Carl Pfeiffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Pfeiffer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
PrincetonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Carl Curt PfeifferVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pfeiffer.

Carl Curt Pfeiffer (19 mars 1908 - 18 novembre 1988) est un médecin et un biochimiste américain qui a étudié la schizophrénie, les allergies et d'autres maladies. Il a été président du département de pharmacologie à l'université Emory et se considérait comme un fondateur de ce que le double prix Nobel, Linus Pauling, a appelé la psychiatrie orthomoléculaire (en)[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pfeiffer était originaire de Peoria dans l'Illinois et a obtenu son baccalauréat et son doctorat en pharmacologie de l'université du Wisconsin à Madison et son diplôme en médecine de l'université de Chicago[2]. Il a écrit plusieurs livres sur la nutrition, les métaux traces et les déséquilibres biochimiques[3].

En 1977, il a été révélé que Pfeiffer était l'un des chercheurs impliqués dans des expériences de comportement pour la Central Intelligence Agency[2]. Entre 1955 et 1964, dans le cadre du projet intitulé MK-SEARCH[4],[5], il a administré le LSD aux détenus du pénitencier d'Atlanta et dans l'établissement correctionnel pour jeunes (en) du New Jersey[2],[6]. Ces tests ont été donnés avec un consentement éclairé et se concentraient sur le contrôle de l'esprit[6].

Pfeiffer s'est intéressé au métabolisme des oligo-éléments et des minéraux dans la schizophrénie et à ce qui est maintenant connu sous le nom de trouble bipolaire[7] et il a étudié les utilisations thérapeutiques des acides aminés dans diverses maladies[8]. Pfeiffer et ses collègues ont rapporté qu'environ un tiers de tous les patients examinés présentaient des taux de basophiles très élevés, des taux d'histamine sanguins très élevés et des anomalies dans les taux de métaux traces[9],[10]. Pfeiffer a collaboré avec Abram Hoffer (en)[11]. Pfeiffer a fondé le Princeton Brain-Bio Center, un centre de traitement ambulatoire spécialisé en psychiatrie orthomoléculaire et en médecine. Pfeiffer a également aidé à superviser, un établissement de traitement résidentiel à Skillman, NJ connu comme La maison de la Terre qui a été fondée par un des patients schizophrènes récupérés de Pfeiffer - Rosalind La Roche qui s'est consacrée à soutenir le Dr Pfeiffer et la médecine nutritionnelle / orthomoléculaire[1].

Pfeiffer a fait valoir que « pour chaque médicament qui profite à un patient, il existe une substance naturelle qui peut atteindre le même effet »[12]. Pfeiffer a cru que les déséquilibres biochimiques étaient responsables de beaucoup de déséquilibres psychologiques. Après avoir étudié plus de 20 000 patients schizophrènes, il a divisé la schizophrénie en trois groupes biochimiques : Histapenia, Histadelia et Pyroluric 2,3[12],[13].

De tous les troubles qu'il étudiait, Pfeiffer était concentré sur la schizophrénie. Il a employé les termes : le diagnostic de corbeille, la maladie mentale, la possession de démon et la folie[3]. Il a estimé que le mot schizophrénie était un diagnostic inadéquat et trompeur. Il a estimé que les idées reçues de cause inconnue étaient une définition plus appropriée[14]. Dans son livre Vingt-neuf causes médicales de la schizophrénie, il donne une liste complète des causes médicales de la schizophrénie, réparties en trois catégories : bien connues, moins connues et presque inconnues[14].

Pfeiffer a suggéré que la plupart des personnes déprimées étaient nées avec une prédisposition à la dépression, mais que le traitement biochimique aiderait à surmonter la dépression[13].

Pfeiffer a mené une étude durant douze années qui lui a permis de classer les troubles du comportement en quatre catégories basées sur les modèles de métaux traces[13] :

  • Type A : rapport cuivre / zinc élevé, sensibilité réduite au sodium, au potassium et au plomb. Ces individus présentent des épisodes de combat, un comportement oppositionnel et des sautes d'humeur ;
  • Type B : cuivre pileux déprimé, pylorisme, histamine élevée et métaux toxiques élevés. Ils présentent un comportement agressif, l'absence de remords, le mensonge pathologique, la fascination du feu et la cruauté envers les animaux[13] ;
  • Type C : mal absorbants, ont tendance à être minces, généralement impulsifs et oppositionnels[13] ;
  • Type D : niveaux réduits de manganèse et de chrome. Ils présentent un comportement délinquant non-violent[13].

Carl Pfeiffer est décédé d'une crise cardiaque à l'âge de 80 ans au Princeton Brain Bio Center.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Pfeiffer C (1988). Nutrition and Mental Illness : An Orthomolecular Approach to Balancing Body Chemistry. Healing Arts Press. ISBN 0-89281-226-5.
  • Pfeiffer C (January 1976). Mental and Elemental Nutrients: A Physician's Guide to Nutrition and Health Care. Keats Pub. ISBN 0-87983-114-6.
  • Pfeiffer, Carl C. Ph.D., M.D. and Scott LaMola, B.S. Zinc and Manganese in the SchizophreniasFirst published in Journal of Orthomolecular Psychiatry, Vol. 12, No. 3, 1983.
  • Pfeiffer CC, Braverman ER. Zinc, the brain and behavior, Biol Psychiatry. 1982 Apr;17(4):513-32.
  • Braverman ER, Pfeiffer CC, Blum K, SmaydaR. The Healing Nutrients Within: Facts, Findings, and New Research on Amino Acids, Basic Health Publications, 2003.
  • Pfeiffer CC et al. Blood histamine levels, basophil counts, and trace metals in the schizophrenias. Psychopharmacol Bull. 1971 Jul;7(3):37.
  • Pfeiffer CC. Extreme basophil counts and blood histamine levels in schizophrenic outpatients as compared to normals. Res Commun Chem Pathol Pharmacol. 1972 Jul;4(1):51-

Hommages[modifier | modifier le code]

The Earth House - Dr. Pfeiffer's Princeton Brain Biocenter renamed the Carl C. Pfeiffer Institute after his passing, has been retired.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Carl Pfeiffer (pharmacologist) » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) Pfeiffer CC. Nutrition and Mental Illness: An Orthomolecular Approach to Balancing Body Chemistry. Healing Arts Press., 1988.
  2. a b et c (en) Nécrologie : Carl C. Pfeiffer, Pharmacologist, Dies at 80, publié sur le site du New York Times (consulté le 4 avril 2012).
  3. a et b (en) [PDF] Memories of Carl C. Pfeiffer, Ph.D., M.D. Physician, Scientist, Teacher and Philanthropist, publié par Rabbi Braverman, M.D. (consulté le 4 avril 2012).
  4. (en) Whitey: The Life of America's Most Notorious Mob Boss, publié le 22 février 2013 par Diogenes, sur le site Enough Room Video (consulté le 31 juillet 2018).
  5. (en) Mkultra, publié le 20 mars 2012 par Suzanne Treister, sur le site Institute of Militronics and Advanced Time Interventionality (consulté le 31 juillet 2018).
  6. a et b (en) Schizophrenia: Natural Treatment Without Drugs, publié sur le site Encognitive.com (consulté le 4 avril 2012).
  7. (en) Pfeiffer CC, Braverman ER. Zinc, the brain and behavior, Biol Psychiatry. 1982 Apr;17(4):513-32.
  8. (en) Braverman ER, Pfeiffer CC, Blum K, Smayda R. The Healing Nutrients Within: Facts, Findings, and New Research on Amino Acids, Basic Health Publications, 2003.
  9. (en) Pfeiffer CC et al. Blood histamine levels, basophil counts, and trace metals in the schizophrenias, Psychopharmacol Bull. 1971 Jul;7(3):37.
  10. (en) Pfeiffer CC. Extreme basophil counts and blood histamine levels in schizophrenic outpatients as compared to normals, Res Commun Chem Pathol Pharmacol. 1972 Jul;4(1):51-9.
  11. (en) Hoffer A, A Brief History of the Discovery of Kryptopyrrolle: A Diagnostic Test for a Subgroup of the Schizophrenias, Journal of Orthomolecular Medicine Vol. 16, 1st Quarter 2001, lien d'archive du 1er juin 2016 (consulté le 27 septembre 2007).
  12. a et b Histoire de la médecine orthomoléculaire : (en) « Carl C. Pfeiffer »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur http://www.orthomolecular.org, , publié en 2004 (consulté le 4 avril 2012).
  13. a b c d e et f (en) Biochemical Treatment: Medicines for the Next Century, publié par William Walsh sur le site de NOHA NEWS par American Association of Nutritional Consultants (en) (consulté le 4 avril 2012).
  14. a et b (en) [PDF] International Guide to the World of Alternative Mental Health : Twenty-Nine Medical Causes of Schizonphrenia, publié par Carl Pfeiffer sur le site Safe Harbor, lien d'archive du 21 avril 2014 (consulté le 4 avril 2012).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]