Carl Spitzweg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carl Spitzweg
Carl Spitzweg - Selbstbildnis (ca. 1842).jpg
Carl Spitzweg, Autoportrait (vers 1842),
Schweinfurt, musée Georg-Schäfer (de).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Œuvres principales
signature de Carl Spitzweg
Signature
Carl Spitzweg Grab-1.jpg
Vue de la sépulture.

Carl Spitzweg est un peintre et poète allemand né le à Unterpfaffenhofen, quartier de Germering près de Munich (Bavière) et mort le à Munich.

Il est considéré comme l'un des représentants majeurs de la peinture romantique de la période Biedermeier.

Biographie[modifier | modifier le code]

La mère de Carl Spitzweg, Franziska Spitzweg (née Schmutzer), est la fille d'un riche commerçant de fruits de la région de Munich. Son père, Simon Spitzweg, est originaire du village d'Unterpfaffenhoffen, près de la ville de Fürstenfeldbruck, en Haute-Bavière. Carl Spitzweg a deux frères : l'aîné Simon, qui reprendra l'entreprise paternelle, le benjamin Édouard, futur médecin. Carl est destiné à devenir pharmacien.

Il perd sa mère en 1819. Son père se remarie la même année avec la sœur de son épouse défunte, Maria Kreszenz. Carl Spitzweg termine ses études secondaires en 1825, après avoir reçu de nombreux prix.

Il suit des études de pharmacie, de botanique et de chimie à l'université de Munich et s'installe comme pharmacien en 1832. Peignant tout d'abord par passion pendant son temps libre, il décide d'en faire son activité principale à partir de 1833. Ses tableaux s'inspirent de la vie de la petite bourgeoisie, mais il peint également des paysages. Il se lie d'amitié en 1847 au peintre Moritz von Schwind qu'il admire, puis à Carl Happel avec qui il voyage en France.

Il collabore entre 1843 à 1853 au journal Fliegende Blätter en tant qu'humoriste et caricaturiste.

Carl Spitzweg parle plusieurs langues et voyage beaucoup, le plus souvent à pied. Il visite Paris, Londres, Prague, l'Italie et la Belgique. En 1865, pour raison de santé, il cesse ses voyages et reste à Munich. Il meurt le des suites d'une attaque cérébrale, il est inhumé dans l'ancien cimetière du Sud de Munich.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Carl Spitzweg a peint ou dessiné plus de 1 500 tableaux[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. pz-news.de.
  2. Günther Roennefahrt, Carl Spitzweg. Descriptif répertoire de ses peintures, les études à l'huile et à l'aquarelle, Munich, F. Bruckmann KG, 1960.
  3. (de) « L'Anglais, Berlin », sur Gemäldegalerie, Berlin (consulté le ).
  4. Analyse de l'œuvre Le Pauvre Poète de Carl Spitzweg sur scribouillart.wordpress.com.
  5. Histoire de la Peinture De la Renaissance à nos jours, Gründ, , 128 p. (ISBN 2-7000-2151-7), p. 59
  6. (de) « Gnom, Eisenbahn betrachtend (Gnomen), 1848. », notice sur kettererkunst.de.
  7. (de) « La Sérénade, Sotheby's 1989 », sur Kunst fuer alle (consulté le )
  8. François Daulte, La Collection Bentinck-Thyssen aux Musées de l’Etat du Grand-Duché de Luxembourg, Lausanne, Bibliothèque des Arts, , 158 p., p. 103.
  9. Achat en 1988, seul tableau de l'artiste conservé dans les collections publiques françaises.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Und abends tu ich dichten. Gedichte und Zeichnungen von Carl Spitzweg, dtv, 1997.
  • (de) Christa Habrich et Siegfried Wichmann, Carl Spitzweg : der Maler und Aptheker, Belser, 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Karl Kronberger, peintre autrichien, surnommé « le Spitzweg autrichien ».

Liens externes[modifier | modifier le code]