Carl Brashear

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Brashear
Carl Brashear - navy photo - 01.jpg
Portrait officiel de Carl Brashear.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tonieville (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Porsmouth, Virginie
Nationalité
Activité
Autres informations
Arme
Grade militaire
Boatswain's Mate
Distinctions
USNS Carl Brashear COA.png
ArmyAchievementMedal.png
79-44-K Award, Medal, United Nations Service Medal, Korea, Obverse (5600506166).jpg

Carl Maxie Brashear, né le à Tonieville (en) (Kentucky) et mort le à Portsmouth dans la Virginie, commença sa carrière comme simple matelot sur un bâtiment de guerre américain. Il fut le premier Afro-Américain à devenir instructeur de plongée au sein de l'US Navy (US Navy Master Diver). Avant lui trois autres hommes de couleur avaient déjà été scaphandriers pendant la Seconde Guerre mondiale. Après une amputation, il fut également le premier plongeur militaire américain à être pleinement réintégré malgré son handicap. Il a pris sa retraite en 1979 au grade de Boatswain's mate (United States Navy) (en)


Biographie[modifier | modifier le code]

Carl M. Brashear[1] est né le 19 janvier 1931[2], [3] à Tonieville dans le Kentucky[4], sixième des huit enfants d'un cultivateur afro-américain[5], McDonald Brashear, et de Gonzella Brashear. En 1935, sa famille s'installe dans une ferme à Sonora, Kentucky (en)[6]. Carl a suivi ses études primaires à la Sonora Grade School, de 1937 à 1946, avant d'arrêter ses études à l'âge de 15 ans. Déjà enfant il préférait aller nager plutôt que d'aller à l'école[7].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Brashear s'enrôle dans l'U.S. Navy dès le 25 février 1948, à l'âge de 17 ans, peu de temps après que le Président des États-Unis, Harry S. Truman, décide d'autoriser l'enrôlement d'afro-américains dans ce corps d'armée par l'Executive order 9981, qui gardait encore à cette époque un caractère fortement ségrégationniste.

Dans un premier temps, Brashear est steward, puis il sert sur la base aéronavale de Key West en Floride dans l'escadron VX-1, puis sur les escorteurs USS Palau (en) (CVE-122) et USS Tripoli (CVE-64) et commence son entraînement de sauveteur[8].

Il entre à l'U.S. Navy Diving & Salvage School[9], de Bayonne dans le New Jersey[10], d'où il sortira en 1954[7], et devient, ainsi, le premier afro-américain diplômé de cette école[11] et également le premier afro-américain des États-Unis à être plongeur dans la Navy, non sans rencontrer de nombreuses difficultés. En effet, durant sa formation à l'U.S. Navy Diving & Salvage School, Brashear doit faire face au racisme et à l'hostilité de ses camarades, comme de ses supérieurs hiérarchiques. Il trouvera par exemple plusieurs notes sur sa couchette, où seront inscrites diverses menaces : "Nous allons te noyer aujourd'hui, nègre !" ( "We're going to drown you today, nigger!") ou encore "Nous ne voulons pas de plongeurs nègres" ("We don't want any nigger divers."). Toutefois, Brashear reçoit les encouragements et devient First Class Boatswain's Mate, matelot de Première Classe, tout en obtenant la note de 16/17 au test d'usage.

La première mission de Brashear, en tant que scaphandrier, fut de récupérer environ 16 000 munitions au fond de la mer, tombées d'une barge qui s'était brisée et avait été coulée par le fond. Lors de son affectation à la base aéronavale de Quonset Point Air National Guard Station, dans le Rhode Island, ses fonctions comprenaient la récupération d'avions coulés, dont un Blue Angel, et la récupération de plusieurs cadavres.

Par la suite, Brashear a été affecté à l'escorte du yacht présidentiel, le Barbara Anne, vers le Rhode Island. À cette occasion, il rencontre le président Eisenhower, dont il reçoit, en cadeau, un petit couteau, sur lequel est inscrit : "Pour M. Carl Brashear. De Dwight D. Eisenhower, 1957. Merci, merci beaucoup."

En 1959, il reste trois années à Guam, dans l'Océan Pacifique, durant lesquelles il effectuera principalement des missions de démolition sous-marines.

Amputation de la jambe[modifier | modifier le code]

En janvier 1966, durant un incident aujourd'hui connu comme l'accident nucléaire de Palomares, une bombe nucléaire de type B28 est perdue au large de la côte de Palomares, dans la province d'Andalousie, en Espagne, après la collision d'un Boeing B-52 Stratofortress du Strategic Air Command et d'un Boeing KC-135 Stratotanker, qui effectuaient une mission de ravitaillement aérien. Le B-52G se brise en plusieurs morceaux, et perd les quatre bombes B28 qu'il transportait. Trois d'entre elles sont retrouvées à terre, près du village de Palomares, mais la quatrième reste manquante, tombée dans la Mer Méditerranée.

US Navy 120210-N-PM781-002 Army Chief Warrant Officer Phillip Brashear, son of Master Chief Carl Brashear, holds his father's prosthetic leg as he.jpg

Brashear servait alors à bord de l'USS Hoist (ARS-40) (en), quand il a été envoyé afin de localiser et de récupérer le missile nucléaire disparu, au profit de l'Air Force. Après deux mois et demi de recherches, l'ogive est enfin récupérée[12].

Le retour à la vie civile et la fin[modifier | modifier le code]

Après 31 ans de service Bradshear, prend sa retraite avec le grade de Boatswain's mate (United States Navy) (en), qui est le plus haut grade délivré aux sous-officiers de l'US Navy et à titre exceptionnel[13].

D'avril 1979 à août 1980, il travaille comme consultant auprès de la Marine royale saoudienne[14].

De février à novembre 1982, il est engagé par les Government Services & CDI Marine[15] à Chesapeake, Virginie.

Launch ceremony of USNS Carl Brashear DVIDS116806.jpg

De novembre 1982 à janvier 1993, il travaille comme spécialiste de la sécurité environnementale et conservation de l'énergie à la Naval Communication Area Master Station Atlantic[16] de Norfolk en Virginie.

Il prend sa retraite définitive en janvier 1993.

Il décède le au Naval Medical Center Portsmouth (en) de Portsmouth[17] dans la Virginie[18], des suites d'une insuffisance respiratoire ayant entraîné une défaillance cardiaque selon son épouse Junetta Brashear.

Carl M. Brashear repose au Woodlawn Memorial Gardens de Norfolk en Virginie[19].

Sa mémoire est entretenue par la Carl Brashear Foundation[20].

Carl Brashear est une figure importante de la lutte des afro-américains dans leur conquête de leurs droits civiques[21].

Vie Privée[modifier | modifier le code]

  • Parents : McDonald Brashear et Gonzella Brashear[22]
  • Frères : Douglas Brashear, Haskell Brashear, Leo Brashear, Edward Brashear
  • Soeurs : Florine Harris, Leatta English, Norma Jean Moore
  • Épouses : Junetta Wilcoxson Brashear (1952 -1978), Hattie R. Elam (1980-1983), Jeanette A. Brundage (1985-1987)
  • Enfants : de son union avec Junetta Wilcoxson Brashear, sont nés Shazanta Brashear (17 mai 1955-13-Juillet 1996), DaWayne Brashear (16 janvier 1957 -), Phillip M. Brashear[23] (4 juillet 1962-), Patrick S. Brashear (31 juillet 1964-)
  • Petit neveu : Donald Brashear[24], ancien joueur de hockey de la Ligue nationale de hockey.

Récompenses, distinctions et hommage[modifier | modifier le code]

Décorations militaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Index to reminiscence of master chief boatswain's mate Carl Maxie Brashear »
  2. (en) « Carl Maxie Brashear | American deep-sea diver », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 juin 2019)
  3. « Carl Brashear - Plongée - Personnes - Oris. Montres suisses fabriquées à Hölstein depuis 1904. », sur www.oris.ch (consulté le 24 juin 2019)
  4. (en-US) « Carl Maxie Brashear: First African American U.S. Navy Master Diver », sur Black Then, (consulté le 25 juin 2019)
  5. (en-US) « Carl M. Brashear », sur public1.nhhcaws.local (consulté le 24 juin 2019)
  6. (en-US) UpClosed, « About Carl Brashear | Biography | Sailor | United States of America | UpClosed », sur upclosed.com (consulté le 24 juin 2019)
  7. a et b (en-US) « Carl M. Brashear », sur www.divingheritage.com (consulté le 25 juin 2019)
  8. (en-US) « Carl M. Brashear », sur public2.nhhcaws.local (consulté le 25 juin 2019)
  9. « NavyDiver.org - Dive School », sur www.navydiver.org (consulté le 23 août 2019)
  10. (en-US) PeoplePill, « Carl Brashear: U.S. Navy diver - Biography, Life, Family, Facts | PeoplePill », sur peoplepill.com (consulté le 23 août 2019)
  11. (en-US) « Carl Brashear - First Black Navy Diver, Master Diver & Master Chief - History of SCUBA Diving », sur www.internationallegendsofdiving.com (consulté le 25 juin 2019)
  12. (en) « Excerpt from Carl Brashear's Oral History », sur Usni.org (consulté le 22 février 2015)
  13. (en-US) Margalit Fox, « Carl M. Brashear, 75, Diver Who Broke a Racial Barrier, Dies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 25 juin 2019)
  14. (en-US) « Master Chief Boatswain's Mate Carl Maxie Brashear, USN (Ret.) », sur public1.nhhcaws.local (consulté le 25 juin 2019)
  15. (en) C. D. I. Corporation, « Government Services & CDI Marine », sur jobs.cdicorp.com (consulté le 25 juin 2019)
  16. (en-US) « Naval Communications (NCTAMS) », sur www.cnic.navy.mil (consulté le 25 juin 2019)
  17. (en-US) « Pioneering Navy Diver Carl Brashear Dies at 75 », sur NPR.org (consulté le 25 juin 2019)
  18. a et b (en-US) « Shadow box », sur navy.togetherweserved.com (consulté le 25 juin 2019)
  19. (en-US) « Carl Maxie Brashear », sur Find a grave
  20. (en-US) « A Tribute To Carl Brashear », sur A Tribute To Carl Brashear (consulté le 25 juin 2019)
  21. « Analysis », sur honorbrashear.com (consulté le 25 juin 2019)
  22. (en-US) « Carl Brashear », sur www.nndb.com (consulté le 25 juin 2019)
  23. (en-US) Jacqui L. Barker, « Master Diver Brashear's Son Honors Father's Legacy », sur Military.com (consulté le 25 juin 2019)
  24. (en) « Donald Brashear at eliteprospects.com », sur www.eliteprospects.com (consulté le 25 juin 2019)
  25. (en) « The story behind Men of Honor », sur EW.com (consulté le 25 juin 2019)
  26. (en-US) « MOVIE REVIEW: 'Men of Honor' works in every way », sur products.kitsapsun.com (consulté le 25 juin 2019)
  27. (en-US) « Naval Vessel Register - USNS CARL BRASHEAR (T-AKE 7) », sur www.nvr.navy.mil (consulté le 25 juin 2019)
  28. (en-US) « Overcoming Hurdles – The Legacy of Master Chief Carl Brashear », sur The Sextant (consulté le 25 juin 2019)
  29. « Welcome - Carl M. Brashear Radcliff Veterans Center », sur rvc.ky.gov (consulté le 25 juin 2019)
  30. (en-US) « Radcliff Veterans Center Naming Ceremony »

Liens externes[modifier | modifier le code]