Carl Joseph Anton Mittermaier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Joseph Anton Mittermaier
Karl Joseph Anton Mittermaier.jpg
Carl Joseph Anton Mittermaier, Portrait de Franz Hanfstaengl aux alentours de 1860.
Fonctions
Membre de la Seconde Chambre de la Diète du grand-duché de Bade (d)
Membre du Parlement de Francfort
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Bergfriedhof (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Formation
Activités
Enfant
Franz Mittermaier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Wolfgang Mittermaier (d) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
C mittermaier grab.JPG
Vue de la sépulture.

Carl Joseph Anton Mittermaier (né le à Munich et mort le à Heidelberg) est un juriste, professeur, éditeur et homme politique allemand. Il est spécialisé dans le droit pénal.

Famille[modifier | modifier le code]

Carl Joseph Anton Mittermaier est le fils du pharmacien Joseph Georg Jakob Mittermaier (1750–1797). Sa mère est la sœur du marin Heinrich Zimmermann, qui fait partie de l'équipage de James Cook. Carl Joseph Anton épouse Margarethe, née von Walther en 1796. Ensemble, ils ont six enfants. Parmi sa descendance, on compte le psychiatre Richard von Krafft-Ebing qui est son petit-fils.

Biographie[modifier | modifier le code]

Karl Joseph Anton Mittermeier, en haut à gauche, un des "onze libéraux"
Tombe familiale au cimetière de la montagne d'Heidelberg

Mittermaier étudie le droit à l'université de Landshut. Il y fonde une société étudiante affiliée au Corps Bavaria. Il effectue ensuite une thèse à l'université d'Heidelberg.

Ses études finies, il commence à travailler dans l'enseignement du droit, tout d'abord en tant que Privat-docent puis comme professeur titulaire à partir de 1811 à Landshut et au conseil royal bavarois. En 1819, il devient professeur à l'université de Bonn, puis en 1821 à Heidelberg. Il effectue plusieurs voyages d'étude. Il est également l'éditeur de plusieurs écrits politiques et juridiques dont le Rotteck-Welckerschen Staatslexikons. Il est également un des fondateurs du Deutsche Zeitung avec Karl Mathy et Friedrich Daniel Bassermann.

Il est une figure de proue du libéralisme modérée dans le sud-ouest allemand. À partir de 1829, il est membre de la commission constitutionnelle badoise. Il siège également de 1831 à 1840 puis de 1846 à 1849 dans la chambre basse du parlement badois. Il en est même président de 1833 à 1840[1]. Il participe à la fête de Weinheim en 1832 et à l'assemblée d'Heidelberg en 1848.

Durant la révolution de mars, il est président du pré-parlement à Francfort-sur-le-Main, puis est élu par la circonscription de Baden-Baden au parlement de Francfort où il occupe son mandat du jusqu'au . Il est membre du groupe parlementaire Württemberger Hof puis du Augsburger Hof. Il fait partie de la délégation envoyée à Berlin pour proposer la couronne impériale allemande au roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il reçoit de nombreux titres de docteur honoris causa à l'étranger. Il est membre de plusieurs sociétés scientifique en Europe et de l'American Academy of Arts and Sciences aux États-Unis à partir de 1853. Le , il reçoit l'ordre prussien Pour le Mérite des sciences et arts[3]. La ville d'Heidelberg le fait citoyen d'honneur dès 1836.

La maison qu'il achète en 1822, au Karlstraße 8 Heidelberg, est depuis dénommée Palais Mittermaier. La maison des parents de Richard von Krafft-Ebing, est un des plus anciens bâtiments baroques de la ville.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Für Freiheit und Demokratie. Badische Parlamentsgeschichte 1818–1933. Eine Chronik zur demokratischen Bewegung seit 1818 mit Biographien, historischen Film- und Tonaufnahmen, Wahlergebnissen, Bilddokumenten und einer umfassenden Bibliographie, Karlsruhe, Stadtarchiv Karlsruhe, (ISBN 3-9805956-0-9)
  2. (de) Heinrich Best et Wilhelm Weege, Biographisches Handbuch der Abgeordneten der Frankfurter Nationalversammlung 1848/49, Düsseldorf, Droste, (ISBN 3-7700-0919-3), p. 240
  3. (de) Der Orden Pour le Mérite. Für Wissenschaften und Künste. Die Mitglieder des Ordens Band I (1842–1881)., Berlin, Gebr. Mann, , p. 240

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • (de) Erich J. Hahn (dir.), Briefwechsel Karl Josef Anton Mittermaier – Rudolf von Gneist., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03076-1)
  • (de) Lieselotte Jelowik (dir.), Briefwechsel Karl Josef Anton Mittermaier – Hermann Fitting, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03078-8)
  • (de) Lieselotte Jelowik (dir.), Briefe deutscher und Schweizer Germanisten an Karl Josef Anton Mittermaier., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03152-0)
  • (de) Dorothee Mußgnug (dir.), Briefe von Mitgliedern der badischen Gesetzgebungskommissionen an Karl Josef Anton Mittermaier., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03204-7)
  • (de) Lieselotte Jelowik (dir.), Briefe deutscher Strafrechtler an Karl Josef Anton Mittermaier 1832–1866., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03416-3)
  • (de) Dorothee Mußgnug (dir.), Briefwechsel Karl Josef Anton Mittermaier – Robert von Mohl., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03402-3)
  • (de) Dorothee Mußgnug (dir.), Briefe Theodor Goltdammers an Karl Josef Anton Mittermaier., Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 978-3-465-04046-0)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Heinrich Marquardsen, « Mittermaier, Karl Josef Anton », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 22, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 25-33
  • (de) K. Mittermaier et L. Mittermaier, Bilder aus dem Leben von K. J. A. Mittermaier. Zur fünfhundertjährigen Jubelfeier der Universität Heidelberg, Heidelberg, G. Weiß,
  • (de) Ina Ebert, Andreas Fijal,  Mittermaier, Karl Joseph Anton, dans : Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 17, Duncker & Humblot, Berlin 1994, p. 584–585 (original numérisé).
  • (de) Karl Viernstein, Karl Joseph Anton Mittermaier als Student und Lehrer an der Universität Landshut, Munich,
  • (de) Regina Harzer et Michael Stolleis (dir.), Juristen. Ein biographisches Lexikon. Von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Munich, Beck, (ISBN 3-406-39330-6), « Mittermaier, Carl Joseph Anton », p. 428
  • (de) Jan Schröder, Deutsche und Europäische Juristen aus neun Jahrhunderten, Heidelberg, C. F. Müller, (ISBN 3-8252-0578-9), « Karl Joseph Anton Mittermaier », p. 273
  • (de) Luigi Nuzzo, Bibliographie der Werke Karl Josef Anton Mittermaiers, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03351-5)
  • (de) Lars Hendrik Riemer, Das Netzwerk der „Gefängnisfreunde“ (1830–1872). Karl Josef Anton Mittermaiers Briefwechsel mit europäischen Stravollzugsexperten, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, coll. « Studien zur europäischen Rechtsgeschichte », (ISBN 3-465-03405-8)
  • (de) Dagmar Drüll et Rektorat der Ruprecht-Karls-Universität-Heidelberg (dir.), Heidelberger Gelehrtenlexikon 1803-1932, Berlin, Springer, (ISBN 978-3-642-70761-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]