Carl Jacob Burckhardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Jacob Burckhardt
Carl Burckhardt.jpg
Fonction
Président
Comité international de la Croix-Rouge
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
VinzelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Burckhardt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Carl Christoph Burckhardt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Gonzague de Reynold (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Médaille Goethe de la ville de Francfort ()
Honorary citizen of Lübeck (d) ()
Prix de la paix des libraires allemands ()
Willibald-Pirckheimer-Medaille (en) ()
Décoration autrichienne pour la science et l'art (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Carl Jacob Burckhardt (, Bâle - , Vinzel) est un diplomate, historien et écrivain suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Carl Christoph Burckhardt et gendre du comte Gonzague de Reynold, il suit des études d'histoire à Bâle, Zurich, Munich et Göttingen, études marquées par l'influence d'Ernst Gagliardi et de Heinrich Wölfflin et qui se concluront par l'obtention de son doctorat en 1922 à Zurich.

Rentré dans la diplomatie, Carl Burckhardt est attaché à la légation suisse de Vienne de 1918 à 1922.

Encouragé par son ami à se consacrer à la littérature, il choisit d'accepter une mission du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en Asie mineure, en 1923, durant laquelle il prend part à organiser le retour des Grecs expulsés suite à leur défaite face a Atatürk.

Redirigé vers une carrière universitaire, il devient professeur d'histoire moderne à l'université de Zurich à la fin des années 1920, puis à l'Institut universitaire de hautes études internationales (IUHEI), nouvellement créé.

En 1937, il devient haut-commissaire de la Société des Nations (SdN) dans la ville libre de Dantzig.

Une délégation de la Croix-Rouge internationale, emmenée par le professeur Carl Jacob Burckhardt, rend visite aux prisonniers du Stalag II-B, 9 août 1941.

Il retourne au sein du Comité international de la Croix-Rouge durant la Guerre. Durant cette période, il y assure des fonctions dirigeantes et réalise plusieurs missions en Allemagne. En 1945, il en devient le président.

De 1945 à 1949, il est ministre de Suisse à Paris.

Il reçoit le Prix de la paix des libraires allemands en 1954 et le Prix Johann Peter Hebel en 1959.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Der Berner Schultheiss Charles Neuhaus (1925)
  • Gestalten und Mächte (1941)
  • Reden und Aufzeichnungen (1952)
  • Ma mission à Dantzig (1961)
  • Richelieu (1970-1975)
  • Gesammelte Werke (6 volumes, 1971)
  • Memorabilien (1974)
  • Briefe: 1908-1974 (1986)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Roland Ruffieux, « Burckhardt, Carl Jacob » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • J.C. Favez, Une mission impossible? Le C.I.C.R. les déportations et les camps de concentration nazis, 1988
  • P. Stauffer, Carl J. Burckhardt: Zwischen Hofmannsthal und Hitler, 1991
  • P. Stauffer, « Grandseigneuraler "Anti-Intellektueller" », in Intellektuelle von rechts, 1995
  • P. Stauffer, Sechs furchtbare Jahre...»: auf den Spuren Carl J. Burckhardts durch den Zweiten Weltkrieg, 1998