fromage local, le sérac)[2].

Protection[modifier | modifier le code]

En France, cette espèce bénéficie de protections, notamment en Alsace et en Bourgogne[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian Meyer, « Carline acaule », sur le Dictionnaire des Sciences Animales (en ligne), Montpellier, CIRAD.
  2. a et b Françoise Nicollier et Grégoire Nicollier, « Les plantes dans la vie quotidienne à Bagnes : noms patois et utilisations domestiques », Bulletin de la Murithienne, no 102,‎ , p. 129-158 (ISSN 0374-6402, OCLC 716291575, lire en ligne).
  3. Statut[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]