Carl Moser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Moser
Carl Moser Pfau mit vier Kirschen.jpg
Paon, gravure sur bois
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Bolzano
Nationalité
autrichienne
Activité
Formation
Maître
Gabriel von Hackl, Louis Herterich, Karl Raupp
Influencé par

Carl Moser, né le  à Bolzano et mort le  dans la même ville, est un peintre et graveur autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl Moser fait partie d'une famille de tanneurs installée à Bolzano depuis le XVIIIe siècle, qui compte plusieurs artistes autodidactes, comme son grand-père Karl Sigmund Moser (1790-1865), créateur de crèches et qui dessine un jardin public à Bolzano[1] ; son père Karl Vinzenz Moser (de) (1818-1882)[2] est un peintre paysagiste qui a laissé plus de 200 tableaux ou aquarelles et de nombreux dessins[3] ; son frère Josef sera également peintre.

Carl Moser suit d'abord une formation commerciale à Dresde en 1891-1893 afin de reprendre l'affaire familiale ; mais à l'instigation du peintre Franz Defregger, lié à son père, et qui a reconnu son talent, il se forme de 1896 à 1901 à l'Académie des beaux-arts de Munich où il suit les cours de Gabriel von Hackl, Louis Herterich et Karl Raupp[4] ; à l'issue de cette formation, il voyage en Allemagne, en Corse, en Italie et en France ; il suit les cours de l'Académie Julian à Paris de 1906 à 1907.

Il découvre à Paris le japonisme en peinture et dans la gravure. Il passe ses étés en Bretagne, en particulier à Douarnenez et Concarneau ; en 1902, il fait la connaissance à Concarneau du peintre Max Kurzweil qui l'incite à se confronter à la gravure sur bois en couleur[5],[6] ; à Douarnenez, il se lie avec le graveur Henri Rivière. Il est également en contact avec le groupe des artistes qui se retrouvent au Café du Dôme à Paris, en particulier avec Jules Pascin et Albert Weisgerber[4]. Carl Moser opère pour la technique de la gravure sur bois en couleur une synthèse remarquable entre l'art japonais et l'art européen.

De retour à Bolzano à partir de 1907, il expose ses gravures en Allemagne et en Autriche : dans une des galeries les plus importantes de Vienne, la Galerie Miethke ; à l'exposition internationale d'art graphique à Leipzig en 1914. De 1910 à 1915, le musée de l'Albertina achète pour son cabinet d'art graphique un grand nombre de ses gravures sur bois.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale et la séparation après la guerre du Tyrol du Sud, devenu province autonome de Bolzano, d'avec l'Autriche et son rattachement à l'Italie, vont limiter les activités artistiques de Moser à l'Italie (en 1919, il a reçu la nationalité italienne) : il expose ses gravures lors de la plupart des Biennales de Venise et dans diverses galeries à Turin, à Rome et à Milan.

Carl Moser meurt à la fin des années trente, dans la pauvreté et oublié. Son oeuvre graphique est redécouverte dans les années soixante-dix, avec notamment l'exposition d'Innsbruck en 1978 [4].

Œuvre graphique[modifier | modifier le code]

L'œuvre graphique de Carl Moser s'organise selon trois thèmes principaux [7] :

  • La Bretagne, ses paysages, ses habitants dans leurs activités quotidiennes et leurs costumes traditionnels ; la représentation des hommes et des femmes tend vers l'anonymat.
  • le Tyrol du Sud et ses habitants ; l'accent est également mis sur les costumes et les métiers traditionnels, mais l'individu est davantage mis au premier plan et Moser se rapproche du portrait.
  • les oiseaux : paon, flamant rose ou grue. Moser joue avec les contraintes formelles de la gravure sur bois japonaise. Il atteint le meilleur de son art avec la série de ses versions du paon.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions[modifier | modifier le code]

Carl Moser, Paysanne tyrolienne, 1907

Expositions rétrospectives : 

  • 1967 : Riva (Museo Civico).
  • 1978 : Innsbruck (Galerie im Taxispalais).
  • 1995-1996 : Musée de Pont-Aven.
  • 2010 : "Die Moser - I Moser : una famiglia di artisti bolzanini 1790-1956", Bolzano, Museo Civico [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Giancarlo Ansaloni, « I Moser : l'arte di padre in figlio », Alto Adige,‎ (lire en ligne).
  2. Dit aussi « Carl (ou : Karl) Moser der Ältere », en opposition à son fils « Carl Moser der Jüngere » (le Jeune).
  3. E. Egg 1975.
  4. a b et c Wilfried Kirschl 1997.
  5. Estelle Guille des Buttes et Patricia Plaud-Dilhuit, Bretagne Japon 2012, un archipel d'expositions, Quimper, Palantines, , 159 p. (ISBN 2356780629).
  6. « Concarneau et ses Peintres - Peintres étrangers - Moser Carl », sur concarneau-peintres.fr.
  7. Wilfried Kirschl 1989.
  8. (it) Vittorio Pica, Carlo Moser, Milan, Galleria Pesaro, coll. « L´Odierna Arte del Bianco e Nero », , 31 p..

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Eugen Fussenegger, Holzschneider Carl Moser : Gestaltung, Farbe und Form, Bolzano, Vogelweider, , 69 p..
  • (de) E. Egg, "Moser Karl der Jüngere", Österreichisches Biographisches Lexikon 1815–1950, Vienne, 1975, vol. 6, p. 388.
  • « Moser (Karl) le jeune », Bénézit, 1976. 
  • (de) Wilfried Kirschl, Carl Moser, das graphische Werk : Ausstellung, Galerie im Taxispalais, Innsbruck, 18. Juli-30. September 1978, , 60 p..
  • (de) Wilfried Kirschl, Carl Moser, Innsbruck, Haymon Verlag, 1989, (ISBN 3-85218-051-1) (catalogue raisonné).
  • Carl Moser 1873-1939 : exposition, Musée de Pont-Aven, 30 septembre 1995-3 janvier 1996, , 64 p. (ISBN 2-910128-06-7).
  • Wilfried Kirschl, « Carl Moser, 1873-1939 », Nouvelles de l'estampe,‎ , p. 142-143.
  • Carl Moser 1873-1939, Brest, Le Télégramme, coll. « Petite encyclopédie des peintres de Bretagne », , 31 p. (ISBN 2-909292-53-3).
  • (de) Wilfried Kirschl, « Moser, Carl », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 18, Berlin, Duncker & Humblot, (lire en ligne), p. 197-198.
  • (de) Carl Kraus, "Zwischen den Zeiten" : Malerei und Graphik in Tirol 1918-1945, 1999, p. 52-54 et 279, (ISBN 88-7073-274-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :